MINISTÈRE DE LA FAMILLE

Les garderies exigent la tête de Francine Charbonneau

Bfc1bd238bf264cf79046b4058dd73b2

Encore un ministre de Couillard dans l'eau bouillante

Le milieu des garderies fait front commun pour exiger la tête de la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, jugée inapte à occuper ses fonctions.
Dans un geste rare, l'Association des CPE et l'Association des garderies privées ont mis de côté leurs rivalités, mercredi, pour demander instamment au premier ministre Philippe Couillard de remplacer Mme Charbonneau, une ministre qui a perdu la confiance du milieu.
En conférence de presse, les porte-parole des regroupements de garderies ont porté un jugement très dur sur la ministre.
On lui reproche de ne pas connaître ses dossiers, de ne jamais les avoir consultés, en somme de ne pas être à la hauteur de la situation. Surtout, on l'accuse de ne jamais avoir défendu les intérêts du réseau et des familles auprès du gouvernement, notamment sur la modulation annoncée des frais de garde en fonction du revenu des parents, une mesure fort contestée.
Le désaveu semble total et définitif.
En conférence de presse, le président de l'Association des centres de la petite enfance (AQCPE), Louis Sénécal, a dit n'avoir jamais vécu dans le passé «un tel climat de confrontation» entre le réseau et le ministre responsable.
«C'est certainement le pire moment qui est vécu dans l'histoire de ce ministère-là. On se retrouve vraiment avec un numéro de téléphone où on appelle et c'est une boîte vocale qui répond et personne ne retourne l'appel», a-t-il ajouté.
«J'ai de sérieux doutes sur sa capacité à livrer le mandat qui lui a été confié, un mandat extrêmement complexe», a insisté M. Sénécal.
«Le courant n'a jamais passé avec Mme Charbonneau», a renchéri le président de l'Association des garderies privées, Samir Alahmad, qui met en cause lui aussi sa gestion «très cavalière» des dossiers et des dirigeants des regroupements des services de garde.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé