François Gendron à la présidence de l'Assemblée nationale

Le vieux frigo de Jean Charest

La fin du ménage à trois?

Chronique de Louis Lapointe

J’ai remplacé mon vieux réfrigérateur par un neuf le mois dernier. Il avait 27 ans et fait son temps. La semaine précédente, le réparateur était venu changer la minuterie du dégivreur, une petite réparation. J’en ai profité pour lui demander si je pouvais espérer le conserver encore longtemps. Il m’a répondu que s’il se fiait au bruit du moteur, la prochaine réparation arriverait assez vite et me coûterait presque le prix d’un neuf. Il m’a suggéré de profiter du fait que mon vieux fonctionnait encore pour m’en magasiner un nouveau qui consommerait beaucoup moins d’énergie. Une autre source d’économie, m'a-t-il dit.
Un gouvernement minoritaire, c’est comme un vieux réfrigérateur qui attend d’être remplacé par un plus neuf, plus beau. On appelle ça la règle de l’alternance. Comme me l’a confirmé mon réparateur d’électroménagers, on ne peut pas faire du neuf avec du vieux. Je ne sais pas si c’est à cause de la crise économique, mais les Canadiens ont décidé la semaine dernière de conserver leur vieux frigo. Il est vrai qu’ils avaient le choix de remplacer celui de Harper par un autre usagé, celui de Dion. Il semble même que les libéraux fédéraux devront vivre avec le leur quelques mois encore. Une situation analogue à celle dans laquelle se retrouvent actuellement les Québécois avec le gouvernement de Jean Charest.
Après deux mandats, dont un minoritaire, ce gouvernement aux maigres réalisations n’a rien de nouveau à proposer aux Québécois pour améliorer la situation du Québec, juste du vieux. Confier l’économie du Québec à Jean Charest, c'est comme entreposer des denrées dans un réfrigérateur qui ne fonctionne plus, les aliments qui s’y trouvent risquent de se dégrader rapidement, à l'image de ces fruits de la constitution qui ne seront jamais assez mûrs.
On l’a vu récemment, tout peut arriver dans un vieux frigo qui fonctionne mal. La listériose comme la salmonellose peuvent s’y infiltrer, puis l’envahir jusqu’à pourrir l’environnement et causer de sérieux dégâts. Tellement de dégâts, que le gouvernement de Jean Charest a récemment jeter de nombreux fromages de nos fromageries pour qu’ils soient remplacés par des plus frais. Si un gouvernement peut parfois être comparé à un vieux frigo, c’est parce que ses ministres ont tout du fromage ou du jambon tranché « passé date ».
Il ne serait donc pas étonnant que Jean Charest profite d’une petite défaillance qui s’annonce dans le fonctionnement de l’Assemblée nationale, comme cette présidence dévolue à un député de la deuxième opposition, pour proposer aux Québécois d’aller en élection afin qu'ils décident s’ils conserveront leur vieux frigo ou le remplaceront par un nouveau ! Le Parti libéral sera sûrement tenté de prouver que la cohabitation ne fonctionne plus, alors que François Gendron est probablement celui dont les états d’armes correspondent le mieux aux exigences de la fonction de président de l’Assemblée nationale.
Un pari risqué pour Jean Charest, puisque la plupart des Québécois savent d’expérience qu’on ne peut pas faire du neuf avec du vieux ! Pourquoi payer le prix du neuf pour garder son vieux, quand on peut en avoir un tout neuf, tout beau, surtout qu'il risque de nous rapporter plus ?
Louis Lapointe

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 848 797

Autrefois avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé