RENTRÉE PARLEMENTAIRE

Le premier ministre met PKP au défi

F1e81687e41be9c4aeeb763f484d6380

Plus niaiseux que ça, tu meurs!

Le premier ministre Philippe Couillard met au défi Pierre Karl Péladeau de prêcher par l’exemple deux semaines et demie après avoir demandé à répétition « une toune en français » au groupe Groenland.

Le chef du gouvernement a invité l’actionnaire de contrôle de Québecor à écarter de la compétition de La voix, par souci de cohérence, tout participant interprétant une pièce anglophone. « Je suis certain qu’il veut maintenant des chansons seulement en français », a-t-il dit en boutade à l’entrée du caucus des élus libéraux mardi. M. Couillard a aussi appelé l’élu péquiste à offrir un spectacle tout en français à l’occasion de l’inauguration de l’amphithéâtre multifonctionnel de Québec prévue à la mi-septembre 2015. « J’espère que le premier spectacle va être entièrement en français. Ça serait logique », a-t-il poursuivi après s’être pourtant promis quelques secondes plus tôt de « rester à l’écart » de la course à la direction du Parti québécois.

Pierre Karl Péladeau a apostrophé la chanteuse du groupe Groenland, Sabrina Halde, à quelques reprises le jeudi 29 janvier. Il a prié l’invitée du Festival de musique émergente, commandité par Québecor, de s’adresser « en français » aux 200 personnes rassemblées dans l’Agora des arts à Rouyn-Noranda avant de filer à l’anglaise.

« On m’a dit qu’il était fatigué », a dit le chef caquiste, François Legault, lors d’un impromptu de presse mercredi avant la période de questions. Les Québécois s’entendent pour « encourager » la relève artistique francophone, « mais on ne peut pas interdire à des groupes de chanter en anglais », a-t-il fait valoir.

La ministre de la Culture, Hélène David, a pris la défense de la formation pop indie montréalaise menée par Sabrina Halde et Jean-Vivier Lévesque. À ses yeux, M. Péladeau a fait « une déclaration […] nettement malheureuse ». « Le groupe est connu pour chanter en anglais. C’est OK. [Sabrina Halde] parlait en français entre les chansons. » Mme David s’est dite étonnée de voir le conjoint de l’animatrice et productrice Julie Snyder, une amie de la chanteuse Céline Dion, tomber à bras raccourcis sur des artistes québécois proposant un répertoire anglophone. « Mme Dion, qui est quand même assez proche de Mme Snyder, chante beaucoup en anglais. Je n’ai pas entendu de critiques par rapport à ça », a affirmé Mme David, qui est également responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française.

De son côté, le chef intérimaire du PQ, Stéphane Bédard, n’avait que des bons mots pour M. Péladeau. « Je suis toujours content de voir les députés défendre le français, et tout Québécois d’en faire la promotion. C’est à eux de déterminer le lieu et le comment », a-t-il affirmé, montrant du doigt M. Couillard. Il s’était fait rabrouer par les partis d’opposition pour avoir prononcé des allocutions exclusivement en anglais, dont une devant les participants de la conférence Arctic Circle en novembre 2014 à Reykjavik, a rappelé le chef de l’opposition officielle. « Vous savez à quel point il [Philippe Couillard] n’est pas pressé de parler français à l’extérieur. »

« Escalade de radicalisme » au PQ

M. Couillard a aussi dénoncé mercredi l’intransigeance absolue des élus péquistes sur la question de l’avenir du Québec. « Le Parti québécois est dans une escalade de radicalisme pour l’atteinte de la séparation du Québec », a-t-il fait valoir après avoir énoncé les priorités du gouvernement libéral pour la session parlementaire : la « consolidation des finances publiques » et la « relance économique ». « Nous, le cap est clair. […] Je ne peux pas également m’empêcher de voir un contraste marquant entre nos activités de relance économique […] et les priorités, les déclarations des partis d’opposition. » Pendant que le PQ est pris dans une « escalade de radicalisme », la CAQ, elle, ne sait plus où donner de la tête, a-t-il résumé.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé