Le mystère Montréal

0e1c782d78602075c212d2b1a2dbaf19

Montréal, une ville coupée du reste du Québec pour des raisons démographiques

(QUÉBEC) On a longtemps parlé du « mystère Québec », mais pour le gouvernement Legault, il y a à l'évidence un « mystère Montréal ». Sans que l'on sache trop pourquoi, le courant passe mal entre l'administration Legault et la mairie de la métropole.



Sept mois après l'élection de la CAQ, à Québec, les dossiers se suivent. Autant d'enjeux, autant de divergences. Il faut dire que du point de vue de Québec, la mairesse Plante affiche, depuis longtemps, une attitude nettement conflictuelle. Même avant l'arrivée de Legault au pouvoir, alors qu'elle était dans l'opposition à Montréal, elle s'était fait remarquer par son agressivité à l'endroit du ministre responsable de Montréal, Martin Coiteux, lors d'une commission parlementaire ; une attitude « confrontationnelle » qu'elle avait elle-même reconnue.


Exaspéré récemment par les déclarations jugées tatillonnes de la mairesse sur un éventuel tramway pour l'est de l'île, François Legault n'a pu s'empêcher d'évoquer « le problème de Mme Plante », déclaration qu'elle a peu appréciée. Déjà la ministre responsable de Montréal, Chantal Rouleau, avait parlé des « sautes d'humeur » de Mme Plante.


Cette dernière veut que ce soit l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), et non la division Infra de la Caisse de dépôt (CDPQ Infra), déjà responsable du REM, qui s'occupe de ces prolongements, promis par la CAQ en campagne électorale. Il est clair que la Ville de Montréal exerce un certain contrôle sur l'ARTM qu'elle ne peut espérer avoir sur CDPQ Infra. La ministre Rouleau a indiqué qu'en bout de course, les élus montréalais auraient leur mot à dire. Le prolongement du REM viendra augmenter la pression, l'achalandage, sur un réseau de métro déjà bondé, plaide Montréal.


 


À l'hôtel de ville, on reconnaît une apparente « déconnexion » entre les deux administrations.


On ne s'envoie pas de chocolats à la Saint-Valentin, mais les deux ordres de gouvernement, et même les deux patrons, M. Legault et Mme Plante, ont des échanges civilisés et constructifs, explique-t-on.


Chaque mois apporte son litige. Récemment, le ministre des Transports, François Bonnardel, a repoussé d'un revers de main les demandes de Montréal sur l'industrie du taxi. La mairesse Plante a aussi désapprouvé les décisions de Québec quant à l'usage du cannabis dans les lieux publics. Même désaveu pour l'application du projet de loi sur la laïcité - là encore, à Québec, on trouve Mme Plante au diapason de Québec solidaire. La réduction de 20 % du nombre d'immigrants, une mesure annoncée et appliquée par la CAQ ? Mme Plante est contre : le Québec manque déjà de main-d'oeuvre, plaide-t-elle.


Mme Plante avait aussi déploré que le budget d'Eric Girard réduise, en proportion, les fonds attribués aux transports en commun par rapport aux routes. Elle viendra en commission parlementaire la semaine prochaine pour demander au gouvernement d'atténuer le projet de loi 21 sur la laïcité. Pas question de créer une zone particulière à Montréal, mais le gouvernement Legault devrait être sensible à l'impact de sa loi sur l'employabilité de gens vulnérables, qui, force est de le constater, se retrouvent surtout à Montréal.


À Québec, on a des problèmes avec cette administration qui se dit prête à collaborer en privé et qui roule des mécaniques en public. Pascal Mailhot, l'employé du cabinet Legault chargé de la liaison, doit souvent expliquer ces déclarations de la mairesse qui n'étaient pas prévues.


L'agenda de Projet Montréal n'est jamais bien loin sur le bureau de Mme Plante ; Québec solidaire s'y reconnaît bien davantage que la Coalition avenir Québec.


Mais on ne doit pas oublier que tous les gros canons du gouvernement Legault, y compris le premier ministre, vivent sur l'île de Montréal.


Au surplus, à Montréal, on n'a pas oublié que la CAQ avait concentré ses efforts sur le 450 d'abord. Par la suite, elle avait tout misé sur Chantal Rouleau, de l'administration Coderre. Geste d'ouverture, Projet Montréal avait tendu la main à la chef de cabinet de Mme Rouleau, Caroline Bourgeois, devenue mairesse de l'arrondissement Rivière-des-Prairies, succédant à son ancienne patronne.


Même avant les dernières élections, déjà, François Legault avait pris des distances avec le projet de « ligne rose » du métro, la promesse phare de Projet Montréal aux dernières élections municipales. Il a été plus nuancé une fois élu, évoquant une liaison en surface plutôt que souterraine. Avant le scrutin aussi, Mme Plante avait dénoncé l'intention de la CAQ de réduire le nombre de conseillers dans les grandes villes. Depuis, M. Legault n'en a plus reparlé.


C'est aux petites choses que l'on peut évaluer la chaleur d'une relation. Quand Valérie Plante avait gaffé en livrant une allocution en anglais seulement, la ministre de la Culture, Nathalie Roy, n'avait pas fait de quartier. Jamais un élu de la CAQ n'aurait fait la même chose, et Mme Plante « a compris le message », avait dit Mme Roy. Il faut dire qu'elle était alors conseillée par une adversaire politique de la mairesse de Montréal. La chef de cabinet de Mme Roy, Manon Gauthier, issue de l'administration Coderre, vient toutefois de claquer la porte.