Jean Charest: «Personne ne connaît le Canada comme moi!»

76dbd34090a8e8f1d0d14319b796bf9b

Charest est un libéral sur le plan social comme sur le plan économique


« Personne ne connaît le Canada comme moi ! » Jean Charest, dans une conversation privée avec un groupe de gens d’affaires à Montréal, jeudi midi, n’a pas laissé de doute quant à son vif intérêt pour la succession d’Andrew Scheer à la tête du Parti conservateur.


L’ancien premier ministre du Québec n’a pas annoncé formellement qu’il entrait dans la course à la direction du PC, mais la trentaine de convives à la réunion privée, le « club numéro 1 » du Club Mont-Royal, ont tous compris qu’il était très fortement tenté par un retour en politique.


M. Charest ne prononçait pas une allocution, mais discutait à bâtons rompus avec les invités. Sa présence au club avait été prévue il y a plus de deux mois, a expliqué l’homme d’affaires Serge Savard au reporter de La Presse à la porte du club privé.





PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE


Serge Savard





Parmi les convives, outre M. Savard, on retrouvait des conservateurs en vue de Montréal, comme Alain Cousineau, l’ancien directeur de la campagne électorale de Jean Charest au PLQ en 1998, et Gérald Tremblay, avocat conservateur bien connu à Montréal.


 

Sa décision semblait pratiquement prise, a confié un participant. Selon cette source, M. Charest a indiqué qu’il connaissait « le chemin à emprunter pour rapprocher l’est et l’ouest du pays ». De proches collaborateurs à Québec relèvent qu’il a toujours dit qu’il reviendrait en politique si l’unité canadienne était compromise. Or, beaucoup d’observateurs constatent le clivage sans précédent entre l’Ouest et le reste du pays actuellement.


« C’est moi qui l’ai négocié »


Jeudi, au club privé, M. Charest a aussi souligné qu’aucun adversaire ne pourrait le prendre au dépourvu sur une question canadienne. Il s’est présenté comme celui qui avait permis l’apparition du libre-échange entre le Canada et l’Europe. « C’est moi qui l’ai négocié », a-t-il laissé tomber.


Surtout, selon M. Charest, la façon dont Justin Trudeau a joué ses cartes « a ouvert un corridor extrêmement large au centre droit » de l’échiquier politique, et personne ne s’y est engagé, observe- t-il. 


Autre manifestation de son intérêt, Jean Charest a passé un coup de fil jeudi à Alain Rayes, député de Richmond et, surtout, lieutenant politique du Parti conservateur au Québec. Le député de Richmond n’a pas promis son appui, mais à l’évidence, l’ancien premier ministre satisfait aux trois conditions posées par le lieutenant : être bilingue, avoir une position progressiste sur les enjeux moraux et avoir à cœur la place du Québec dans l’ensemble canadien. 


Seule déclaration directe de M. Charest jusqu’ici, dans un échange avec Le Devoir : relancé sur son intérêt, il a déclaré : « L’information est vraie que je suis en train de considérer [cette possibilité]. C’est tout ce que je vais vous dire. »


Stephen Harper n’est pas un allié naturel de Jean Charest – l’ex-premier ministre du Canada a encore sur le cœur la décision de Jean Charest d’annoncer des baisses d’impôts durant sa campagne électorale de 2008, une décision financée à même les transferts débloqués par Ottawa pour réduire le fameux « déséquilibre fiscal » entre le fédéral et les provinces. Hier, M. Charest s’est contenté de rappeler que l’ancien premier ministre avait toujours une emprise importante sur le Parti conservateur, à titre de responsable national du financement du parti.


Dans ce parquet de gens d’affaires, personne n’a soulevé le fait que l’UPAC n’avait pas officiellement mis fin à l’enquête Mâchurer, sur son rôle dans le financement illégal du Parti libéral du Québec. Mais des sources sûres au gouvernement Legault s’attendent à ce que l’UPAC « nettoie l’ardoise » et annonce en 2020 la fin de plusieurs enquêtes, qui ne sont pas concluantes. Cette épée de Damoclès peut être un obstacle important pour Jean Charest. Les règles édictées par le PCC en 2017 pour les courses à la direction écartent tout candidat faisant l’objet d’une enquête policière. On y précise que le candidat ne doit pas être « assujetti à toutes les enquêtes qui peuvent mener à des sanctions professionnelles ou des accusations criminelles ».


Le rôle de l’Ouest


Jean Charest a seulement mentionné la « difficulté en français » de Rona Ambrose, l’Albertaine dont on dit qu’elle aurait l’appui déterminant du premier ministre albertain Jason Kenney si elle décidait de se lancer. Or, plusieurs sources conservatrices confient que Mme Ambrose, ex-ministre de Stephen Harper, n’a pas l’intention de briguer la succession d’Andrew Scheer, et ce, pour des raisons familiales. Les noms d’autres candidats potentiels, Peter MacKay, Pierre Poilievre ou Gérard Deltell, n’ont pas été évoqués.


Des acteurs importants du Parti conservateur expliquent que M. Charest aura à l’évidence besoin d’appuis explicites dans l’Ouest. L’ancien premier ministre du Québec a des lettres de créance à présenter – il a déjà fait des mandats pour Trans Canada à l’époque du projet d’Énergie Est. En revanche, ancien ministre de l’Environnement à la conférence de Rio en 1992, il a des convictions environnementales susceptibles de heurter les conservateurs de l’Ouest. 


La Presse a déjà évoqué l’intérêt du banquier Michael Fortier, qui a déjà brigué la direction du PCC en 1998. M. Fortier ne conditionnera pas sa décision à celle des autres prétendants, mais ne se lancera pas s’il sent que les jeux sont faits et que l’establishment conservateur a misé sur un autre candidat. 





PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE


Michael Fortier





Michael Fortier serait candidat si ses positions plus progressistes, sur l’environnement ou des enjeux d’ordre moral comme l’avortement et le mariage entre conjoints de même sexe, trouvaient des appuis à l’extérieur du Québec. 


Un autre conservateur québécois de longue date, Daniel Fournier, ne ferme pas la porte. Il vient de prendre sa retraite de la Caisse de dépôt – il dirigeait Ivanhoe Cambridge, qui a des actifs de 65 milliards à travers le monde. Depuis l’annonce du départ d’Andrew Scheer, « des gens m’en ont parlé. Le Parti conservateur évolue, il y a peut-être maintenant une opportunité pour réfléchir. Cela me ferait plaisir de participer à cette réflexion, reste à voir comment », dit l’ex-footballeur, qui souligne que ses dix ans à Ivanhoe lui ont permis de tisser des liens partout au pays. Il avait été un candidat conservateur malheureux, battu par le libéral Jean Lapierre dans Outremont en 2006.


Mais pour peu qu’il se lance dans la course, Jean Charest est susceptible de ratisser très large dans les rangs du parti. Mercredi soir, plus d’une centaine de militants conservateurs étaient rassemblés pour leur réception des Fêtes au Fu Lam, buffet chinois de Boucherville. Les candidats potentiels Peter MacKay, Pierre Poilievre et Gérard Deltell ont fait le tour des tables, mais l’information lancée par Radio-Canada, encore toute chaude, quant à l’intérêt de Jean Charest monopolisait bien des conversations. Des observateurs relevaient que M. MacKay, surtout, affichait peu d’enthousiasme – sa connaissance du français, il faut le rappeler, est limitée.


D’anciens collaborateurs de Jean Charest à Québec ont été chargés de sonder les reins et les cœurs au sein du Parti conservateur. Les avis favorables ou non lui étaient retransmis par courriel.