Le cas VLB

VLB - coup de pied dans la fourmilière



Pas une journée ne passe sans que l'écrivain Victor-Lévy Beaulieu fasse l'objet d'une raillerie ou d'un commentaire désobligeant dans nos quotidiens. Bien sûr, l'homme a ses défauts, et particulièrement lorsqu'il s'avance sur les sentiers battus de la politique. Parler en faveur de l'ADQ n'est pas très in, bien entendu, mais parler de quel parti politique, aujourd'hui, le serait?
Que de grisaille! Mais qu'en est-il réellement de ce Tolstoï de Trois-Pistoles, comme on le nommait récemment dans vos pages? Il est avant tout un de nos immenses écrivains, et plusieurs ont tendance à l'oublier! Car VLB est d'abord un grand écrivain, et son oeuvre est considérable. Que dire de La Nuitte de Malcomm Hudd ou de Don Quichotte de la Démanche, sinon qu'ils sont des romans fabuleux.
Il vaudrait mieux le saluer que le conspuer, Victor-Lévy Beaulieu! Comme il a salué les Victor Hugo, monsieur Melville et Jack Kerouac! Et comme il a salué dernièrement James Joyce dans James Joyce, l'Irlande, le Québec, les mots, qui est un livre remarquable pour qui souhaite pénétrer l'oeuvre de Joyce! Livre aussi remarquable que le Saint Genet, comédien et martyr de Jean-Paul Sartre sur Jean Genet et qui fait désormais partie des oeuvres complètes de Genet chez Gallimard! Que VLB pousse sa brouette de compost en caleçon sur sa terre, à Trois-Pistoles, en compagnie de ses chiens, de son mouton noir et de sa chèvre, comme le rapporte Noah Richler dans sa cartographie du Canada littéraire, vraiment, est-ce que cela a de l'importance? Non! Mais lire l'écrivain Victor-Lévy Beaulieu, grand seigneur de Trois-Pistoles, rencontrer sa force créatrice, voilà ce qui devrait primer le concernant!
***
Alain Petel, Outremont, le 22 février 2008


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé