«FINTECH»

Le «blockchain» attire les grands joueurs de la finance

De6ca11ac8c4a8992deaa83b44d899b2

La monnaie encryptés deviendra le «coeur même» du secteur financier.

Un an après le lancement d’un consortium mondial d’institutions financières intéressées par la promesse du «blockchain», dont plusieurs banques canadiennes, un des cofondateurs s’étonne du degré de participation, mais affirme que la crainte de rater le bateau y est peut-être pour quelque chose.

« Nous avons 67 institutions, et j’ai été vraiment surpris de leur désir de collaborer », a dit Todd McDonald, cofondateur et chef de l’exploitation du consortium R3, lors d’une allocution au Forum Fintech Canada organisé par Finance Montréal. « Je pense que ça vient un peu plus de la peur et de la cupidité que d’un désir de collaborer, mais enfin. »

Basé à New York et à Londres, R3 regroupe les grandes banques du monde, comme BNP Paribas, Morgan Stanley et HSBC, mais aussi la Banque Royale, la Banque de Montréal, la CIBC, la Scotia et la Banque TD. Le consortium vise à jeter les bases d’une infrastructure mondiale tout en explorant les applications concrètes que le «blockchain» peut engendrer dans le vrai monde.

Le «blockchain», technologie qui sous-tend le système du bitcoin, est une sorte de grand registre de transactions accessible à tous les participants en tout temps. Depuis un an ou deux, cependant, il retient l’attention du milieu financier, qui voit en lui le potentiel d’améliorer son efficacité, de réduire ses coûts et de diminuer le nombre d’intermédiaires dans le jeu des transactions.

« Le blockchain est jeune et intéressant, mais il est insondable, alors beaucoup de monde essaie de comprendre son mode de fonctionnement », a dit M. McDonald. « En gros, je dirais que ce grand livre permet à des acteurs d’être constamment sur une même longueur d’onde par rapport à un fait ou à une entente, aussi longtemps qu’il le faut. Il y a beaucoup de potentiel », a-t-il ajouté, notamment autour de la notion de confiance et d’une surveillance réglementaire rigoureuse et en temps réel.

Coeur de l’industrie


Le Forum économique mondial a récemment publié les résultats d’une recherche d’un an, auprès de 200 experts, dont les conclusions sont sans équivoque. En gros, les auteurs y affirment que le «blockchain», même s’il est invisible du grand public, comporte un tel nombre d’usages potentiels qu’il deviendra le « coeur même » du secteur financier. Le rapport, publié au milieu du mois d’août, a précisé que la technologie pourrait « mener à des baisses de frais, à une meilleure surveillance et à une préparation contre les bulles financières ».

> Lire la suite de l'article sur Le Devoir


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé