SONDAGE LÉGER

La grogne augmente envers les libéraux

Ed2f997e28fe5898cd4c05b002107dc1

Les Libéraux en forte baisse, PKP en hausse

Les libéraux dérangent et perdent quelques plumes… mais leur programme d’austérité convient néanmoins à une majorité de Québécois, montre un nouveau sondage Léger-Le Devoir.

Celui-ci indique que le taux d’insatisfaction à l’égard du gouvernement Couillard a monté en flèche dans le dernier mois, alors que se multipliaient les mouvements de protestation contre le programme économique des libéraux. Il se situe maintenant à 64 %, soit 11 points de plus qu’à la mi-novembre. En corollaire, le taux de satisfaction a plongé, passant de 39 % à 30 %. En comparaison, 44 % des Québécois se disaient satisfaits du gouvernement en mai.

Les libéraux essuient également un recul dans les intentions de vote, même s’ils demeurent bien en tête. Le sondage leur accorde 34 % des votes après répartition, huit points devant la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti québécois (PQ). Québec solidaire est crédité de 11 % d’appuis. Le dernier sondage Léger, à la mi-novembre, accordait 36 % aux libéraux. Ils ont obtenu 42 % du vote lors des élections d’avril.

Autre donnée indiquant le refroidissement des relations entre les Québécois et Philippe Couillard, 22 % des répondants au sondage estiment qu’il « ferait le meilleur premier ministre du Québec ». En quatre mois, M. Couillard a perdu le tiers de ses appuis à cette question. Il est désormais à égalité mathématique avec le chef de la CAQ, François Legault (20 %).

Les mesures passent

Mais est-ce à dire que les libéraux font fausse route avec leurs politiques ? Le sondage montre au contraire que les Québécois appuient la plupart des mesures proposées par le gouvernement Couillard. Ils sont 46 % à être en accord avec l’idée de faire du retour à l’équilibre budgétaire pour 2015 une priorité — très peu de répondants (16 %) pensent toutefois que le gouvernement y arrivera.

La firme de sondage a demandé aux répondants s’ils étaient en accord ou en désaccord avec sept mesures libérales. Et l’appui se révèle très important pour la majorité d’entre elles : augmentation et modulation des tarifs des CPE en fonction des revenus des parents (58 % pour, 38 % contre), augmentation des taxes pour les compagnies d’assurances et les institutions financières (66 % pour, 27 % contre), réduction du nombre de commissions scolaires (64 %, contre 27 %), gel salarial de deux ans pour les employés de l’État (63 %, contre 32 %) ou réforme des régimes de retraite des employés municipaux (54 %, contre 34 %).

Une mesure fait moins consensus : la réforme de la santé est approuvée par 48 % des répondants, alors que 41 % sont en désaccord (la question ne mentionnait pas d’aspects précis). Quant à la diminution du transfert aux municipalités (par le Pacte fiscal transitoire, qui ampute 300 millions aux budgets des municipalités), les Québécois y sont clairement opposés — 51 % en désaccord, 29 % en accord. Le sondage a été mené avant qu’éclate la polémique soulevée par le ministre Pierre Moreau.

« On le sait : les Québécois n’aiment pas la chicane et le sondage vient nous le rappeler, analyse Christian Bourque, vice-président chez Léger. Quand il y a beaucoup de division sur le plan social, ça affecte la satisfaction envers le gouvernement. Les gens peuvent être favorables à certaines mesures, mais ils sentent que quelque chose cloche. » M. Bourque estime aussi que le taux de satisfaction est plombé par le fait que les Québécois ne croient pas que les libéraux arriveront à atteindre l’équilibre en 2015.

Péladeau domine… encore

Le coup de sonde montre par ailleurs que Pierre Karl Péladeau domine toujours outrageusement la course au leadership du Parti québécois. À la question de savoir qui « ferait le meilleur chef du PQ », l’ensemble des répondants choisit M. Péladeau (36 %), devant Alexandre Cloutier (8 %) et Bernard Drainville (6 %).

Chez les sympathisants péquistes (échantillon de 203 personnes), M. Péladeau obtient 68 %. La forte marge d’erreur brouille ensuite les pistes, mais Alexandre Cloutier obtient 11 %, devant M. Drainville (9 %), Martine Ouellet (3 %), Jean-François Lisée (2 %) et Pierre Céré (1 %).

Le sondage a été mené en ligne auprès de 989 répondants entre le 8 et le 11 décembre. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 % dans 19 cas sur 20.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé