La création au coeur de la ville

Montréal, métropole culturelle



À quelques jours du Rendez-vous 2007 - Montréal, métropole culturelle, qui réunira le monde de la culture et des affaires ainsi que les représentants des trois ordres de gouvernement, le Conseil des arts de Montréal veut rappeler et souligner à quel point il est important de placer la création et les créateurs au coeur des débats à venir. Les nouveaux projets d'immobilisations, les nouveaux programmes de médiation et de promotion culturelle n'atteindront pas leurs objectifs si les besoins des créateurs ne sont pas tout d'abord satisfaits.
Le Rendez-vous 2007 nous convie donc à un rassemblement de toutes les forces du milieu dont l'appui est nécessaire pour faire de Montréal une métropole culturelle. Les enjeux désignés -- soit la démocratisation de l'accès, le financement, la qualité du cadre de vie, le rayonnement et les moyens institutionnels -- constituent une table des matières impressionnante. Le plan d'action proposé peut faire toute la différence pour Montréal s'il est mis en oeuvre avec rapidité, concertation et leadership. Toutefois, cet exercice ne saurait être satisfaisant si la question du soutien à la création et aux créateurs n'est pas au premier rang de nos préoccupations.
Rappelons que le Conseil des arts de Montréal est l'outil privilégié dont dispose la Ville de Montréal pour soutenir la vitalité artistique montréalaise. Créé en 1956 pour appuyer la création, la production et la diffusion des organismes artistiques professionnels, il soutient aujourd'hui près de 300 organismes dans la majorité des secteurs de l'activité artistique: des cen-tres d'artistes et des petites compagnies de la relève jusqu'aux grandes institutions, en passant par les compagnies intermédiaires, les associations professionnelles, les festivals disciplinaires et pluridisciplinaires ainsi que les grands événements, tous et chacun les forces vives de la création montréalaise.
Par sa présence sur le terrain, par sa proximité du milieu, le Conseil des arts a le privilège d'avoir un regard d'ensemble sur la vie artistique montréalaise et sur ses principaux enjeux:
- il faut consolider nos grandes institutions: elles sont nos locomotives et elles sont fragiles, malgré leur rayonnement ici et à l'étranger;
- il faut soutenir les compagnies intermédiaires et les petits organismes: ils sont les noyaux durs de la création, souvent l'équivalent de laboratoires de recherche et de développement;
- il faut soutenir les festivals ainsi que les lieux de diffusion; ils sont les outils par lesquels la création peut être connue et reconnue ici et à l'étranger, et ils constituent des atouts touristiques qui font la marque de Montréal;
- il faut mettre en place des programmes permettant aux artistes de la relève et de la diversité de prendre leur place dans leur propre mode de fonctionnement et d'expression et soutenir leur intégration au marché du travail;
- il faut s'engager résolument dans l'appui aux arts médiatiques, à l'architecture et au design ainsi qu'aux nouvelles pratiques artistiques, dont les arts du cirque, qui décloisonnent les modes d'expression traditionnels;
- il faut fournir un soutien technique aux compagnies, comme le fait le Conseil des arts de Montréal depuis bientôt 20 ans avec ses studios de répétition et de production, et aussi lancer des initiatives structurantes, par exemple des programmes de mentorat culturel et de parrainage fiscal.
Pour relever ces défis, il faut des partenaires qui assureront un développement solide et durable. Et ces partenaires, ils sont d'abord publics mais également privés. C'est l'enjeu du Rendez-vous 2007 de solidariser tous les acteurs sur des engagements ciblés.
L'injection de nouveaux fonds publics destinés essentiellement aux créateurs est la condition pour que Montréal demeure sur sa lancée et renforce son positionnement comme ville de création et métropole culturelle distincte. Il est bien évident que la participation de la Ville au financement des organismes montréalais par le truchement de son Conseil des arts a un effet d'entraînement tant sur les autres subventionnaires que sur le secteur privé.
Enfin, alors même qu'il se fait des avancées remarquables sur le plan des infrastructures (salle de l'OSM, Quartier des spectacles et agrandissements de musées), il serait bien imprudent de négliger les investissements dans le fonctionnement des organismes artistiques.
Qu'on se le dise: les arts et la culture ne sont pas une «dépense» mais bien un investissement pour notre société. La création et les créateurs constituent le principal actif dans lequel nous devons investir. Le Rendez-vous 2007 est une occasion privilégiée de se le rappeler mais, encore plus, de prendre des engagements concrets pour que le Conseil des arts de Montréal soit renforcé dans sa capacité de soutenir tout ce talent exceptionnel qui constitue la force de Montréal.
***
Louise Roy, Présidente du Conseil des arts de Montréal
- source


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé