L’émeute du 25 avril 1849 et <i>The Gazette</i>

Le parlement brûle - 1849

L'incendie de l'édifice du Parlement, le 25 avril 1849, n'est pas un simple fait divers. Il figure en tête d'une liste d'événements survenus à Montréal en 1849, «l'année de la terreur», selon le mot d'Édouard-Zotique Massicotte, «terreur jaune», précisait Joseph Royal, en référence aux Orangistes: le 25 avril, assaut contre le cortège du gouverneur par des extrémistes anglo-montréalais, saccage de l'Hôtel du Parlement, agressions contre les élus, incendie de l'édifice du Parlement et de sa bibliothèque, sabotage du matériel du service des incendies; dans les jours suivants, saccage de plusieurs résidences dont celle du premier ministre La Fontaine; le 30 avril, nouvelles agressions contre le cortège du gouverneur; le 10 mai, agression contre les convives de l'hôtel Cyrus; le 15 août, nouvelle attaque armée contre la résidence du premier ministre; le 20 août, incendie de l'hôtel Cyrus (où se déroulait l'enquête du coroner en présence du premier ministre), sans compter plusieurs autres incendies criminels, des agressions et combien d'autres méfaits tout au long de l'année.

Que s'est-il passé pour qu'un segment important de la communauté anglo-montréalaise s'attaque subitement aux institutions les plus fondamentales du pays, le gouverneur, le premier ministre, le Parlement et sa bibliothèque?

La nouvelle politique coloniale de la Grande-Bretagne constitue l'arrière-plan. Porté au pouvoir en 1846, le gouvernement whig prône le libre-échange, une décision qui bouleverse l'économie canadienne. Les vraies causes de cette violence sont cependant politiques et ethniques. Dans les 20 mois qui ont précédé l'émeute d'avril 1849, une série d'événements provoque une irritation croissante chez les tories qui croyaient bien l'avenir réglé par l'Acte d'Union.

- Le 10 août 1847, la reine sanctionne une loi qui établit une liste civile permanente et marque la fin de la «querelle des subsides» qui avait opposé le gouverneur à la majorité parlementaire du Bas-Canada pendant des décennies.

- Le 3 mars 1848, l'Assemblée retire sa confiance aux ministres nommés par le gouverneur et le gouverneur Elgin invite les chefs de la majorité réformiste, La Fontaine et Baldwin, à former un gouvernement, ce qu'ils font le 11. Un francophone, La Fontaine, devient premier ministre et Baldwin lui-même le reconnaît comme son chef.

- Le 14 août 1848, une loi du Parlement britannique révoque la clause de l'Acte d'Union qui proscrivait l'usage de la langue française dans les documents du Parlement.

- Le 18 janvier 1849, dans un discours du trône prononcé en partie en français, le gouverneur Elgin annonce l'amnistie générale des insurgés de 1837-1838 et une loi en ce sens est sanctionnée le 1er février 1849.

- Et, goutte d'eau ultime, le 13 février 1849, l'Assemblée législative entreprend l'étude d'une proposition de La Fontaine qui vise à indemniser les personnes dont les biens ont été endommagés ou détruits durant les répressions de 1837 et 1838 au Bas-Canada. Une mesure semblable avait été précédemment adoptée pour le Haut-Canada, à l'initiative d'Allan MacNab qui sera néanmoins le leader des opposants au bill de 1849! «L'Union, disait-il, d'après un reportage du Journal de Québec (8 février 1849), a complètement manqué son but. Elle fut créée pour l'unique motif d'assujettir les Canadiens français à la domination anglaise. Le contraire en est résulté».

En somme, en quelques mois, dans un esprit de démocratie, de justice et d'équité, le gouvernement britannique avait satisfait des revendications des Patriotes, reconnu leur langue, amnistié leurs chefs: fallait-il en plus, disaient les tories, dans une interprétation très particulière de la loi, «récompenser les rebelles»? Le 25 avril, quand le gouverneur Elgin sanctionne le bill des indemnités, on voit sauter la marmite que les médias anglophones de Montréal (The Gazette en tête) chauffaient depuis quelques mois.

Il y a dix ans, le 150e anniversaire de ces événements a failli passer inaperçu. [Seul Le Devoir y a consacré un article substantiel le mercredi 21 avril->19410]. La Presse, qui avait régulièrement des articles de fond sur des sujets historiques, a choisi le 25 avril pour publier un texte sur les cinquante ans de l'Institut de réhabilitation de Montréal (ironie?), dont les lettres patentes datent de novembre 1949. Quant aux éditeurs de la Gazette, ils se sont probablement bien amusés en décidant de publier, dans leur édition du 25 avril 1999, un long texte sur une émeute survenue... le 10 mai 1849… à New York!

C’est pour réagir à cette amnésie, quelques mois plus tard, que Septentrion a édité Une capitale éphémère, une compilation d’études et de témoignages sur ces événements dramatiques qui attendent quand même toujours leur historien.

Featured d289f7aff001d4f18edc169eaa8e33f3

Gaston Deschênes32 articles

  • 34 523

Historien

[http://openlibrary.org/a/OL184953A/Gaston-Desche%CC%82nes->http://openlibrary.org/a/OL184953A/Gaston-Desche%CC%82nes]


[Gaston Deschênes reçoit le Prix Monique Miville-Deschênes de la Culture->http://lepeuplecotesud.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=99138&id=815&classif=Nouvelles]





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé