Je me souviens

1759 - Commémoration de la Conquête - 12 et 13 septembre 2009


Voici un texte que j'ai préservé de la mièvrerie du "Moulin à paroles". Encore une fois nous avons étalé notre quétainerie peureuse et de bon ton. Aucune passion! Aucune folie géniale! Rien! Rien que des lecteurs qui auraient été trop ternes pour lire les nouvelles à la télé! Et Bernard Landry débordant de sa fougue habituelle! Et Pauline! Ah la rouée Pauline! Et ce festif Lambert! Dieu merci qu'il y avait là mon ami Jean-René Ouellette et quelques autres d'ethnies moins guindées! Alors voici mon manifeste à moi, Pierre Harel le Canadien-français nationaliste. Lisez-le à voix haute car c'est une harangue. C'est fait pour être parlé, crié sur la place publique ou même chanté si vous en avez l'audace. Voici donc JE ME SOUVIENS :
***
N'entendez-vous pas le cri d'alarme du guetteur? N'entendez-vous pas surgir du passé la sourde clameur des «Fils de la Liberté»? Ceux-là qui ont payé de leurs vies en 1837 le rêve d'une nation nouvelle dont le souvenir s'effrite et s'émiette peu à peu dans notre pitoyable imaginaire, plus soucieux de conserver un pauvre confort économique que de redresser l'échine pour montrer à la face du monde que nous sommes une race de poètes libres et fiers! Je vous le demande encore et je n'aurai de cesse de vous le demander, jusqu'à ce que les hurlements gutturaux de nos voix qui scandaient le rigodon ancestral, se mêlent au tonnerre et réveillent en nous l'âme trop longtemps endormie de notre peuple! Jusqu'à ce que nous, anciens Canayens arrivés bien avant le Canada, dansions la gigue de notre peuple en souhaitant que tous ceux qui sont arrivés après nous, et qui arrivent encore, en prennent le pas.
Je me souviens de nos ancêtres qui fuyaient la servitude agricole et défiaient l'autorité féodale des Seigneurs pour s'unir aux Indiens et parcourir le continent de fond en comble. Nous tous, nous métis, nous Canadiens-français, avons-nous oublié que nous sommes, dans le rêve de Monsieur de Montcalm, une race nouvelle qui ne doit sa survivance qu'à elle-même? N'entendons-nous plus les chants de canots de nos coureurs de bois? N'entendons-nous plus le violon du diable nous mener à la danse comme à la guerre? N'avons-nous plus d'oreilles que pour écouter les discours misérables de nos chefs politiques qui nous parlent comme si nous étions un peuple vaincu par sa mollesse, comme si nous étions un troupeau d'imbéciles effrayés par la hantise de manquer de moulée, et qui s'agglutinent aux murs de l'étable, alors que l'herbe haute et grasse des savanes roule sous le vent.
Bande de peureux! Oui! C'est de vous que je parle! Vous, de la grandiose bourgeoisie politique et culturelle! Vous qui complotez pour imaginer un pays qui ne sera jamais le vôtre car vous n'y êtes que pour la carrière et l'argent! Vous, qui n'aimez pas vivre chez-nous et ne pensez qu'à maudire l'hiver et prendre votre retraite dans des pays aux climats moins rudes, vous, qu'avez-vous fait de notre Histoire? Qu'avez-vous fait de notre passé pourtant si plein de passions et d'êtres à la force légendaire, d'hommes et de femmes dont l'irréductible caractère et le tempérament fougueux assurèrent la survivance du peuple que nous sommes? Qu'avez-vous fait de nos rêves de joies partagées et de notre plaisir d'être ensemble? Qu'avez-vous fait de notre attachement et de notre amour pour cette Terre du Nord, ses lacs d'eau claire et ses torrents sauvages que vous êtes en train de vendre sous prétexte d'assurer notre soi-disant confort économique qui n'est jamais que le vôtre! Qu'avez-vous fait de nous, de notre peuple qui a oublié d'où il vient puisque vous lui en avez malicieusement détruit la mémoire!
Je me souviens de la France qui nous a abandonnés et de l'Angleterre qui a brûlé nos fermes et nos récoltes, violé nos femmes et volé notre liberté. Je me souviens du Canada qui nous a tout pris, même notre nom, et notre emblème à feuille d'érable. Allons-nous plus longtemps supporter que des médiocres dont l'audace ne tient qu'à notre inertie, décident de notre avenir? Allons-nous encore endurer qu'on nous prenne pour des ventre pleins qui n'ont plus de coeur?
Je me souviens de notre fierté meurtrie en 1759 lors de la capitulation de Québec signée par des marchands apeurés qui ne décidaient que pour eux-mêmes et la préservation de leurs biens? Réveillons nos ancêtres morts! Rallumons le bûcher de notre Histoire pleine d'aventures et de bombances, pleine de fierté et de liberté, pleine de courage, d'ardeur, et surtout, pleine de la joie de vivre en Amérique et d'en partager la richesse avec ses premiers enfants.
Sommes-nous devenus à ce point peureux et chétifs que nous devrions encore tolérer que de plus lâches que nous décident à notre place que nous sommes vaincus et que nous abdiquons à tout jamais l'héritage de nos ancêtres? Allons-nous encore laisser un de Vaudreuil signer la reddition de Montréal alors que nous étions résolus à nous battre et qu'une résistance farouche était prête à s'organiser? Nous étions invincibles autrefois et nos alliances fraternelles avec les Autochtones inspiraient le respect et l'envie des Hollandais, des Anglais et des Espagnols. Jamais nous n'avons été une race molle et frivole. Nous le sommes devenus en apparence par nécessité de survivance! Oui! Je me souviens!
Je me souviens que nous étions quelques milliers, vendus par la France, étranglés par l'Angleterre. Je me souviens que nous étions seuls! Que nous avions faim et froid! Je me souviens! De fantasques guerriers que nous étions, d'insaisissables et ricaneux voyageurs, nous sommes devenus immobiles et lourds! Muets! Le dos vouté! Le visage fermé sur la terre comme pour mieux cacher nos yeux fauves et dissimuler notre illégale joie de vivre! Nous avions une juste peur de mourir et nous voulions survivre. Nous avons survécu! Allons-nous disparaître maintenant d'avoir oublié qui nous sommes?
On nous parle de politique quand on voudrait entendre parler de générosité. On nous parle de charité quand il faudrait qu'on nous parle d'honnêteté et de justice sociale. On nous parle de prudence alors que nous serions prêts à de grandes privations et à de grands changements pour que notre peuple connaisse enfin sa liberté. On nous promet que rien ne se fera qui mettrait notre sécurité financière en danger, alors que nous sommes affamés d'une belle raison de vivre. On nous assure que rien ne changera et c'est cela qui nous saigne et qui nous tue! C'est notre dernière chance et nous le savons. Malheur à ceux qui croient que nous sommes devenus trop attachés à nos biens pour être capables de donner un bon coup de rein et nous libérer du joug de notre peur! Nous sommes déjà un peuple et nous sommes les seuls vrais Canadiens du Canada! Avant de devenir Québécois aux yeux du monde, nous allons retrouver la maison paternelle car elle nous appartient de droit d'aînesse et que nous en sommes fiers!
Nous appellerons à la danse nos Canadiens-français de l'Ouest, du Sud, de l'Est et du Nord. Nos frères et nos soeurs expatriés de force à l'étranger, nous les inviterons à la Grande Veillée des retrouvailles! Ils viendront! Nous ouvrirons les frontières du Québec et ne les refermerons que lorsque nous serons tous revenus chez-nous, des autres provinces canadiennes et des Territoires, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, des États-Unis, de la France et de l'Angleterre. Tous ceux qui se sont éloignés pour vivre, ceux qui ont été déportés, emmenés en esclavage et en captivité, ceux qui croient que nous les avons oubliés! Alors nous ferons un pays! Alors nous ressentirons et ferons sentir au Monde la puissance mystique de notre peuple! Alors nous hurlerons la joie de notre liberté à la face des nations, comme des loups échappés d'un zoo retrouvent joyeusement leur forêt de grands pins gris.
Allons-nous enfin laisser surgir parmi nous l'âme des guerriers fiers et courageux de notre jeune Histoire? Je me souviens que nous allions à pied du Golf du Mexique à la Mer du Nord, de l'Atlantique au Pacifique, avons-nous changé à ce point que nous ayons perdu le goût du risque et de la liberté? Souvenons-nous! Souvenons-nous! Souvenez-vous, vous tous qui nous croyez trop divisés pour être réunis, que nous sommes depuis longtemps une seule âme, un seul corps! Souvenez-vous que les battements de nos coeurs rythmeront le grand voyage du Québec sur le fleuve des peuples vers la Mer des Nations. Écoutez! Écoutez! Politiciens, Politiciennes, nous sommes un volcan en réchauffement et vous êtes le gros cul assis dessus. Si jamais le feu de la Terre vous brûlait les entrailles, vous sauriez qui, de nous ou du diable, est le maître de la danse.

Featured cc6cb399e10bb8a8cfd100e1e845d908

Pierre Harel2 articles

  • 1 280

Auteur-compositeur, concepteur et cinéaste, Pierre Harel est membre fondateur des groupes Offenbach, Corbeau et Corbach.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé