Il paraît que le PQ se meurt (encore)

C49088c39a3117c3c1ed3a2c316e5880

Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise





Sérieusement, ça arrive souvent.


Depuis 20 ans que je suis la politique, j’ai vu des analystes annoncer la mort du Parti Québécois assez régulièrement.


La première fois, c’était en 2001. C’est la seule année où j’ai habité à Montréal. En entrant au métro Berri-UQAM, j’aperçois la Une du journal Voir (à moins que ça n’était Ici Montréal ?) où le logo du PQ était maquillé en horloge, avec sa pointe indiquant minuit moins une. « La mort du PQ ? » demandait le titre, angoissant.


À l’intérieur, le témoignage du président de Force Jeunesse de l’époque, Martin Koskinen, était à l’avenant.


Pour vous montrer comment tout passe, celui-ci a par la suite milité au PQ ! Et est maintenant directeur de cabinet de François Legault, à la CAQ.


Comme quoi certains ont de la suite dans les idées... en même temps que l’appui aux partis, comme les marées, vont et viennent.


Tout le monde s’entend


C’est ce qu’il faut garder en tête, dans ce contexte, où tout un chacun croit émettre le propos le plus original et iconoclaste qui soit en annonçant solennellement, encore, que le PQ se meurt.


C’est fou, tout le monde s’entend, même les chroniqueurs souverainistes et les animateurs de radio privée. Encore.


Surréaliste manifestation, hier. J’ai vu sur les réseaux sociaux un groupe de militants de gauche se quereller. Le PQ est-il en train de mourir ou est-il déjà mort ? La seconde option semblait vouloir l’emporter. À croire que ses 100 000 membres et ses 28 députés avaient tous été enterrés vivants.


Chez certains, l’insistance à affirmer que le PQ n’a aucune chance, mais alors là absolument aucune chance de s’en sortir est telle qu’on les imagine répétant leur point avec de grosses larmes leur coulant sur les joues. « Si le PQ meurt pas, moi, je joue pu ! »


Hystérie collective


Même mon collègue Sylvain Lévesque a cédé aux chants des sirènes de cette étrange hystérie collective en reprenant sur notre blogue une lettre de Nestor Turcotte, habitué des pages opinion, datant de 2011, affirmant que « le PQ a tué le PQ ».


Il y a deux soucis avec le texte de M. Turcotte.


D’abord, celui-ci annonce la mort du PQ depuis 1976, lorsque René Lévesque lui a préféré Yves Bérubé comme candidat dans Matane. Parfois, il dit que c’est parce que le PQ n’est pas assez souverainiste. Parfois, il dit que c’est parce qu’il l’est trop. Ça dépend de l’air du temps. La seule constante, c’est qu’il n’aime pas le PQ.


Les partis politiques n’étant habituellement pas éternels, il finira bien par avoir raison, après plus de 40 ans à marteler son message. C’est statistique.


Ensuite, le texte de M. Turcotte, écrit dans la foulée de la crise entraînée par le projet de loi 204 et la démission de 4 députés, a un gros problème chronologique : un an et huit jours après sa première publication, le PQ formait un gouvernement et Pauline Marois devenait première ministre.


Plus un souhait qu’une analyse


C’est souvent comme ça. Quand Lucien Bouchard est parti, en 2001, le PQ devait mourir. Puis quand l’ADQ est montée au-dessus de 40 % dans les sondages, en 2002, le PQ devait encore mourir. Quand le PQ a fini troisième derrière l’ADQ, en 2007, le PQ devait mourir. Quand son caucus a implosé en 2011, il devait mourir aussi.


Et, entretemps, d’autres textes ont annoncé épisodiquement le retour du PQ. Même André Pratte s’y est déjà fait prendre.


Dans l’absolu, c’est bien possible que le PQ finisse par disparaître. Mais ça ne donnera pas raison à Jean Chrétien d’avoir affirmé en 1975 que le chien séparatiste était malade.


Bref, retenez juste que, quand quelqu’un annonce la mort du PQ, il émet généralement davantage un souhait qu’une analyse.


C'est presque incantatoire. Disons-le beaucoup, disons-le souvent, disons-le encore. Ça finira bien par devenir vrai.


Des signes encourageants aussi


C'est vrai qu’il y a plein de raisons d’être inquiet de l’avenir du Parti Québécois, les derniers sondages entre autres.


Ceci dit, il y a d’autres raisons de voir les choses positivement, de son point de vue.


Il y a d’abord ce rajeunissement observé de son membership, notamment dans la foulée de la tournée de Paul Saint-Pierre-Plamondon. On parle de 4000 nouveaux membres en quelques semaines.


Il y a aussi le fait que, depuis le début de l’année 2017, le PQ recueille à lui seul plus de financement populaire que tous les autres partis réunis. Québec Solidaire engrange également, dans la foulée de l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois.


Ça continue cette semaine, par ailleurs. C’est le contraire qui serait étonnant, dans la foulée d’une fin de semaine où on a occupé seul l’espace médiatique.


Il y a donc des signes inquiétants ressentis par le PQ, dans le contexte de la rebuffade subi aux mains de Québec Solidaire. Mais il y a des signes encourageants aussi.


Le congrès fera foi de tout


En fait, c’est le congrès de l’automne et les orientations qui y seront adoptées qui feront foi de tout. En plus, histoire d’ajouter à l’intérêt et la mobilisation, il y aura une élection à la présidence. Dans un parti qui se meurt, on ne voit pas ça.


La candidature de Paul Saint-Pierre-Plamondon est attendue, encore que l’on dit dans les officines qu’il ne verrait pas la présidence comme un passage obligé avant de se faire comme député, dès que l’occasion se présentera. On a toutefois la confirmation que deux femmes de qualité se feront la lutte.


Ancienne députée du Bloc et conseillère politique, Ève-Marie Thaï Ti Lac, 45 ans affrontera Gabrielle Lemieux, 31 ans, militante de très longue date et gestionnaire dans le secteur de la santé. La première est native du Viêt Nam et a grandi au Québec, dans une famille d’adoption.


Elle misera sur l’aspect des communautés culturelles pour être élue, mais l’argument est court : son éducation lui confère davantage un profil « Saint-Hyacinthe » que « boulevard Saint-Laurent ». Sa notoriété la servira, mais Madame Lemieux est beaucoup mieux implantée qu’elle au sein des instances.


(AJOUT : Il semble que Madame Thaï Ti Lac se serait ralliée à Gabrielle Lemieux.) Et reste à voir ce que décidera PSPP.


Le culte de l’offensive


À la fin, membership, financement et effervescence dans l’organisation du parti, ça ne voudra rien dire si le PQ ne fait pas élire plus de députés à l’automne de 2018 et, présentement, ça n’a pas l’air parti pour ça.


Mais, justement, il reste un an et demi et deux sessions parlementaires complètes avant les prochaines élections. Il y aura d’autres rebondissements. Rappelons-nous qu’au cours des dernières campagnes que nous avons suivi autour de nous, celui qui est entré dans la course premier en est rarement sorti victorieux.


Et souvenons-nous que Jean-François Lisée, pour devenir chef du PQ, est lui-même revenu de très loin. Il sait comment surprendre et il le fera encore.


Peut-être en est-il à méditer sur ces mots du maréchal français Ferdinand Foch, connu pour son « culte de l’offensive » et qui fut commandant en chef des troupes alliées lors de la guerre de 14-18 : « Pressé fortement sur ma droite, mon centre cède, impossible de me mouvoir, situation excellente, j’attaque. »


Le 2 octobre 2018, tous les observateurs qui exigent aujourd’hui en pleurnichant la reddition immédiate du PQ auront peut-être eu raison, mais ce parti et son chef ne leur procureront pas cette satisfaction avant d’avoir livré plusieurs autres batailles.


Featured 9c815ec71af61853ddb55725d4feb1f8

Claude Villeneuve136 articles

  • 28 557

L’auteur est blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec. Il a été président du Comité national des jeunes du Parti Québécois de 2005 à 2006 et rédacteur des discours de la première ministre Pauline Marois de 2008 à 2014.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé