For a Productive New Approach in the Middle East

Chronique de Rodrigue Tremblay

"Democracy must be something more than two wolves and a sheep voting on what to have for dinner."
_ James Bovard, 1994
"In a country well governed poverty is something to be ashamed of. In a country badly governed wealth is something to be ashamed of."
_ Confucius (551-479 BC)
"Democracy [is] when the indigent, and not the men of property, are the rulers."
_ Aristotle (384-322 BC)
Can you have a miltarily 'occupied democracy'? To ask the question is to answer it. When a foreign army occupies a country by force, the population cannot be in control of its destiny, whatever the language spoken by the local puppet government. -This is an oxymoron. That is the reason there could never be democracy in occupied Iraq or in occupied Afghanistan. It is only, if ever, when foreign troops leave or are kicked out that the national government in these lands can regain its legitimacy and authority.

This is a basic truth that the American president, George W. Bush, seems to have trouble understanding. In order to mobilize American public opinion behind his failed policies, Bush II is forced to rely on incendiary vocabulary to present his 'war on terror', an empty phrase, as a war against terrorists in Iraq. For example, there may be so-called 'terrorists' in Iraq, but there were none before the Bush-Cheney administration decided to invade that country on March 20, 2003, and they are not the worldwide terrorists à la al Qaeda who want to do damage to the United States. The 'al Qaeda terrorists' who have a beef against the U.S. are not in Iraq; they are in Pakistan, Yemen, Saudi Arabia, the U.K. ...etc. -Most of the insurgents in Iraq are not terrorists, but patriots who are fighting a foreign invader. That would be the case if the United States were invaded by a foreign enemy: Americans would fight the invaders. To fight an invader is not a terrorist act but a patriotic act. For Bush, "to stay the course" in Iraq is not a policy; it is stubborness and a lack of vision.

By gratuitously and illegally attacking, invading and occupying Iraq on March 20, 2003, for reasons that Bush himself says had nothing to do with 9/11 and terrorism, as he openly conceded during his August 21 (2006) news conference, while continuing to babble the word "democracy", the American president is not only giving the great institution of democracy a bad name, but he has turned hundreds of millions of moderate Muslims against the West and its humanistic values. And, to make matters worse, by pushing Israel to attack and destroy the country of Lebanon, while closing his eyes on the sufferings that Israel imposes daily on the Palestinians, George W. Bush has brought upon himself the contempt and anger of most of the world. As a result of his misguided policies and dumb pronouncements, Bush has only succeeded in presenting western interventions in Iraq and Afghanistan as 19th Century colonial and imperialistic adventures. In this sense, George W. Bush and his cohort of Neocon advisers are truly men of the 19th Century, not of the 21st Century. In this day and age, such a policy is a dead-end approach. It can only lead to disaster.

What would be called for, at this juncture, is an international conference, preferably under the auspices of the United Nations, on the future of Iraq and of the Middle East region and their inhabitants. This may be the only way to stop the Iraqi civil war that Bush denies but that the Pentagon confirms is going on in Iraq. -A first obvious objective would be to divert the current unproductive military expenditures toward a Marshall-like Plan to raise standards of living in that part of the world. A second imperative objective would be to adopt a plan with teeth to stop, once and for all, the lawlessness that prevails in Israel-Arab relations. I suspect that most Israelis and most Palestinians are war weary and would accept a liveable compromise wrought in good faith.

If no credible leadership pushes events in that rational direction, the laws of inertia and of unintended consequences will move things toward chaos and ever more escalading conflicts.

Since the U.S. is so deeply involved in the current international mess, a reappraisal of the situation would require fundamental changes in the Bush administration's approach to international problems. This could be difficult, but surely not impossible, for the American president to, -first, stop being under the dominating influence of his vice-president, and reassert his authority to formulate foreign policy, and -second, place the interests of the pro-Israel Lobby in a more balanced perspective within American foreign policy. This would require a change of personnel, but other presidents, Ronald Reagan for example, did it with success.

The new American foreign policy toward the Middle East should take a leaf from the 1975 Helsinki Accords and the new productive approach toward the Soviet Bloc. The world needs a policy of 'detente' in the Middle East. -Western leaders should start telling all moderate Muslims, and they are the vast majority, 1- that their country, their culture and their religion will henceforth be respected; and 2- that democratic countries will assist them in their development, but will not dictate to them what political systems and what institutions they must adopt.

The current American administration is scheduled to remain in office until January 2009. The U.S. and the world cannot afford two more long years of amateurism, improvisation and failure. -Let us hope that the world of today can generate leaders of vision of the type found in the past, with Marshall, Acheson, Kissinger, Brzezinski, Baker,...etc.

Rodrigue Tremblay is professor emeritus of economics at the University of Montreal and can be reached at rodrigue.tremblay@
He is the author of the book 'The New American Empire'.
Visit his blog site at

Posted, September 4, 2006, at 5:30 am

Email to a friend:
Send contact, comments or commercial reproduction requests (in English or in French) to:
N.B.: Messages may be published in our weblog, unless you request otherwise.

(traduction française)
Deux loups et un mouton...
Pour une nouvelle approche productive au Moyen-Orient
Rodrigue Tremblay, 4 septembre 2006
_ Traduit par Pétrus Lombard et révisé par Fausto Giudice

La « démocratie doit être quelque chose de plus que deux loups et un mouton votant sur ce qu'il y aura au dîner. »
_ James Bovard, 1994
« Dans un pays bien gouverné la pauvreté est une chose honteuse.
Dans un pays mal gouverné la richesse est une chose honteuse. »
_ Confucius (551-479 Avant JC)
« La démocratie [c'est] lorsque les indigents, et non les hommes aisés sont les souverains. »
_ Aristote (384-322 Avant JC)

Pouvez-vous avoir une « démocratie occupée » militairement ? Poser la question c'est y répondre. Quand une armée étrangère occupe un pays par la force, la population ne peut pas être aux commandes de son destin, quel que soit la langue parlée par le gouvernement marionnette local. -- C'est un oxymoron [alliance de deux mots incompatibles, NDT]. C'est la raison pour laquelle il ne pourra jamais y avoir de démocratie en Irak ou en Afghanistan occupé. C'est seulement, pour ne pas dire jamais, quand les troupes étrangères partiront ou seront mises à la porte que le gouvernement national de ces pays pourront regagner leur légitimité et leur autorité.
C'est une vérité première que le président US, George W. Bush, semble avoir des troubles de comportement. Afin de mobiliser l'opinion publique US derrière sa politique ratée, Bush II est forcé de recourir à un vocabulaire incendiaire pour présenter sa « guerre contre le terrorisme », une expression vide, comme la guerre contre les terroristes en Irak. Par exemple, il peut y avoir des soi-disant « terroristes » en Irak, mais il n'y en avait aucun avant que l'administration Bush-Cheney décide d'envahir ce pays le 20 mars 2003, et ce ne sont pas les terroristes du monde entier, à la Al Qaïda, qui veulent faire du tort aux USA. « Les terroristes d'Al Qaïda », qui ont des griefs contre les USA, ne sont pas en Irak ; ils sont au Pakistan, au Yémen, en Arabie Saoudite, au Royaume-Uni ...etc. -- La plupart des insurgés en Irak ne sont pas des terroristes, mais des patriotes qui combattent un envahisseur étranger. Ce serait le cas si les USA étaient envahis par un ennemi étranger : Les usaméricains combattraient les envahisseurs. Combattre un envahisseur n'est pas un acte de terroriste mais un acte patriote. Pour Bush, « rester dans le coup » en Irak n'est pas une politique ; c'est de l'obstination et un manque de vision.
En attaquant, envahissant et occupant l'Irak sans raison et illégalement, le 20 mars 2003, pour des raisons dont Bush lui-même avoue qu'elles n'ont rien à voir avec le 9/11 et le terrorisme, comme il l'a concédé publiquement lors de sa conférence de presse du 21 août (2006), tout en continuant à bafouiller le mot « démocratie », non seulement le président américain donne à la grande institution de la démocratie une mauvaise réputation, mais il tourne des centaines de millions de musulmans modérés contre l'Occident et ses valeurs humanistes. Et, pour faire empirer les choses, en poussant Israël à l'attaque et à la destruction du Liban, tout en fermant les yeux sur les souffrances qu'Israël impose tous les jours aux Palestiniens, George W. Bush suscite contre lui le mépris et la colère de la majeure partie du monde. À la suite de ses actes politiques malencontreux et de ses déclarations niaises, Bush réussit seulement à présenter les interventions occidentales en Irak et en Afghanistan comme des aventures coloniales et impérialistes du 19èmes Siècle. En ce sens, George W. Bush et sa cohorte de conseillers néo-conservateurs sont vraiment des hommes du 19ème siècle, pas du 21ème siècle. De nos jours, une telle politique conduit dans une impasse. Elle ne peut que mener au désastre.
Ce dont on aurait besoin, dans les circonstances actuelles, c'est d'une conférence internationale, de préférence sous les auspices des Nations Unies, sur le futur de l'Irak et de la région du Moyen-Orient et de leurs habitants. Cela peut être la seule manière d'arrêter la guerre civile irakienne que Bush dénie mais que le Pentagone confirme qu'elle se poursuit en Irak. Un premier objectif évident serait de rediriger les dépenses militaires improductives courantes vers comme un plan Marshall pour élever le standard de vie de cette partie du monde. Un deuxième objectif impératif serait d'adopter un plan ambitieux pour arrêter, une fois pour toutes, l'anarchie qui règne dans les rapports arabo-israéliens. Je suspecte que la plupart des Israéliens et des Palestiniens sont fatigués de la guerre et qu'ils accepteraient un compromis vivable confectionné de bonne foi.
Si aucune dirigeant crédible ne pousse les événements dans cette direction raisonnable, les lois de l'inertie et les effets pervers feront évoluer les choses vers le chaos et toujours plus d'escalade des conflits.
Puisque les USA sont si profondément impliqués dans le désordre international actuel, un réexamen de la situation exigerait des changements de fond dans l'approche par l'administration de Bush des problèmes internationaux. Cela pourrait être difficile, mais sûrement pas impossible, pour le président usaméricain de
- d'abord, cesser d'être sous l'influence dominatrice de son vice-président, et réaffirmer son autorité pour élaborer la politique étrangère, et
- en second lieu, placer les intérêts du lobby pro-israélien à une place plus équilibrée dans la politique étrangère usaméricaine. Cela exigerait le remplacement du personnel, mais d'autres présidents, Ronald Reagan par exemple, l'ont fait avec succès.
La nouvelle politique étrangère usaméricaine envers le Moyen-Orient devrait prendre exemple sur les Accords de Helsinki en 1975 et la nouvelle approche productive vis-à-vis du du bloc soviétique. Le monde a besoin d'une politique de « détente » au Moyen-Orient. - Les dirigeants occidentaux devraient commencer à dire à tous les musulmans modérés, et ils sont la grande majorité, 1- que leur pays, leur culture et leur religion seront dorénavant respectés ; et 2- que les pays démocratiques les aideront dans leur développement, mais ne leur dicteront pas quels systèmes politiques et quelles institutions ils doivent adopter.
L'administration US actuelle doit rester en fonction jusqu'à janvier 2009. Les USA et le monde n'ont pas les moyens d'attendre encore deux longues années d'amateurisme, d'improvisation et d'échec.
Espérons que le monde d'aujourd'hui pourra engendrer des dirigeants d'une grande perspicacité du genre découvert dans le passé, comme Marshall, Acheson, Kissinger, Brzezinski, Baker,... etc.
Traduit de l'anglais par Pétrus Lombard, membre associé et révisé par Fausto Giudice, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l'intégrité et d'en mentionner sources et auteurs.
Note de Tlaxcala : nous nous permettons de signaler que nous ne partageons pas les appréciations du Dr Tremblay sur les « grands hommes » évoqués en fin d'article, en particulier Henry Kissinger, responsable notamment de crimes de guerre en Indochine et du coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili.

Laissez un commentaire

Aucun commentaire trouvé