Êtes-vous candidat au suicide?

Tribune libre

En lisant un article du journal Le Devoir de ce matin, mercredi, 25 mars 09, on se rend compte que la nomination de Michael Sabia au poste de président de la Caisse de Dépôt et de Placement du Québec, est, c’est le moins qu’on puisse dire, suspecte. M. Yvan Allaire, jusqu’à tout récemment membre du conseil d’administration de la CDPQ, a été remercié de ses services comme le sont tout à tour tous les autres membres de ce conseil d’administration dans le but évident de nommer, pour Jean Charest, tous les pions désirés en place, à son service, pour une raison qui, pour l’instant du moins, reste nébuleuse et inquiétante. Il est en train de remplacer tout le conseil d’administration. Si l’on suit les actions de Jean Charest depuis qu’il a les mains sur le volant dans la conduite du Québec depuis le début, ce sera pour la privatisation de cette Caisse de Dépôt. La nomination de M. Sabia le laisse supposer. Vous rendez-vous compte de ce que cela veut dire?
Une information, que je ne possède pas pour l’instant, nous serait collectivement précieuse. Michael Sabia, connaît-il la famille Desmarais, Paul de père en fils? Si oui, quelle est leur relation? En admettant une réponse positive, nous aurions à notre question première, à savoir, quelle est la vraie raison de la nomination ultra-rapide de Michael Sabia et comme on dit dans l’industrie, sans appel d’offre, contre tous les règlements de la caisse et les lois, une réponse concrète. Il ne faut pas oublier que les actions néfastes pour le Québec ont toutes été concoctées en catimini par le gouvernement Charest. Tout est sous-marin, caché. Il obéit, c’est évident, à une éminence grise que je qualifierais même de noire. Comme je l’ai déjà mentionné, ce n’est pas pour rien qu’une membre de la famille Desmarais trône au conseil d’administration du CHUM et que Charest , malgré toutes les mises en garde de tous les milieux pertinents, ne démord pas des PPP, profit pour le privé, pertes pour le public.
Jusqu’où, jusqu’à quel point ce virus de la politique Québécoise va-t-il infecter et ronger ce que les Québécois ont acquis de hautes luttes? Y a-t-il un moyen de le chasser du pouvoir avant qu’il ne nous déplume complètement. Pour ceux qui croient que je fabule, vérifiez tous ses actions, que ce soit la forêt, l’agriculture, les entreprises (la SGF paralysée), l’éducation (programmes d’éducation abscons, le retrait de véritables cours d’histoire), la santé (l’implantation forcée des PPP), la vente des terrains publics et parcs (le Mont Orford), l’augmentation de plus de 10,000 immigrants de plus par année tout en diminuant les budgets du ministère de l’ Immigration, quand on sait toutes difficultés que nous avons à intégrer ces immigrants au secteur français, la nomination d’une ministre de la justice anglophone reconnue pour sa polarisation anti-Québec, la polarisation fédérale du 400ième de la ville de Québec, l'absence quasi totale du fleurdelisé de ce 400ième, etc., etc.
La liste serait tellement longue….je vous laisse le soin de la compléter. C’est ça Charest, un suicide collectif. Que faut-il pour faire comprendre ça aux 38% qui voteraient encore pour lui?
Ivan Parent

Featured a3e971571ab3c25a01e01d56d6b9d9d3

Ivan Parent403 articles

  • 348 501

Pianiste pendant une trentaine d'années, j'ai commencé
à temps partiel d'abord à faire du film industriel, de la vidéo et j'ai
fondé ma compagnie "Les Productions du LOTUS" Les détails seront visibles sur mon site web.
Site web : prolotus.net





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    29 mars 2009

    À M.Luc Duranleau
    Quand j'ai parlé de 38% pour M.Charest, je ne parlais pas de l'élection mais du dernier sondage qui à ma connaissance donnait 38% d'intention de vote à Jean Charest, notre fossoyeur national. Nuance. En ce qui concerne la dernière élection, je n'ai pas en mémoire les chiffres précis mais effectivement, là dessus vous avez raison, le pourcentage de ceux qui ont voté pour ce mécréant, Jean Ali Baba et ses 40 voleurs, doivent être pris à partir de ceux qui ont voté et non la population totale, ce qui change considérablement le topo.
    IP

  • Luc Duranleau Répondre

    28 mars 2009

    Bonsoir messieurs,
    Monsieur Charest n'a pas obtenu 38% du suffrage comme vous le laissez entendre mais seulement 38% des 53% qui ont voté lors de l'élection.
    Donc, le meutre du peuple du peuple québécois s'effectue à vitesse grand V avec l'appui de seulement 20% du suffrage. Quand 1 personne sur 5 décide du sort d'un peuple, il est grand temps de se libérer.
    Seul le Parti inédpendantiste offre aux Québécois un pays en proposant un pays par une majorité à la voie éléctorale.
    C'est étrange que nous acceptons sans dire un mot qu'une personne sur 5 décide d'annihiler un peuple et que nous considérons ce gouvernement fantoche de légitime alors que pour la même majorité au PI, tous clament la dictature.
    Quelle bandes hypocrites et d'opportunistes.
    Luc Duranleau
    Responsable des communications
    Parti indépendantiste

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2009

    manque de courage et/ou de lucidité pour 38% de la population, déprimant.
    IP

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    26 mars 2009

    Oui, Charest est en quelque sorte une méthode de suicide collectif, pour la nation québécoise.
    Mais pourquoi diable, il y a quelques mois, nos citoyens ont choisi, en nombre auparavant jamais vu, de s'abstenir de voter, au lieu de saisir une aussi belle occasion de sortir Charest du Parlement (et ce avec un magistral coup de pied au derrière)?!?

  • Nicole Hébert Répondre

    25 mars 2009

    Le billet de Louis Lapointe intitulé "L'homme de Rio" proposait quelque hypothèse à ce sujet...

  • Archives de Vigile Répondre

    25 mars 2009

    Monsieur Parent,
    Je me demande où est l'équipe pour prendre la place? René Lévesque était mieux équipé que cela ! Même s'il ne voulait pas expressément l'indépendance du Québec!
    Nestor Turcotte