L’Occident ne veut pas la victoire des peuples

En Égypte : la stratégie de l’Occident est dévoilée

Tribune libre

L’Occident (Américains, Anglais et Sionistes) a une stratégie. Et comment le savons-nous? Leur stratégie fut dévoilée, hier, au moment où le gouvernement Moubarak a rouvert l’accès à Internet. Le régime a compris qu’il fallait envoyer au monde entier une image claire sur l’idée que le peuple Égyptien était divisé. Nous avons d’un côté, les anti-Moubarak (2 ou 3 millions de personnes défilant pacifiquement avec leurs enfants) et de l’autre côté les quelques centaines de pro-Moubarak composés de policiers en civile armés pour provoquer, faire de la casse et envoyer des cocktails-Molotov sur la foule et les chars d’assaut de l’armée. Ces mercenaires et ces policiers vendus à l’Occident sont entrés à cheval et en dromadaire. Comment peut-on expliquer cette offensive… sans un plan prédéfini?
Que produit cette désinformation chez les populations du monde entier? Cela a pour effet, par l’image, de dénigrer le peuple Égyptien, c’est-à-dire discréditer les millions d’anti-Moubarak. Et n’oublions pas que cette contre-manifestation a été planifiée depuis Israël et les mercenaires pro-occidentaux, et qu’elle n’est pas spontanée. Et les images reçues par satellites montrent bien que les anti-manifestants sont clairsemés et violents. Ne soyons pas dupes de cette mise en scène. Ces manifestants, en créant le chaos et le désordre, vont faire peur au peuple et sous l’ordre de ex-général Hosni Moubarak, l’armée devra intervenir pour rétablir la paix et l’ordre social.
Tous les ingrédients sont là pour maintenir en place le régime répressif, rassurer les anti-démocrates sionistes et protéger les intérêts stratégiques et économiques de l’Occident. Le pétrole passe par le canal de Suez. Ben Ali leur a échappé, mais ils ne veulent pas abandonner le régime Moubarak. L'Occident est l’ennemi numéro un de la planète. Ses Maîtres occidentaux envahissent, détruisent les démocraties participatives des nations, tuent l’identité des peuples, pillent leurs richesses naturelles et mettent en place leurs dictateurs, en contrôlant les élections et le vote populaire.
Qu’on le veuille ou non, le régime Moubarak est terminé! L’armée va prendre le contrôle. D’ailleurs Barak Obama presse Moubarak d’intervenir et de changer le régime politique. En provoquant le chaos, intentionnellement, il peut ramener temporairement l'ordre avec l'armée. Mais celle-ci ne le suivra pas jusqu’au bout. Si elle prend le pouvoir, pourra-t-elle le laisser aux mains d’un régime démocratique? Pourra-t-elle permettre aux Frères musulmans d’être élus démocratiquement? Tout est possible.
Résistons aux impostures occidentales et non aux arabes-musulmans qui recherchent la liberté et la paix.
Marius MORIN

Featured 8c0f59ed26d0671347255ad7ccf3e7ea

Marius Morin130 articles

  • 121 504

Citoyen du Québec, Laval, Formation universitaire, Retraité toujours
interpellé par l'actualité socio-politique

Laval





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    4 février 2011

    Enfin nous voyons la souffrance des peuples arabo-musulmans sur nos écrans de télévision et d’ordinateur (spécialement grâce à Al Jazeera). On prend conscience qu’ils ne sont plus des masses dociles soumises à des dictateurs orientaux amis et corrompus et qu’on ne peut plus les identifier à des foules hystériques possédées par le fanatisme religieux. La Tunisie et l’Égypte nous en donnent la preuve présentement. Tout comme nous, ils ont soif de liberté, ils détestent les inégalités et la corruption et réclament un système démocratique fidèle à leurs aspirations. C’est une révolution sans précédent qui se passe maintenant.

  • Archives de Vigile Répondre

    3 février 2011

    Le vieux Moubarak n’a rien compris des nouveaux changements qui se produisent dans le monde et spécialement dans les pays arabo-musulmans. Il vient de nommer deux militaires pour l’appuyer: Omar Suleiman, ancien compagnon d’armes et ancien chef des services de renseignements comme vice-président ; et Ahmed Chafiq, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air comme responsable de former un nouveau gouvernement. Malheureusement il vient d’imposer au pays dans la rue un Triumvirat militaire. Leurs milices et leurs mercenaires pillent et dévastent le pays, créent le chaos pour effrayer le peuple. Les journalistes et les ressortissants étrangers sont arrêtés, battus et pillés. Ce Triumvirat n’a pas compris que les moyens de communication modernes changent radicalement la donne et que le peuple dans la rue est invincible. Combien de morts et de blessés seront sacrifiés pour la libération du peuple Égyptien?
    Lire aussi: Daniel Vanhove

  • Archives de Vigile Répondre

    3 février 2011

    Pour Pepe Escobar vous pouvez aussi le lire en anglais ici :
    sur le site asiatimes online.
    http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MB04Ak01.html

  • Archives de Vigile Répondre

    3 février 2011

    Entièrement d'accord avec M.Morin sur cette analyse corroborée par plusieurs autres spécialistes. Pepe Escobar, dans Rebelion, présente une analyse qui va tout à fait dans ce sens. L'article est malheureusement en espagnol seulement. Pour ceux et celles qui se débrouillent dans cette langue de Cervantes, sa lectue en vaut la peine.
    http://www.rebelion.org/noticia.php?id=121647

  • Nosco Répondre

    3 février 2011

    Puissent les Égyptiens et les Québécois entendre votre analyse, il semble jusqu’ici qu’ils résistent assez bien à la tentation de la violence. L’occident fait bien des torts en protégeant les régimes mafieux, mais au fait notre régime à nous ne serait-il pas lui aussi quelque peu corrompu par les cousins mafieux? Il importe de se demander chez qui la « famille » Trabelsi est allée se réfugier. Le crime organisé est un fléau maintenant spécialisé dans la corruption des gouvernements et le réseau ainsi créé étant ses pénates dans une multitude de pays. Quand la mafia qui transige des milliards de dollars se fait prendre, elle fuit dans d’autres pays. Une fois arrivé, son réflexe est de demander protection à ceux qui tirent le même genre de ficelles. Si les Trabelsi restent à Montréal, ils feront les mêmes dommages que les clans mafieux si âprement dénoncés depuis deux ans.
    Nosco

  • Archives de Vigile Répondre

    2 février 2011

    Bon article.
    En Égypte, le changement de régime à la faveur des militaires est prévisible, pronostiqué sinon planifié par les États-Unis. Changement de régime, certes, mais pas changement de politique. À moins que... mais nous n'en sommes pas là.
    Également pour la Tunisie, si les adoucissements du pouvoir prennent forme et soulagent, la politique fondamentale sera-t-elle modifiée ? Je comprends pour ma part qu'aucune révolution n'a encore eu lieu, que des changements d'acteurs.
    Le véritable changement de cap, qui dans ce cas n'est pas anticipé mais réel, nous arrive du Liban. Dans ce cas il s'agit d'un véritable renversement inattendu du pouvoir. C'est là que, dans le parfait exercice de la démocratie, toute la stratégie belliciste américaine et sioniste, mise patiemment en place depuis 2005 et avant, s'est effondrée dans l'espace de 24 heures.
    Pas trop fier de cette rebuffade, pas étonnant que nos médias aux ordres font profil bas.
    GV