En 5 chiffres: le nationalisme est bien perçu par les francophones

F46b665369e7f3c0e9ce2353d88da982

Seuls les anglo-immigrés voient d'un mauvais oeil le nationalisme québécois


78 % Près de quatre Québécois francophones sur cinq « réagissent de façon très positive ou plutôt positive lorsqu’ils entendent parler » du nationalisme québécois, montrent les données d’un sondage Léger mené pour le compte de l’Association d’études canadiennes. La question ne précisait pas ce qu’on entend par nationalisme québécois, chacun étant libre d’interpréter à sa guise la portée de l’expression.


Le nationalisme québécois est perçu positivement par une très large part de la population francophone, révèle en cette veille de Fête nationale un sondage Léger mené pour le compte de l’Association d’études canadiennes. Décryptage en cinq chiffres de ce sondage mené en ligne du 3 au 7 mai 2019 auprès de 1212 Québécois.




29 % Chez les répondants de langue anglaise, la perception est inverse : 65 % ont dit avoir une réaction négative quand on leur parle du nationalisme québécois, alors que 29 % d’entre eux réagissent positivement.


64 % Quelque deux francophones sur trois se « sentent attachés » au Canada, un sentiment qui anime aussi 92 % des répondants de langue anglaise. Le total combiné ? 70 % des répondants.


86 % L’affection pour le Québec fait pour sa part plus largement consensus, avec plus de neuf répondants francophones sur dix qui se « sentent attachés ». Quelque 67 % des anglophones de la province expriment le même sentiment. Au cumulatif, on retient que 86 % des répondants ont donné une réponse positive à cette question.


95 % Êtes-vous attachés à votre langue ? Que ce soit le français (96 % des répondants de ce groupe), l’anglais (92 %) ou une autre langue (92 %), l’immense majorité des Québécois déclarent un attachement à leur langue.