Deux groupes de manifestants pourraient s’affronter au sommet du G7

Bc468a5bba456dddb1dea7da6c3aa9b1

Multiplication des organisations citoyennes inquiètes de l'immigration incontrôlée


Le sommet du G7 à La Malbaie pourrait donner lieu à des affrontements inattendus alors que deux groupes de manifestants, un de la gauche radicale et l’autre populiste de droite, se donnent rendez-vous.


Deux rendez-vous de manifestants sont prévus. Un, plus habituel lors des sommets, est organisé par les groupes altermondialistes de gauche.


L’autre est organisé par le groupe populiste Québec libre à La Malbaie, une organisation citoyenne qui comprend des membres de La Meute, de Atalante et de la Storm Alliance.


Selon l’organisateur de la seconde manifestation, il s’agit d’un rassemblement «citoyen» et «pacifiste».


 Nous manifestons comme citoyens, mais c’est sûr que si les groupes comme Storm et La Meute veulent se joindre à nous, c’est correct», a mentionné Jocelyn Houle. Ce dernier a soutenu en entrevue au Journal que les médias de masse et les politiciens sont contrôlés par les francs-maçons. «On est censuré partout», affirme-t-il.


Conspirationniste, contre l’immigration et apeuré par l’islam, le groupe populiste compte multiplier les apparitions publiques d’ici le Sommet du G7. «Nous sommes contre l’ordre mondial. Notre gouvernement est contre les Québécois. Ils laissent entrer l’État islamique. Les frontières, ça rentre de manière illégale».


Face à ces arguments «populistes», les groupes altermondialistes qui manifestent également contre le Sommet du G7, mais pour des raisons complètement différentes, pourraient venir troubler ce rassemblement.


Tensions à prévoir


Selon le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en Sociologie des conflits sociaux, Marcos Ancelovici, les idéaux des groupes populistes de droite et de la gauche altermondialiste sont irréconciliables, même dans le cadre d’une manifestation contre la mondialisation.


«Les deux critiquent la mondialisation, mais la base est complètement différente, explique M. Ancelovici. C’est impensable qu’ils marchent ensemble. Ça ne va pas arriver.»


La gauche dénonce le déficit démocratique des institutions internationales et les impacts pervers du libre échange économique, explique le chercheur. Elle veut ouvrir les frontières aux réfugiés et aux immigrés. «L’extrême droite, elle, dénonce la mondialisation, mais avec un discours qui est xénophobe et qui est ultranationaliste avec des relents de théorie du complot.»


Ainsi, une contre-manifestation éclatera peut-être, croit-il, surtout si les manifestations ont lieu à Québec. «À beaucoup d’égards, les positions de l’extrême droite, comme sur les questions de fiscalité, ne sont pas très différentes de celles des dirigeants du G7».


Pas d’arme


Peu importe, le groupe Québec libre en action ne compte pas reculer et affirme être prêt à se battre. «C’est sûr que les Antifas sont toujours contre nous autres. Ils sont pratiquement partout où nous allons. Nous, c’est certain que nous sommes axés vers la droite. On est contre la mondialisation, mais on va là pour rien casser, a relaté l’homme. C’est sûr qu’on va se battre, mais on n’a pas d’armes, nous autres».


MANIFESTATIONS DE TOUS HORIZONS


La gauche



  • Une manifestation pour «souhaiter la bienvenue» aux dirigeants pourrait se tenir le 7 juin à Québec

  • «Journée de perturbation» des activités du G7 de la gauche altermondialiste : vendredi 8 juin à Québec 

  • Une manifestation prévue également le 9 juin devant l’Assemblée nationale


La droite



  • Manifestation de Québec libre en action, groupe populiste identitaire : samedi 9 juin à La Malbaie