Croix du mont Royal : M. Coderre avait tort

4efd81a95e4abc56e0fdfdd70cd55a7c

Un rapport au clergé toujours difficile

Cette affaire qui s'est bien terminée avait mal commencé. Rappelons les données essentielles. Une sculpture de Pierre Ayot représentant une croix couchée sur son flanc devait être installée au pied du mont Royal, à proximité d'un couvent des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph.

Craignant que ces dernières soient offusquées par la vue de ce symbole et regrettant qu'elles n'aient pas été consultées pour donner leur accord, le maire de Montréal a renversé la décision issue d'un processus décisionnel très démocratique, pour imposer un autre site.
Or, avant cette intervention du maire, il n'y avait aucune controverse, mais plutôt un consensus parmi les instances officielles (dont l'arrondissement du Plateau Mont-Royal, le Bureau d'art public de la Ville, le ministère de la Culture...). Invoquant le « vivre ensemble », le maire a souligné la nécessité de faire preuve de « délicatesse » et ménager la sensibilité des religieuses. Dans son esprit, cette préoccupation l'emportait sur la liberté d'un artiste d'exposer ses oeuvres dans l'espace public.
Cette affaire retient l'attention parce qu'elle pose une autre fois le conflit, toujours difficile à arbitrer, opposant deux valeurs fondamentales. Pourquoi M. Coderre avait-il tort d'imposer sa censure ?
D'abord, il ne s'agit pas d'une oeuvre voulant manifestement insulter, léser quelqu'un ou une communauté, portant un message de haine ou incitant à la violence.
Elle expose simplement une vision personnelle de la croix, équivalente à une opinion, un point de vue sur un très vieux symbole, largement diffusé, qui appartient désormais, en bonne partie tout au moins, à la culture commune. Comme toujours avec les oeuvres d'art, on peut y voir diverses significations.
En ce qui me concerne, et comme d'autres peut-être, j'ai vu dans cette croix effondrée une image très forte à la fois d'une impuissance et d'un désespoir devant les maux qui affectent la planète. En d'autres mots : un symbole puissant à la fois de la violence, du désarroi et de la tragédie des temps présents. Il donne à tous de quoi s'émouvoir et aussi de quoi réfléchir à ce qu'il advient des héritages qui ont si longtemps porté les sociétés d'Occident.
On ne voit pas en quoi cette émotion et cette réflexion seraient offensantes pour des membres du clergé qui devraient plutôt les accueillir positivement : projeter ces enjeux pour nourrir une prise de conscience n'est certes pas contraire à leur mission. L'heureux dénouement de l'affaire confirme du reste que les religieuses se sont rendues à cette vision des choses.
> Lire la suite de l'article sur La Presse

Featured 3603ab095f0a63e3a87dc54a5b0eae21

Gérard Bouchard23 articles

  • 11 487

Professeur, département des sciences humaines,
Université du Québec à Chicoutimi

Coprésident de la Commission de consultation sur les pratiques d'accommodements liées aux différences culturelles





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé