PKP ET L’INDÉPENDANCE

Couillard est ravi du retour de la question référendaire

Fef7fa5ee0f960a331ede84bb8d78673

Il n'a aucune idée de ce qui l'attend

Le premier ministre Philippe Couillard a accueilli jeudi comme un cadeau du ciel la plateforme électorale du candidat à la direction du Parti québécois Pierre Karl Péladeau.

Le député de Saint-Jérôme y écrit « souhait[er] obtenir le mandat de réaliser concrètement l’indépendance du Québec » lors des prochaines élections générales, en 2018. « Je ne pouvais pas le croire quand j’ai vu cela », a confié M. Couillard à l’entrée du caucus libéral jeudi.

Le chef du gouvernement s’est dit ravi de voir les candidats à la succession de Pauline Marois imposer l’enjeu clé du prochain scrutin : la « séparation » du Québec. « La question, c’est “ référendum, souveraineté, séparation ”. Ça va être ça. […] Alors, formidable ! » s’est-il exclamé avant d’esquisser un large sourire. « Écoutez, je n’en espérais pas tant », a-t-il ajouté.

Dans une forme dangereuse, M. Couillard s’est avéré incapable de dissimuler son enthousiasme à la période de questions. Pris à partie sur son programme d’« austérité », il a accusé les péquistes d’être « à l’origine de la plus grande menace pour le développement économique du Québec [avec] leur enjeu référendaire complètement invivable ».

« Vous les aimez vos Rocheuses ! », a rétorqué le député de Rousseau, Nicolas Marceau, la voix étouffée par les applaudissements des libéraux. De son côté, Pierre Karl Péladeau n’a pas précisé le fond de sa pensée sur la nature du scrutin de 2018. S’agira-t-il d’une élection référendaire comme le prétend M. Couillard ? « Nous allons être prêts en 2018 », s’est-il contenté de dire. Il avait pourtant qualifié, il y a quelques jours, d’incontournable la tenue d’un référendum sur l’indépendance du Québec.

Des candidats répliquent

La course à la chefferie du PQ a pris les allures d’un « concours » consistant à trouver « le plus radical pour la séparation du Québec », a fait valoir M. Couillard.

Les candidats à la chefferie du PQ Bernard Drainville et Alexandre Cloutier ont tour à tour rejeté cette étiquette. « Je le trouve culotté, notre premier ministre », a affirmé M. Drainville, disant avoir l’impression d’entendre « un chasseur de sorcières ». « La souveraineté du Canada, c’est correct, mais la souveraineté du Québec, ce serait du radicalisme ? » Le choc des idées, parfois floues, parfois contradictoires, dans la course à la succession de Pauline Marois profite à M. Couillard, observe-t-il. « Évidemment, ça sert ses intérêts politiques. Il ne souhaite pas parler d’austérité. »

« Le seul lien [à faire] avec le radicalisme, ce sont les mesures d’austérité du gouvernement libéral », a dit M. Cloutier, précisant du même souffle que « la course à la chefferie du Parti québécois appartient aux membres, aux militants et à tous ceux qui veulent se joindre [au parti] ». Pas à M. Couillard.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé