Cimenterie McInnis : Le miracle de la multiplication des pains

Fec53e0b5c92bf62465b3bbb81ed000e

Des relents du dossier Gaspésia

Pourquoi les projets comme celui de la cimenterie McInnis ont-ils besoin d'un financement public ?

Normalement, les projets qui présentent un bon taux de rendement et de faibles risques trouvent facilement du financement sur les marchés financiers. C'est encore plus vrai dans le cas actuel, où les marchés regorgent de liquidités.

Le projet de la cimenterie McInnis a été approuvé par le gouvernement Couillard il n'y a pas si longtemps. Il n'avait pas pu être financé sur les marchés financiers, fort probablement parce que sa rentabilité était faible ou parce que les risques étaient trop élevés, ou pour ces deux raisons.

Maintenant, les dirigeants de ce projet nous informent que ce dernier nécessitera une hausse des besoins d'investissement de 40 %. Ceux-ci passent de 1,1 à 1,5 milliard. Une hausse de 40 % de la mise de fonds pour un projet qui traînait déjà la patte, c'est énorme. Est-ce que, soudainement, la rentabilité du projet a bondi fortement ces derniers mois pour rentabiliser un investissement total de 1,4 milliard ? Ou est-ce plutôt un investissement supplémentaire nécessaire pour éviter de perdre la mise de fonds ? Si c'est le cas, cela impliquerait une baisse de la rentabilité attendue et une hausse des risques associés à ce projet.

La mise en garde de la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, Dominique Anglade, de ne pas compter sur un investissement additionnel du gouvernement du Québec me laisse croire que le projet fait face à une baisse de sa rentabilité plutôt qu'à une hausse de celle-ci.

En effet, si on faisait face à une hausse soudaine de sa rentabilité, l'annonce du besoin d'un investissement supplémentaire serait une bonne nouvelle. Mais ce n'est pas le cas. Le miracle de la multiplication des pains ne se produira pas.

Cela est d'autant plus probable que les promoteurs du projet n'ont pas annoncé simultanément la hausse des besoins d'investissement et son financement dans le secteur financier privé. On serait plutôt dans un scénario où le gouvernement et ses organismes ont le bras pris dans le tordeur et où ils devront débourser plus pour ne pas perdre leur mise de fonds. En fin de compte, ce sont les contribuables qui paieront la facture initiale et la facture additionnelle.

> Lire la suite de l'article sur La Presse

Featured 00a052ba5f5516e8dadd59c263105386

Jean-Pierre Aubry28 articles

  • 24 132

Économiste avec plus de 35 ans d’expérience dont 30 ans à la Banque du Canada. Membre du Comité des politiques publiques de l’Association des économistes québécois Fellow associé du CIRANO





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé