Sondage CROP-LA PRESSE

C’est bientôt l’Halloween, alors on fait peur au monde!

La Presse publiait vendredi dernier les résultats d’un sondage qui laisse perplexe.

l'affaire SAGARD

Pierre-Alain Cotnoir

Pierre Drouilly

[La Presse publiait vendredi dernier les résultats d’un sondage qui laisse
perplexe->31776].

Car déjà que, pour les sondeurs, il est difficile de bien mesurer la
perception d’événements réels, il devient encore plus périlleux de tenter
de supputer la perception de non-événements. À moins que ce soit pour faire
peur au monde!

Un parti fantôme, même recouvert de tous les oripeaux, n’en demeure pas
moins éthéré. Sa nature ectoplasmique peut se prêter à toutes les
imaginations. Alors à quoi sert d’en mesurer la nature? Il n’y a pas à ce
jour de parti dont le chef serait François Legault. Ce parti inexistant ne
peut donc s’être prononcé sur l’un ou l’autre des enjeux qui secouent le
Québec actuellement.

Que vaut donc la mesure d’intentions présumées envers le spectre d’un
revenant? Pas grand-chose. C’est le premier écueil sur lequel bute ce
sondage publié par La Presse.

Le deuxième est de nature plus subtile. Au huitième paragraphe de
[l’article de Denis Lessard->32043] traitant du sujet, on apprend que le PQ serait
passé « de 32 à 25% dans les intentions de vote ». Pourtant deux
paragraphes plus loin, l’analyste de CROP déclare que, chez les
francophones, le PQ « reste confortablement en avance avec 40% d’appuis ».
Ou bien nous ne savons pas lire ou bien on veut nous faire prendre des
vessies pour des lanternes.

D’un côté, on donne la mesure des intentions de vote envers le PQ « avant
répartition des indécis » (qui sont plutôt pour la plupart des répondants
discrets), de l’autre, on donne une mesure du vote francophone qui, pour
être le moindrement réaliste, doit donc être calculée après répartition des
« indécis », sinon ça ne marche pas.

Avec les chiffres chiches que distille l’article, on doit donc chercher
l’erreur. Si 40% des francophones appuient le PQ, il faut alors que CROP
accorde minimalement 32% des intentions de vote à ce parti pour que les
chiffres aient le moindre bon sens, les francophones formant les quatre
cinquièmes de la population. Cependant, l’article n’en souffle mot.

Mais, il y a plus. CROP n’explique nulle part sa méthode de répartition des
répondants discrets, pourtant ils forment plus du quart de leur
échantillon. À première vue, celle-ci s’apparente pas mal à une répartition
proportionnelle. Or si cette méthode était erronée? À titre d’exemple, si
nous appliquons aux résultats bruts fournis par CROP une méthode différente
de répartition des répondants discrets que nous utilisons depuis
plusieurs années et qui nous a permis de prédire le résultat électoral de
décembre 2008 à un demi-point près pour le PQ, alors que CROP se gourait de
plus de 6%[1], le PQ passe à 35%. Méchante différence d’avec le 25% mis de
l’avant par La Presse !

Vraiment, l’Halloween approche!

-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured 97d6bb6811ca27ad0a1ba4117e85cdfe

Pierre-Alain Cotnoir10 articles

  • 8 053

Pierre-Alain Cotnoir est membre-fondateur des coopératives de solidarité ADAPTE (www.coop-adapte.ca) et WebTV (webtv.coop) Détenant un doctorat en éthologie, il effectue depuis 1977 des enquêtes quantitatives portant sur différentes problématiques liées à la transmission des traits culturels au sein d’une population.





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    31 octobre 2010


    Visa le noir, tua le blanc.
    Dans les dernières semaines à l'Assemblée nationale, on a eu deux fois la rare occasion de VOIR les députés libéraux courir après les journalistes pour faire une apparition, sur un air de V,la l'bon vent.
    Les Normandeau, Bachand, Fournier, Hamad, St-Pierre, ect, sur la défensive habituellement ont sauté comme larons en foire devant les micros suite à un sondage bidon sur l'hypothétique parti de centre-droite de François Legault, plaçant Pauline Marois presque qu'à égalité avec Johnny Cash. Puis la dernière sortie de Jacque Parizeau, qui semble donner aux contortionnistes libéraux les ailes leur permettant de fuir une fois pour toutes les rivages corrompus où il sont échoués dans la mélasse à l'intérieur de leur épave pleine de trous dans la coque.
    Pourtant seul un miracle pourrait sortir le parti libéral du marasme sans fond où il baigne dans l'opinion publique et il faudra plus que les prières de JJ Charest à Saint Frère André au Stade olympique pour améliorer leur sort peu enviable puisque son Dieu Desmarais se bat présentement comme un diable dans l'eau bénite avec le chroniqueur Richard Martineau et Yves Michaud, le robin des banques..
    .lejournaldemontreal.canoe.ca/.../20101030-073400.html

  • Archives de Vigile Répondre

    30 octobre 2010

    C'est un songage cropuleux a la sauce Gesca
    Pour l'équipe éditorial et ses scriboulleurs le mot radical fuse de toute part aussitot qu'il s'agit du moindre geste ou politique mise de l'avant par Pauline Marois ou le parti Québécois .
    Les perroquets de Gesca le répetent a l'unisson aussitot que Jean Charest accuse Pauline Maroie de radicalisme.

    Le modéré en toute circonstance et en tout lieux est Jean Charest et son aplaventrisme.
    Chez Gesca la plus petite brise d'air frais qui peu souffler sur le Québec est immédiatement appeler radicalisme et les Dubuc et Pratte pour ne que nommer que les plus fanatique d'entre eux ont comme mnission de fermer la fenetre immédiatement et garder les Québécois enfermer dans leur air vicié de fédéralistes
    Alors on percoit immédiatement que pour ces pur et dur fédéralistes payés grassement par Gesca pour faire la job de bras de Desmarais et du roc et qui se font passer hyppocrittement pour des agneaux modérés que la plus petite proposition ,discution ,suggestion proposée qui n'est pas au gout de leur idéologie de fédéraliste gentrifier est immédiatement présenté dans les papiers de La Presse comme radical.
    On as eu droit cette semaine au sermon d'un des plus radical d'entre eux le frère Dubuc sur le radicalisme de Pauline Marois sur la question linguistique .
    Ensuite il y as les subtilités grosses comme une éléphante ou apres avoir poser la question avec le mot radical dans la question ,Gesca y vas d'une photo de Pauline Marois collé sur sa question aux lecteurs.
    Comme on dit pour Gescas une image vaut milles mots
    Ce journal pue la propagande fédéraliste nauséabonde a plein nez
    Ensuite on pose une question sur le prétendu radicalisme du parti Quécécois sur une proposition concernant le financement des partis ou le mot radical est encore associé a cette proposition .
    Le plus ironique c'est de voir la clique de faiseux de propagande fédéraliste de Gesca ne jamais utiliser ce mot pour faire peur quand c'est Jean Charest le fédéraliste radical qui trouvait que les 5 conditions minimums de Bourassa étaient beaucoup trop accorder aux Québécois pour permettre a Bourassa de signer la constitution canadienne .
    Ce fédéraliste radical qu'est Jean Charest est présenté
    comme étant tres modéré par Gesca le fief des radicaux fédéralistes comme quoi qu'il n'y as pas grand chose a discuter avec ses pseudo modérés qui trompent les Québécois car ils sont en fait des radicaux fédéralistes comme Charest ,Pratte Dubuc et même tenter d'amener une discution éclairée sur l'indépendance et la question nationale est tout de suite étiquetté comme du radicalisme chez ces radicaux fédéralistes pur et dur de Gesca .
    Il n'y as strictement rien a discuter avec ces fanatiques qui sont les porte parole des exigence du roc sur tout ce qui se passe et se fait au Québec y compris sur le refus de respecter nos lois votés démocratiquement dans notre assemblée nationale .
    Il ne faut pas oublier que le point de départ est que 5 conditions minimum de Bourassa ont été jugés trop radical par Charest qui as eu le front de demander leur dillution dans son rapport pour accomoder son Canada ..ces 5 conditions étaient probablement trop radical pour eux y compris leur dillution suggéré par Jean Charest qui se dit premier ministre d'un grand peuple mais qui en réalité se comporte et se conduit comme un gérant de province qui obéi au doigt et a l'oeuil a la moindre gérémiade qu'il croit percevoir ou entendre en provenance du roc.

    Alors comme on peut le constater les fédéraliste comme Charest ont mis la barre au niveau du sol avec le cadenas sur la porte pour etre certain qu'il n'y ai rien a discuter .
    Le plus ironique c'est que ces radicaux fédéralistes utilisent ensuite le mot radical qu'ils ont entendu dans la bouche de leur applaventriste Charest pour en faire leur affaire et tenter de faire peur aux Québécois alors que les radicaux ce sont eux les Pratte Dubuc et cie.

    La Presse c'est un repère de radicaux fédéralistes cyniques a la dérive et grassement payés par Paul Desmarais pour entretenir la peur ,le doute et la perte de confiance des Québécois en eux meme.

    Dans chaque pays ou il y as eu un combat a mener pour la dignité et la reconnaisance légitime d'un peuple il y as ce genre d'individu crachoir comme Pratte et Dubuc pour faire la sale job de bras d'un régime colonial ou néo colonial
    Mais le jour de la libération venue ce genre d'individu crachoir tombent dans l'oublie et le mépris le plus complet.

  • Archives de Vigile Répondre

    30 octobre 2010

    Voici l'explication MM. Cotnoir et Drouilly, La Pratda est un important $$$ "client" de CROP :
    « Essentiellement, nous aidons nos clients à comprendre comment leurs idées sont perçues par le public et, plus important encore, comment maximiser leur impact Société de recherche-conseil intégrée, nous avons créé les outils et perfectionné les approches requises pour faire ressortir la force des idées de nos clients.»
    http://www.crop.ca/fr/qui-sommes-nous/

  • Serge Côté Répondre

    30 octobre 2010

    Même moi qui connaît si bien tous les trucs et les rouages de la machine propagandiste des sales Desmarais/Gesca/LaPresse/ et tous les autres moins évidents médias tels les 98.5, Le Jouirnal (beau lapsus) de Montréal et autre saloperies, je me suis presque fait prendre au piège.
    Comme quoi le pouvoir de convaincre quiconque est d'une telle puissance et efficacité qu'on finit par tomber dans le piège de la fausse vérité.
    C'est principalement grâce à l'existence de Vigil.Net, de L'AutJournal, du Québécois, que je puisse voir enfin le véritable visage de la démocratie.
    Merci d'exister

  • Archives de Vigile Répondre

    30 octobre 2010

    Leur grosse machine à désinformation s'est remise en marche. Fallait s'y attendre car depuis l'adoption, sous le bâillon, de l'odieuse loi 115 sur la langue, le nationalisme québécois est en nette progression un peu partout au Québec. Ils veulent donc tuer dans l'oeuf, dès l'origine, le nouveau mouvement nationaliste québécois qui s'amorce.
    C'est la démocratie qui est mise à mal dans toute cette fourberie.
    Jacques L. (Trois-Rivières)

  • @ Richard Le Hir Répondre

    30 octobre 2010

    Messieurs,
    Je suis très heureux de retrouver sous votre plume experte la confirmation du doute que j'exprimais dès la semaine dernière sur la valeur de l'analyse du sondage CROP faite par "La Presse" dans mon article intitulé "Ça sent la manipulation à plein nez" http://www.vigile.net/Ca-sent-la-manipulation-a-plein .
    S'il restait encore un doute à certains d'entre nous sur la possibilité que la prochaine campagne référendaire soit déjà commencée, votre analyse devrait le dissiper.
    Comme je l'écrivais il y a quelques mois dans un autre texte, tenez-vous bien parce que ça va brasser très fort.
    Richard Le Hir