AIPAC, the Religious Right and American Foreign Policy

Chronique de Rodrigue Tremblay

"Most citizens are unaware of the startling fact that for years our U.S. Middle East policy has not been crafted by seasoned experts who are committed to America's basic national interests."
_ Paul Findley, U.S. Republican Congressman, (1961-83)

“Thank God we have AIPAC, the greatest supporter and friend we have in the whole world,”
_ Ehud Olmert, Israel's Prime Minister

"Either I make policy on the Middle East or AIPAC makes policy on the Middle East."
_ Zbigniew Brzezinski, Carter Administration National Security Adviser

Nobody can understand what's going on politically in the United States without being aware that a political coalition of major pro-Likud groups, pro-Israel neoconservative intellectuals and Christian Zionists is exerting a tremendously powerful influence on the American government and its policies. Over time, this large pro-Israel Lobby, spearheaded by the American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), has extended its comprehensive grasp over large segments of the U.S. government, including the Vice President's office, the Pentagon and the State Department, besides controlling the legislative apparatus of Congress. It is being assisted in this task by powerful allies in the two main political parties, in major corporate media and by some richly financed so-called "think-tanks", such as the American Enterprise Institute, the Heritage Foundation, or the Washington Institute for Near East Policy.

AIPAC is the centerpiece of this co-ordinated system. For example, it keeps voting statistics on each House representative and senator, which are then transmitted to political donors to act accordingly. AIPAC also organizes regular all-expense-paid trips to Israel and meetings with Israeli ministers and personalities for congressmen and their staffs, and for other state and local American politicians. Not receiving this imprimatur is a major handicap for any ambitious American politician, even if he can rely on a personal fortune. In Washington, in order to have a better access to decision makers, the Lobby even has developed the habit of recruiting personnel for Senators and House members' offices. And, when elections come, the Lobby makes sure that lukewarm, independent-minded or dissenting politicians are punished and defeated. It is a source of such political power, campaign financing and media propaganda that no U.S. politician can dare ignore its demands without fear of being destroyed. As veteran columnist Robert Novak recently pointed out, thanks to the influence of AIPAC and the Lobby, "Washington remains largely a bipartisan, criticism-free zone for Israel."

This is understandable. -AIPAC's techniques are so efficient that one can easily have the impression that it is a 'parallel government' in Washington D.C. -In the words of its president, Howard Friedman, consigned in a hubristic bulletin to supporters, it relies on two techniques in particular:

1- "AIPAC meets with every candidate running for Congress. These candidates receive in-depth briefings to help them completely understand the complexities of Israel's predicament and that of the Middle East as a whole. We even ask each candidate to author a 'position paper' on their views of the U.S.-Israel relationship, -so it's clear where they stand on the subject."

2- "Members of Congress, staffers and administration officials have come to rely on AIPACs memos. They are very busy people and they know that they can count on AIPAC for clear-eyed analysis. We present this information in concise form to elected officials. The information and analyses are impeccable, -after all our reputation is at stake. This results in policy and legislation that make up Israel's lifeline."

I doubt that there is any democratic country in the entire world where candidates have to pass an ideological litmus test, if they want to have a chance of being chosen candidate and being elected. -Thus, who could blame AIPAC from being convinced that it has the U.S. Congress on a very short leash? If AIPAC were a company, it could be subject to a Federal Trade Commission (FTC) federal antitrust and anti-cartel investigation for cornering the market.

Therefore, it should be no surprise that, on Capitol Hill, 'The Lobby' seems to be in charge, so much so that its near complete control of U.S. foreign policy and other policies, such as defense, has become the equivalent of a joke. We are not witnessing consensus here, but rather a situation tantamount to unanimity in the desire to align American policies to Israeli policies, each time Israel's interests in the Middle East are on the line. -A totalitarian country would not function differently. AIPAC has such a grip on Washington that sometimes one can be forgiven to confuse Tel Aviv and Washington D.C. A recent example: AIPAC penned a resolution of support for Israel in its savage and illegal bombings of Lebanon. On July 20, 2006, the resolution was voted unanimously by the 100-member Senate and the vote in the House was 410 to 8. -Case closed.

For many years, the influence of 'The Lobby' remained under the radar, being ignored or concealed by the media it controlled and by most commentators. On March 10, 2006, however, two respected American scholars, professors Stephen Walt from Harvard University and John Mearsheimer of the University of Chicago published a study in The London Review of Books, entitled 'The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy', about the disproportionate influence that this special interest Lobby has on American foreign policy. It said that AIPAC was "the most powerful and best known" organization in a pro-Israel lobby that systematically distorts American foreign policy. The study concluded that Israel played a major role in pushing the Bush administration toward a war with Iraq, and it argued that the pro-Israel lobby's influence on U.S. foreign policy was bad both for Israel and for the U.S. Thereafter, nobody could feign ignoring the corrosive influence of this powerful lobby on U.S. foreign policy.

Another example of the type of power 'The Lobby' carries these days in Washington D.C. is its success in establishing within the State Department, with taxpayers' money, a special interest agency, called the 'Office of global anti-Semitism'. In a move reminiscent of what happened during past centuries under totalitarian regimes, this new 'agency' is totally devoted to monitoring around the world instances, among other things, of criticism of Israel or of American pro-Israel policies. The creation of this new department of Inquisition was mandated by a law, [H.R. 4230], that President George W. Bush signed on October 16, 2004. Who says that reality is not stranger than fiction!

So-called Christian Zionists also have a significant influence on American foreign policy, especially as it relates to the Middle East. Their propaganda has been so successful that today, forty per cent of Americans believe that Israel was directly given to the Jewish people by 'God'. One third of Americans even believe that the creation of the state of Israel, in 1948, after a terrorist campaign against Great Britain, was a step towards the 'Second Coming of Jesus Christ' and the 'End of the world'. For the most fanatical ones among them, the 'war on terrorism', whatever it means, is a war of religion between Christianity and Islam. With such thinking, the world is thrown back four centuries, since the last war of religion was the 1618-1648 Thirty Years' War between European Protestants and Catholics.

These days, the American religious Right has its own special interest office within the State Department. It is called the 'Office of International Religious Freedom', whose principal mission is to meddle in the domestic affairs of other countries. Such a state agency would seem to run contrary to the "wall of separation" between church and state that President Thomas Jefferson thought he had erected with the First Amendment to the U.S. Constitution. Such governmental forays in religious matters are in addition to the state-financed 'Office of Faith-Based and Community Initiatives' that the Bush administration created soon after it took office. -Since the current occupant of the White House is a born-again Christian who harbors ideas which are close to those advanced by the American Christian Right it should not be too surprising if the Bush administration's policy in the Middle East has very strong religious overtones.

In any government, one has to look behind the curtains to see who is really pulling the strings and who is steering the policies. In the case of the Bush-Cheney administration, one has to know about 'The Lobby' and the 'religious Right'. Without that knowledge, one is in the dark when it comes to understanding the direction taken by certain policies.

(Traduction franâise)
AIPAC, droite religieuse et politique étrangère usaméricaine

Rodrigue Tremblay
Traduit par Pétrus Lombard

« La plupart des citoyens sont ignorants du fait effrayant que pendant des années notre politique US au Moyen-Orient n'a pas été façonnée par des experts chevronnés dévoués aux intérêts nationaux fondamentaux de l'Amérique. »
_ Paul Findley, membre Républicain du Congrès US, (1961-83)
« Grâce à Dieu nous avons l'AIPAC, le plus grand supporter et ami que nous ayons au monde »
_ Ehud Olmert, le Premier Ministre de l'Israël
« Ou bien je définis la politique sur le Moyen-Orient ou bien c'est l'AIPAC qui le fait. »
_ Zbigniew Brzezinski, conseiller à la National Security de l'administration Carter

Personne ne peut comprendre ce qui se passe politiquement aux USA sans être conscient qu'une coalition politique, des principaux groupes pro-Likoud, des intellectuels néo-conservateurs proisraëliens et des sionistes chrétiens, exerce une influence terriblement forte sur le gouvernement US et ses politiques. Avec le temps, ce vaste lobby proisraëlien, dont le fer de lance est l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), a étendu l'ensemble de son emprise sur de grandes parties du gouvernement US, y compris le bureau du vice-Président, le Pentagone et le Département d'État, en plus du contrôle de l'appareil législatif du Congrès. Il est assisté dans sa tâche par de puissants alliés au sein des deux principaux partis politiques, des grands médias et quelques boîtes à idées ("think-tanks") richement financés, comme l'American Enterprise Institute, la Heritage Foundation, ou le Washington Institute for Near East Policy.
L'AIPAC est la pièce maîtresse de ce système coordonné. Par exemple, il garde les statistiques des votes sur chaque représentant de la Chambre et du Sénat, qui sont ensuite communiquées aux donateurs politiques pour qu'ils agissent en conséquence. L'AIPAC organise aussi régulièrement des voyages tous frais payés en Israël et des rencontres avec des ministres israéliens et des personnalités pour les membres du Congrès et leur personnel, et pour d'autre politiciens actifs au niveau des États ou localement. Ne pas recevoir cet imprimatur est un handicap majeur pour tout politicien usaméricain ambitieux, même s'il peut compter sur une fortune personnelle. À Washington, afin d'avoir un meilleur accès aux décideurs, le Lobby a même développé la coutume de recruter le personnel pour les bureaux des sénateurs et des membres de la Chambre. Et, quand les élections arrivent, le Lobby s'assure que les politiciens tièdes, enclins à l'indépendance, ou dissidents, soient punis et battus. C'est une source d'un tel pouvoir politique, par le financement des campagnes et la propagande dans les médias, qu'aucun politicien US ne peut oser ignorer ses demandes sans craindre d'être détruit. Comme le chroniqueur vétéran Robert Novak l'a récemment signalé, grâce à l'influence de l'AIPAC et du Lobby, « Washington demeure en grande partie une zone bipartite et sans critique pour l'Israël. »
C'est compréhensible. -- Les techniques de l'AIPAC sont si efficaces qu'on peut facilement avoir l'impression que c'est « un gouvernement parallèle » à Washington DC. Selon les mots de son président, Howard Friedman, consignés dans un bulletin prétentieux au-delà de toute mesure destiné aux sympathisants, il se fonde en particulier sur deux techniques :
1 - « L'AIPAC rencontre chaque candidat en course pour le Congrès. Ces candidats reçoivent des briefings détaillés pour les aider à comprendre complètement la complexité de la fâcheuse situation d'Israël et de l'ensemble du Moyen-Orient. Nous demandons même à chaque candidat d'écrire un 'papier de position' sur leurs vues des rapport été, leur position à ce sujet est ainsi claire. »
2 - « Les membres du Congrès, le personnel et les fonctionnaires de l'administration, sont amenés à dépendre des mémos de l'AIPAC. Ce sont des gens très occupés et ils savent qu'ils peuvent compter sur l'AIPAC pour des analyses clairvoyantes. Nous présentons ces informations sous forme concise aux fonctionnaires élus. Les informations et les analyses sont irréprochables, - après tout, notre réputation est en jeu. Cela a pour conséquence une politique et une législation qui assurent la survie d'Israël. »
Je doute de qu'il y ait un quelconque pays démocratique au monde où les candidats doivent passer une mise à l'épreuve idéologique décisive pour avoir une chance d'être choisis comme candidats et d'être élus. Ainsi, qui pourrait blâmer l'AIPAC d'être convaincu qu'il tient en laisse le Congrès US ? Si l'AIPAC étaient une entreprise, il pourrait être l'objet d'une Federal Trade Commission (FTC = Commission fédérale du commerce), une enquête fédérale anti-trust et anti-cartel pour accaparement du marché.
Par conséquent, il ne devrait pas être surprenant que, à Capitol Hill, « le Lobby » semble mener la barque, à un point tel que son contrôle presque complet de la politique étrangère US et d'autres politiques, comme celle de la Défense, sont devenues l'équivalent d'une plaisanterie. Nous ne sommes pas témoin ici du consensus, mais plutôt d'une situation équivalente à l'unanimité dans le désir d'aligner les politiques US sur les politiques israéliennes, chaque fois que les intérêts d'Israël au Moyen-Orient sont en jeu. Un pays totalitaire ne fonctionnerait pas autrement. L'AIPAC a une telle emprise sur Washington que quelquefois on peut être pardonné de confondre Tel-Aviv et Washington DC. Un exemple récent : l'AIPAC a rédigé une résolution de soutien à Israël dans ses bombardements sauvages et illégaux sur le Liban. Le 20 juillet 2006, la résolution fut votée à l'unanimité par les 100 membres du Sénat, et le vote de la Chambre fut de 410 à 8. L'affaire est entendue.
Pendant de nombreuses années, l'influence du Lobby resta indécelable, ignorée ou dissimulée par les médias qu'il contrôlait et par la plupart des commentateurs. Pourtant, le 10 mars 2006, deux respectés spécialistes usaméricains, les professeurs Stephen Walt de l'Université de Harvard et John Mearsheimer de l'Université de Chicago publièrent une étude dans The London Review, intitulée The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy (à lire en français sur, au sujet de l'influence disproportionnée que ce lobby d'intérêts particuliers a sur la politique étrangère US. Elle dit que l'AIPAC est « l'organisation la plus puissante et la plus connue » d'un lobby proisraëlien qui fausse systématiquement la politique étrangère US. L'étude concluait qu'Israël avait joué un rôle majeur pour pousser l'administration Bush dans la guerre contre l'Irak, et elle arguait du fait que l'influence du lobby proisraëlien sur la politique étrangère US était mauvaise tant pour l'Israël que pour les USA. Après cela, personne ne pourra feindre d'ignorer l'influence corrosive de ce puissant lobby sur la politique étrangère US.
Un autre exemple du type de pouvoir que le Lobby détient de nos jours à Washington DC est son succès dans l'établissement au sein du Département d'État, avec l'argent des contribuables, d'une agence d'intérêts particuliers, appelée l'Office of global anti-Semitism. Dans un mouvement qui fait penser à ce qui s'est produit pendant les siècles passés sous des régimes totalitaires, cette nouvelle « agence » est totalement consacrée à la surveillance autour du monde des cas, entre autres choses, de critique d'Israël ou des politiques US proisraéliennes. La création de ce nouveau département d'Inquisition a été autorisée par une loi, [H.R. 4230], que le Président George W. Bush a signé le 16 octobre 2004. Qui dit que la réalité n'est pas plus étrange que la fiction !
Les fameux Sionistes Chrétiens ont aussi une importante influence sur la politique étrangère US, spécialement pour ce qui touche au Moyen-Orient. Leur propagande a si bien réussi qu'aujourd'hui, quarante pour cent des Usaméricains croient qu'Israël a directement été donné au peuple juif par « Dieu ». Un tiers des Usaméricains croient même que la création de l'État d'Israël, en 1948, après une campagne terroriste contre la Grande-Bretagne, fut une étape vers le « Second Avènement de Jésus Christ » et la « Fin des Temps ». Pour les plus fanatiques d'entre eux, la « guerre contre le terrorisme » signifie, quelle qu'elle soit, une guerre de religions entre la chrétienté et l'Islam. Avec des idées pareilles, le monde est rejeté quatre siècles en arrière, puisque la dernière guerre de religions, la Guerre de trente ans entre Protestants et Catholiques européens, sévit de 1618 à 1648.
De nos jours, la droite religieuse US a son propre bureau d'intérêts particuliers au Département d'État. Il est appelé Office of International Religious Freedom (Bureau pour la liberté religieuse internationale), et sa mission principale est de se mêler des affaires internes d'autres pays. Une telle agence d'État semblera aller à l'encontre du « mur de séparation » entre l'Église et l'État que le Président Thomas Jefferson pensa avoir érigé avec le Premier Amendement à la Constitution US. De telles incursions gouvernementales dans les sujets religieux sont financées par l'État, en plus de l'Office of Faith-Based and Community Initiatives (Bureau pour les initiatives confessionnelles et communautaires) que l'administration Bush créa peu après sa prise de fonction. -- Depuis que l'occupant actuel de la Maison Blanche est un Chrétien né à nouveau qui héberge des idées qui sont proches de celles avancées par la droite chrétienne US, cela ne devrait pas trop étonner si la politique de l'administration Bush au Moyen-Orient a de très fortes colorations religieuses.
Dans tout gouvernement, on doit regarder derrière les rideaux pour voir qui tire vraiment les ficelles et qui oriente les politiques. Dans le cas de l'administration Bush-Cheney, on se doit d'être au courant au sujet du Lobby et de la « Droite religieuse ». Sans cette connaissance, on ne pourra pas comprendre la direction prise par certaines politiques.

Original :

Traduit de l'anglais par Pétrus Lombard, membre associé, et révisé par Fausto Giudice, membre de Tlaxcala

Illustration : Le drapeau US vu par David Baldinger, USA Source : [>AIPAC, droite religieuse et politique étrangère usaméricaine ]

Laissez un commentaire

Aucun commentaire trouvé