2 Canadiens sur 3 veulent leur loi 62 anti-voile

Le gros bon sens québécois est contagieux

6d68a4a10885502a3c0dcb1565bf5ad9

Tribune libre

2 Canadiens sur 3 approuvent l'idée de se doter et d'appliquer une législation semblable à la loi 62 québécoise dans leur province, visant à bannir certaines formes de voiles.


Cette loi est une variation de toutes celles du même genre déjà en vigueur dans plusieurs autres pays.


C'est un coup dur bien asséné à la monstrueuse idéologie multiculturaliste des mondialistes destructeurs des identités nationales à laquelle M. Justin Trudeau est vendu.


Cela a pris l'insistance de la population québécoise pour que le gouvernement libéral réagisse à ce problème grandissant par le truchement d'une loi appropriée pour que le reste du pays ose affirmer à son tour qu'il en voulait autant.


2 Canadiens sur 3, c’est un résultat presque aussi bon qu’au Québec (3 sur 4), qui demeure le chef de file de l’affirmation de nos valeurs.



On sait la facilité qu'ont les mondialistes, toujours prompts à réprimer toute forme d'opposition, de pointer un doigt accusateur pour bâillonner tous ceux qui contredisent un tant soit peu leur idéologie mortifère. Jusqu’à tout récemment, les Canadiens bien dressés, bien endoctrinés, n'osaient pas s'opposer, contester, de crainte de subir leur opprobre.


Il aura simplement fallu que les Québécois fassent preuve de leur gros bon sens caractéristique pour leur donner le courage de le faire à leur tour. Bravo à nous tous!


Cette prise de position maintenant pancanadienne est une éclatante victoire morale sur la barbarie représentée par les principes de l'islam qui multiplient les inégalités homme-femme, tel que prôné par les intégristes misogynes qui cherchent à rendre la chose ostensible par la dissimulation du corps de la femme, considérée et traitée comme un vulgaire objet de possession.



Précisons que le voile n'est qu'une partie d'un ridicule accoutrement visant à soustraire intégralement aux regards la totalité des formes du corps de la femme, qui se voit enfermée là-dedans malgré elle comme une emmurée vivante.


Le voile ne vient au fond que compléter l'exercice esclavagiste entrepris sur tout le corps de la femme pour l'annuler.



Imposé par l'homme musulman, c'est là un des gestes les plus dominateurs imaginables d'un être humain sur un autre, portant la possessivité et la jalousie maladive à son point extrême, un geste qu'il sera toujours honteux de vouloir justifier. L'homme musulman écrase, la femme musulmane se soumet jusqu'à suffocation.



Le port de tout voile dans l'espace public doit être interprété comme un geste antisocial par excellence, démontrant le refus catégorique d'adhérer au principe d'égalité des sexes et doit pour cela être fermement condamné sur toutes les tribunes.



Que la loi 62, malgré certaines lacunes portant à confusion, soit perçue comme un premier pas, mal assuré soit, mais boitillant résolument dans la bonne direction. Il reviendra aux gouvernements ultérieurs de lui donner plus de mordant et d'en étendre plus encore la portée et le champ d’application. Cela semble être l'intention générale de la plupart des partis.


Avec cette loi progressiste, le Québec, et possiblement bientôt le reste du Canada, emboîte le pas aux autres pays occidentaux évolués qui ont à cœur de défendre les valeurs les plus sacrées de nos sociétés modernes.


Le mouvement international est maintenant solidement en branle et nul ne pourra plus en freiner l'élan démocratique mobilisateur. L'effet boule de neige est amorcé.


L'objectif ultime visé demeurera toujours le bannissement complet de toutes formes de voiles dans l'espace public, lieu de démonstration privilégié du bien-vivre ensemble selon les normes acceptées.


Qu'on se le dise, dans un pays libre, on n'a pas le droit de se faire esclave, un point c'est tout.


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie456 articles

  • 828 450

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait carrière dans la fonction publique à l’aide sociale. Il est fier d’être un enraciné de la 10è génération.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise.L'icône d'identification illustre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Réjean Labrie Répondre

    3 novembre 2017

    Vu dans un magasin de meubles de Bourcherville, un exemple pour les jeunes filles québécoises: