Vers un populisme de gauche au Québec?

56f90959aec4ea019772bb8eb3601d19

Le populisme n'est ni de droite, ni de gauche : c'est un discours qui fait s'opposer le peuple aux élites


Comme on a pu le constater lors de la dernière élection provinciale, le Québec (et dans une moindre mesure le Canada) résiste pour l’instant relativement bien à la dérive populiste observée en Europe, aux États-Unis et en Amérique du Sud. En ce sens, François Legault, il faut bien l’avouer, ne ressemble en rien à son voisin ontarien Doug Ford et ne peut être comparé à Donald Trump ou à Marine Le Pen. En fait, s’il y a une leçon que l’on doit tirer des résultats du 1er octobre, c’est peut-être justement le rejet au Québec de ce « populisme » qui caractérise portant si bien la trame politique de ce début de XXIe siècle. Cette résistance est-elle le résultat du « modèle québécois » ou encore de la croissance économique et du plein emploi qui agiraient ici comme des remparts devant ce phénomène global ? Peut-être…


Chose certaine, le Québec n’est pas totalement imperméable au phénomène, et la lourde sanction des Québécois à l’égard des partis politiques traditionnels prouve bien qu’il y a ici, comme ailleurs, un rejet envers le système actuel et les élites politiques. Québec solidaire est d’ailleurs le parti qui agite actuellement le plus l’épouvantail populiste avec un discours certes percutant, mais trop souvent réducteur. La question se pose donc, le populisme si bien incarné par la droite américaine et Donald Trump pourrait-il s’articuler autour du discours de gauche au Québec ?


Un concept flou


Le populisme est un concept fourre-tout souvent imprécis qui renvoie à cette idée générale que le peuple est spolié par les élites politiques et économiques. Pour les populistes, il faut combattre le système duquel le peuple est exclu et redonner le pouvoir à la majorité souvent mal représentée dans la démocratie libérale et le système représentatif. La trame narrative du populisme est d’être une voix qui permet finalement à la « majorité silencieuse » de reprendre le contrôle de la vie politique. Il peut par ailleurs varier en fonction de la culture, de l’époque ou du contexte dans lequel il s’exprime. Par exemple, le populisme républicain de Donald Trump et de Joseph McCarthy a une connotation plutôt négative alors que le populisme démocrate de Bernie Sanders ou de William Jennings Bryan est vu comme un idéal. Pourtant, Sanders, tout comme Trump, critiquait fortement les « élites » de Washington. Le populisme est donc un concept à géométrie variable qui n’est pas seulement l’apanage d’un discours réactionnaire et qui peut être habilement utilisé autant par la gauche que par la droite.


Une gauche anti-système


Avec l’effondrement du bloc communiste au début des années 1990, la gauche est entrée dans une profonde remise en question et elle a progressivement abandonné son idéal révolutionnaire. Cet abandon a mené, dans un premier temps, à une « troisième voie » empruntée notamment par Tony Blair. Cette option, moins radicale et plus au centre, a influé sur les politiques de Lucien Bouchard dans les années 1990 et 2000 et a mené au fameux syndicalisme de « partenariat ». La grande crise de 2007-2008 a cependant montré les limites du modèle et ravivé le discours de la gauche radicale. Cette dernière, revigorée par les abus du capitalisme, par la croissance des inégalités et par les soulèvements violents du monde arabe a vu là une manière de réactiver le discours contestataire.


Ce discours s’est cependant écarté de la « gauche classique » axée sur le prolétariat, le salariat et la logique marchande. Pour la nouvelle gauche, il ne faut plus abolir les classes sociales, mais plutôt réunir la pluralité des exclus à travers un discours anti-système centré sur la déconstruction et le rejet des structures. Bref, la clé de la mobilisation ne repose plus sur la lutte des classes, jugée trop abstraite, mais plutôt dans un antagonisme entre le peuple et l’élite politique (Martelli, 2017). C’est dans cette perspective que s’inscrit la stratégie de la gauche au Québec et tout porte à croire qu’il y a là un puissant agent mobilisateur. Pour la gauche, il faut donc opposer au populisme réactionnaire et « antidiversitaire », un populisme multiculturaliste qui conteste les élites capitalistes. Comme le Québec semble tourner le dos à la première forme du populisme (la peur de l’autre), il est plus réceptif à la seconde qui s’appuie sur un idéal moral socialement plus acceptable.


Dans tous les cas, le populisme favorise rarement l’équilibre et permet simplement d’exprimer un mécontentement. Si le populisme est le catalyseur d’une problématique, trop souvent il facilite des réponses simplistes à des problèmes complexes. Mettre fin au pétrole en dix ans ou construire un mur pour contrer l’immigration relève soit de l’utopie, soit de de la démagogie, mais dans les deux cas il s’agit de position « déséquilibrée ». Le Québec semble heureusement avoir résisté à ce genre de discours, souhaitons simplement qu’il poursuive dans cette voie.