Un taliban* à la gouvernance du Québec

A5d33e0aa5646e78441cdfb6304fabd8

Nos ayatollahs

Détrompez-vous, ce n’est ni un Afghan ni un Pakistanais. On voudrait bien que ce ne soit pas non plus un Québécois. Malheureusement pour notre ego national, il s’appelle Martin Coîteux, est né à Sorel et siège à l’Assemblée nationale du Québec comme député du Comté de Nelligan, du nom de notre doux poète.
Bref, Martin Coîteux est un taliban de souche et un véritable terroriste comme tout taliban qui se respecte. Il travaille jour et nuit, ouvertement et clandestinement à la destruction de l’État québécois et par extension de la société québécoise. C’est son ambition et son souffle jusque dans son sommeil. Si bien qu’il se lève chaque matin avec une nouvelle cible à atteindre. Son fanatisme l’aveugle si complètement qu’il s’attaque avec une même férocité aux enfants et aux mères, aux bénévoles et aux petits fonctionnaires, aux handicapés et autres démunis. Avec une hargne qui frise la démence, il lance ses munitions sur les mouvement sociaux, les institutions scolaires, les institutions culturelles, sur tout ce qui n’adore pas le veau d’or, son dieu.
Il veut, dit-il, oeuvrer à la naissance de l’État du XXIe siècle. Avec un zeste d’imagination, on peut l’entendre s’écrier bientôt sur un ton grandiloquent: « J’ai tué l’État, vive l’État ».
Pour contrer ce «fou de dieu» bien de chez nous, mobilisons-nous dès maintenant, avant que sa guerre n’entraîne la misère et la mort. Participons en grand nombre et sans relâche aux actions citoyennes menées sur tous les fronts.
Andrée Ferretti

Featured 4c829808fe105759e71d600533cfd2d9

Andrée Ferretti124 articles

  • 113 099

"Rien de plus farouche en moi que le désir du pays perdu, rien de plus déterminé que ma vocation à le reconquérir. "

Andrée Ferretti née Bertrand (Montréal, 1935 - ) est une femme politique et
une écrivaine québécoise. Née à Montréal dans une famille modeste, elle fut
l'une des premières femmes à adhérer au mouvement souverainiste québécois
en 1958.Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle
représente la tendance la plus radicale du parti, privilégiant l'agitation sociale
au-dessus de la voie électorale. Démissionnaire du parti suite à une crise
interne, elle fonde le Front de libération populaire (FLP) en mars 1968.Pendant
les années 1970, elle publie plusieurs textes en faveur de l'indépendance dans
Le Devoir et Parti pris tout en poursuivant des études philosophiques. En 1979,
la Société Saint-Jean-Baptiste la désigne patriote de l'année.
Avec Gaston Miron, elle a notamment a écrit un recueil de textes sur
l'indépendance. Elle a aussi publié plusieurs romans chez VLB éditeur et la
maison d'édition Typo.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé