Un rôle fondamental

D1325c07e272563cd488dcc2d98ff89b

Élection Québec - 8 décembre 2008



Texte publié dans Le Devoir du vendredi 28 novembre 2008 sous le titre "Un appel aux électeurs du Québec"
Dans quelques jours, les électrices et les électeurs du Québec auront à exercer leur droit de vote afin d'élire leurs représentants à l'Assemblée nationale. Le contexte de cette élection est particulier, en ce qu'elle constitue la première élection québécoise en situation de gouvernement minoritaire et, de ce fait, arrive avant l'intervalle habituel de quatre ans. En raison aussi du fait qu'elle survient juste après les élections fédérales, certains parlent de lassitude électorale et vont même jusqu'à mettre en cause la pertinence et l'opportunité d'aller voter.
Des indices, de même que des sondages effectués auprès de l'électorat, ces derniers jours, laissent effectivement craindre que ce scrutin puisse donner lieu à l'un des plus faibles, voire au plus bas taux de participation électorale, de l'histoire moderne du Québec.

En tant que directeur général des élections du Québec, je ne peux rester indifférent à la situation. J'estime qu'il est de mon devoir de rappeler aux Québécois l'importance et la portée de l'exercice du droit de vote, l'un des plus précieux de tous les droits.
Se priver d'exercer ce droit serait une décision lourde de conséquences et, à mon sens, un très mauvais calcul. Pire encore, en appeler à l'abstention sous le prétexte que ces élections ne seraient pas opportunes m'apparaît irresponsable. Cela équivaut à affirmer que les luttes des générations qui nous ont précédées ont été menées en vain. C'est oublier le long et parfois pénible chemin parcouru par nos prédécesseurs pour l'obtention du suffrage universel, pour l'égalité des citoyens devant la loi et pour la justice. C'est occulter le fait qu'au tournant du XXe siècle, à peine 15% de la population bénéficiait du «privilège» de voter, car à cette époque voter ne constituait pas encore un droit.
Corruption et trafic d'influence
Au Québec, on oublie peut-être trop rapidement que dans un passé pas si lointain, les électeurs devaient faire preuve de courage et parfois même affronter des fiers-à-bras pour aller voter. On a peut-être aussi trop vite oublié qu'il y a quelques décennies, les élections étaient financées à même des caisses «occultes» et que nos parents et nos grands-parents ont trimé dur pour éliminer la corruption et le trafic d'influence politiques.
Les citoyens et, plus tard, les citoyennes ont finalement obtenu le droit de voter. Mais pour les électrices et les électeurs, le droit de vote s'accompagne nécessairement d'une responsabilité, soit celle de l'exercer lorsqu'ils sont appelés aux urnes.
Dans les États démocratiques, les élections jouent un rôle fondamental. Elles incarnent à la fois la liberté d'expression, la liberté d'opinion et la liberté d'association. Le spectre politique et l'éventail des partis autorisés au Québec n'a jamais été aussi varié que maintenant. L'acte du vote ne saurait être réduit à sa dimension, fût-elle essentielle, qui consiste à déterminer des «gagnants». Au-delà, en effet, de la désignation de «gagnants», les élections permettent à l'électeur d'exprimer une opinion, même marginale. Elles rendent possible l'appui à des courants et à des idées différents, et offrent la possibilité d'en débattre publiquement. Les élections visent aussi à conférer autorité et légitimité aux élus. Elles contribuent, enfin, à rapprocher le citoyen de sa collectivité, à créer chez lui ce sentiment d'appartenance à sa communauté, si nécessaire en démocratie. (...)
Dans les pays, car il y en a malheureusement, où voter peut mettre en danger sa sécurité, on peut comprendre que certaines personnes puissent faire le choix de l'abstention. Mais au Québec, une société qui fait l'envie de nombreux peuples qui vivent les affres de régimes totalitaires ou dictatoriaux, comment pourrait-on justifier, par quelque raisonnement qui se tienne, la décision de s'abstenir de voter?
***
Marcel Blanchet
L'auteur est le directeur général des élections du Québec et président de la Commis-sion de la représen-tation électorale.

Squared

Marcel Blanchet1 article

  • 75

Directeur général des élections du Québec et président de la Commission de la représentation électorale.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé