Un frette entre Québec et Winnipeg

B01a9f0ef2ad70eca717e884894fda45

« Le Canada de ces gens-là est un pays ouvert et tolérant quand on accepte d’y être une minorité qui reçoit des subventions pour mieux folkloriser sa culture. »


Je suis allé quelques fois à Saint-Boniface et je dois avouer que je m’y suis toujours senti bien.


J’y ai joué sur scène, donné une conférence pour des enseignants, vécu le Festival du voyageur et rencontré les élèves du collège Louis-Riel. J’ai aussi visité l’Université francophone de Saint-Boniface, un établissement d’enseignement riche de sa diversité estudiantine, dont beaucoup de jeunes provenant de l’Afrique francophone. Alors, avant d’aller plus loin dans mon texte, je tiens à dire que j’ai une tendresse pour la francophonie manitobaine et un grand respect pour son combat quotidien pour la sauvegarde de sa culture et de sa langue.


Cela dit, je dois malheureusement avertir toutes les personnes qui liront ce texte à Saint-Boniface ou à La Broquerie qu’il traite du grand malaise que j’ai avec les intrusions du premier ministre manitobain dans les affaires internes du Québec. M. Pallister fait partie de ce que j’appelle les multiculturalistes suprémacistes. Je parle ici de cette élite médiatique, intellectuelle et politique de l’anglophonie qui a décidé qu’il n’y aurait aucune autre façon au Canada de célébrer le vivre-ensemble que celle à laquelle ils croient. Ils sont dans la vérité absolue sur le sujet et tous ceux qui ne pensent pas comme eux méritent la potence. Depuis quelques années, je suis de ceux pour qui cette certitude de supériorité morale est devenue insupportable.


Je dois avouer que ça m’a pris du temps pour décoder certains pans des relations entre le Québec et une certaine anglophonie canadienne. Au début de mon aventure québécoise, je trouvais certains nationalistes un peu hargneux dans leur façon de voir le Canada.


Aujourd’hui, même si je ne suis pas né ici, je commence à comprendre qu’avec le Québec, la docilité et la soumission sont les seuls comportements acceptables auprès de gens comme M. Pallister.





PHOTO JUSTIN TANG, LA PRESSE CANADIENNE


Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister





Le Canada de ces gens-là est un pays ouvert et tolérant quand on accepte d’y être une minorité qui reçoit des subventions pour mieux folkloriser sa culture. Mais pour ceux qui osent parler de peuples fondateurs, de nation, de droits linguistiques, comme les autochtones et les francophones, il faut être aveugle pour ne pas réaliser qu’encore aujourd’hui, la fermeture de la porte au visage n’est jamais loin. Mais depuis quelques mois, les choses se corsent sérieusement.


 

Il paraît qu’après l’élection de la CAQ, le Québec a osé toucher à une dimension sacrée du rigorisme multiculturaliste avec la loi 21. Ça ne se fait pas au Canada. Au Canada, la moralité multiculturaliste impose tacitement de dire aux minorités plus revendicatrices : « Ne vous inquiétez pas, car on ne ménagera aucun effort pour faire comprendre à la majorité son devoir de changer la marche de son histoire pour vous permettre d’exister sans le moindre compromis. »


Je me demande toujours par quelle contorsion intellectuelle les multiculturalistes d’ici arrivent à voir aujourd’hui dans la laïcité, qui relevait d’un progressisme social à l’époque de la déconfessionnalisation du système scolaire, un projet désormais discriminatoire et rétrograde ?


En refusant de respecter ce pilier fondamental de l’idéologie multiculturaliste, le Québec est devenu une honte pour cette élite canadienne. Il est devenu plus que jamais la nation qui mérite d’être jetée de l’autre côté des murailles séparant les bons des non fréquentables de la cité.


Manifester ouvertement son mépris pour le Québec francophone est presque devenu une banale façon de dire qu’on est du côté des tolérants de la fédération.


C’est une situation des plus préoccupante, d’autant plus que ces gens-là désinforment abondamment leurs citoyens quand vient le temps de parler de pipelines, de péréquation et de la loi 21. 


D’ailleurs, si, comme le murmurent les experts en la matière, les chances que cette loi soit tailladée par les tribunaux sont bien réelles, je parie ici que M. Legault n’est pas loin de rappeler pourquoi il a déjà été indépendantiste. Il lui restera quoi comme alternative ? Quitter le Canada n’étant pas une option, il lui restera à courber l’échine comme le demandent toutes ces assemblées qui votent des motions pour mettre le Québec au pas. Peut-être aussi qu’avant d’en arriver là, M. Pallister et ses amis essayeront d’aider Pascal Bérubé et sa troupe à organiser un référendum gagnant pour enfin pouvoir débarrasser le Canada de ce qu’ils considèrent comme une verrue constitutionnelle qui nuit à leur homéostasie.


Pour M. Pallister, le Québec doit arrêter ses caprices identitaires et ressembler au Manitoba qu’il positionne comme le modèle d’ouverture et de tolérance à copier. Et savez-vous quoi ? Je suis quand même prêt à considérer la proposition de déménager dans sa province s’il m’amène des réponses convaincantes aux questions qui suivent.


Si le Manitoba est le modèle d’ouverture que prétend M. Pallister, qu’il nous explique pourquoi les francophones y sont aujourd’hui très minoritaires alors qu’en 1870, ils représentaient un peu plus de la moitié des habitants de la colonie de la Rivière-Rouge.


Si cette province est le modèle de vivre-ensemble que décrit Brian Pallister, pourquoi a-t-elle précipité l’assimilation des francophones avec l'Official Language Act du 31 mars 1890 ?


Si le Manitoba est le modèle d’ouverture et de tolérance que chante son premier ministre, pourquoi affiche-t-il en 2019 le pire taux de pauvreté des enfants autochtones (65 %) du Canada ?


Si le Manitoba est un modèle d’ouverture, comme le décrit M. Pallister, pourquoi Winnipeg se trouve-t-il régulièrement en tête des villes les plus dangereuses du Canada ? Est-ce qu’il n’y a pas de lien entre cette statistique et les inégalités induites par les politiques conservatrices dont il se réclame et qui marginalisent économiquement les plus vulnérables ?


En attendant ses réponses, je voudrais dire à M. Pallister que même si j’adore flâner à Saint-Boniface, j’ai assez sillonné le Canada pour savoir que c’est très agréable de vivre au Québec. Et pour cause, c’est la nation la plus progressiste des Amériques et ça, on n’a pas besoin d’acheter de la pub pour s’en vanter. Cela dit, même si l’envie de citer ici le nombre de programmes sociaux dont bénéficient les nouveaux arrivants au Québec et dont on ne retrouve pas l'équivalent au Manitoba me hante, je vais quand même m’abstenir de le faire, car chez nous au Québec, même en matière de modestie, il n’y a aucune province canadienne qui nous arrive à la cheville.