Un dernier verre avant la guerre

4e3ddfc632f1c699e6642bdf39a28aa5

«Vers un face à face entre deux visions du monde»

Fermetures. Coupes. Réductions. Gel. Augmentation de la charge de travail. Affrontement. Semaine après semaine, l’actu politique et sociale se charge comme un ciel d’orage, plombant nos humeurs en promettant un hiver gris, suivi d’au moins quelques saisons de mécontentement.

Ou peut-être pas ?

Voyez l’ambigu sondage de la semaine, dans lequel, en gros, les Québécois semblent dire une chose et son contraire. Soit qu’ils approuvent la plupart des mesures d’austérité du gouvernement en même temps que croît l’insatisfaction à son endroit.

Essayez, ensuite, de prédire à quoi ressemblera le climat social dans les prochaines semaines.

Michel David suppute que c’est sans doute parce que nous n’avons pas encore ressenti le contrecoup de ces mesures qu’un si grand nombre de citoyens y sont favorables. C’est une bonne explication : le plébiscite pourrait bien s’étioler quand le diagnostic et son traitement s’accompagneront d’effets secondaires.

Mais cette approbation de mesures qui semblent repousser les limites du système jusqu’à la frontière de l’implosion relève aussi d’autre chose. Et c’est surtout le résultat d’une très efficace campagne de relations publiques qui trouve ses assises dans le mépris grandissant de tout un pan de la population envers les services publics.

Pour leur coût, parfois exorbitant, c’est vrai. Pour leur manque d’efficacité. Beaucoup aussi parce que nous agissons de plus en plus comme des clients et de moins en moins comme des prestataires de ces services.

Et donc, que nous en voulons plus pour notre argent. Comme au magasin.

Et, comme au magasin, nous sommes victimes de l’intox publicitaire, le gouvernement faisant avaler ses mesures à une population habituée aux soldes, à un pouvoir d’achat dopé par la production de la plupart de nos cochonneries dans des pays en développement.

Comme pour le Black Friday, comme pour le Boxing Day, on ne voit que ce qu’on obtient et combien il nous en coûte. La promesse de la pub. Pas ce qui se cache derrière.

C’est ainsi qu’on fait avaler à la multitude que les omnipraticiens travaillent à peine plus d’une centaine de jours par an. Et si ce calcul omet les journées à l’hôpital, à l’université et les tâches administratives, cela n’y change rien. Un peu comme on se moque bien des conditions dans lesquelles est fabriqué le chandail vendu à 15 $, cousu dans une usine pourrie au Bangladesh.

Mais non, ce n’est pas pareil. Le médecin sera encore riche après qu’on aura retranché 30 % de son salaire.

Sauf que le phénomène participe du même aveuglement. On voit ce qu’on veut bien voir. Ici : le mirage d’un médecin de famille.

De la même manière, il n’y aura pas grand monde pour pleurer pour les profs dont on s’apprête à augmenter la charge de travail et le nombre d’élèves dans les classes. Eux subissent depuis déjà longtemps le mépris des parents qui cèdent à cette même idée du clientélisme voulant que leur petit trésor ait droit à tous les égards dus à son rang de rejeton de contribuable.

Comprenez bien : c’est dans cette contemption que le gouvernement trouvera appui. Comme dans celui de toute la fonction publique, à laquelle il présente des offres en forme de déclaration de guerre en même temps qu’il affirme vouloir éviter l’affrontement.

Mais il s’en vient, ce face à face. Et il ne sera pas que syndical. Ce qui s’annonce est plus profond. Les Coiteux, les Leitão, les Couillard, les Barrette et les Bolduc sont en train d’attaquer non seulement les services, mais l’idée qui les sous-tend. Le gouvernement peut bien nous faire croire qu’il agit simplement en gestionnaire responsable, mais on voit qu’il prépare la guerre.

Déjà, il divise la population qui ne voit pas plus loin que sa propagande.

Comme il l’a fait avec les étudiants en manufacturant la crise en 2012, le gouvernement attire dans la rue les groupes qui ne font pas l’unanimité, ceux que les commentateurs railleront en les traitant de bébés gâtés. Et on oubliera qu’en coulisses, c’est autre chose qu’on est en train de saboter. Quelque chose de grand, mais que maudissent les idéologues de droite.

Cette idée que l’État n’est pas une boutique. Que nous ne sommes pas des clients. Que la médecine n’est pas une transaction. Que l’éducation n’est pas un achat de fournitures scolaires. Que les employés de l’État consomment et que les emplois qu’on crée là ne sont pas moins valables que ceux que l’on subventionne à grands frais dans le privé.

C’est vers là que nous allons. Vers un face à face entre deux visions du monde. Fabriqué de toutes pièces par un gouvernement qui divise pour régner, en jouant au bon père de famille.

En attendant, il y aura Noël. Il y aura les Fêtes. L’occasion d’un dernier verre avant la guerre.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé