Trudeau, Capitaine Canada contre la loi 21

Aba5a12428880ff2811b7a84a1165ae3

La loi 21 a donné le tempo du débat


Justin Trudeau s’est posé en champion des droits et libertés contre la loi 21 du Québec sur la laïcité, dans le débat des chefs en anglais, hier.


Nulle surprise, car la laïcité à la québécoise, d’inspiration européenne, est considérée par une bonne partie des électeurs du ROC (rest of Canada) comme une discrimination officielle, inique.


Yves-François Blanchet a du reste souligné qu’il n’y avait pas de terme courant, accepté, pour bien traduire « laïcité » en anglais. Sur ce point aussi, il y a deux solitudes qui étaient très visibles, hier.


Il faudra bien un jour – et on aurait aimé que le chef du Bloc le fasse plus clairement hier – que quelqu’un explique que plusieurs conceptions des rapports entre l’État et la religion en Occident existent et sont totalement démocratiques et légitimes. Par exemple, la Cour européenne de justice a approuvé la loi française qui bannit la burqa dans l’espace public.


Bien qu’on puisse la considérer comme pleine de défauts, la loi 21 est loin d’être cette sorte de loi de Nuremberg qu’elle semble être dans la bouche de ses contempteurs.


« Qui veut tuer son chien »


Dans le ROC, on a l’habitude, lorsqu’il est question du Québec, d’appliquer l’adage « qui veut tuer son chien l’accuse d’avoir la rage » et cela se vérifie de nouveau dans la manière dont cette loi est traitée sans nuance, à coup d’anathèmes.


En passant, le chef bloquiste Yves-François Blanchet, de manière certes malhabile, a bien fait de condamner le traitement injuste qu’on lui a réservé dans le ROC où on a laissé entendre, après le Face-à-Face, qu’une de ses phrases, « votez pour un parti qui vous ressemble », avait des accents racistes. « C’est au mieux malhonnête », a-t-il dit avec raison.


Trudeau défie Scheer


Mais revenons au chef libéral, qui a donc tenté de marquer des points en soulignant être le seul des chefs des partis pancanadiens à garder la « porte ouverte » à contester la loi québécoise sur la laïcité. M. Trudeau a au reste reproché à Jagmeet Singh de n’avoir pas fait de même.








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.





Plus tôt, le chef néo-démocrate avait d’ailleurs dû essuyer une question de type bazooka d’une des animatrices qui lui avait ni plus ni moins reproché d’avoir abandonné ses principes afin de gagner des votes au Québec. M. Singh a d’ailleurs semblé mortifié par la question, ainsi que par les attaques de M. Trudeau ; il a répété que la loi 21 le rendait « triste » et qu’il s’opposait aux lois qui « divisent les gens ». Un peu plus et il changeait de position en direct.


Sur la loi 21, le chef conservateur Andrew Scheer a insisté pour dire qu’il avait la même position en anglais et en français : qu’un gouvernement conservateur ne s’immiscerait pas dans la contestation et respecterait le choix des Québécois. Mais il a semblé surpris lorsque Yves-François Blanchet a soutenu que le lieutenant conservateur au Québec, Alain Rayes, était allé jusqu’à dire qu’un gouvernement conservateur « protégerait » la loi 21. M. Scheer, mal à l’aise, a simplement réitéré sa position.