Quand le ridicule tue

Sommités selon Mc Gill et Concordia

Retour à l’obscurantisme médiéval

Tribune libre


Selon les universités Mc Gill et Concordia, une sommité, soit une autorité internationale et mondiale dans une discipline donnée, parle l’anglais et seulement l’anglais. À les en croire, toute autre langue interdit ou bloque l’accès aux connaissances universelles que doit posséder tout individu qui se réclame d’une spécialisation dans un domaine ou un autre.
Ainsi, le grec classique qui a fait ses preuves dans le développement de la pensée logique et ontologique, langue dont nous avons encore besoin pour sortir de la confusion et du marasme intellectuel dans lequel nous vivons, ne ferait pas le poids devant l’anglais, pourtant peu connu pour sa portée universelle ?
Le latin classique, instrument essentiel du développement de la pensée critique en matière de philosophie et de sciences, ne ferait pas non plus le poids en face de l’anglais, pourtant bien mal équipé pour développer le jugement critique?
L’allemand, langue des grands génies de la musique et des sciences techniques, langue des grandes inventions telles les moteurs à essence et les moteurs diesels, les instruments de chirurgie, langue du développement des fusées, langue des génies littéraires tels Goethe et Schiller, ne ferait pas non plus le poids devant l’anglais, moins équipé que l’allemand en matière de sciences, de musique et de métaphysique ?
Le russe, langue des grands auteurs de génie, tels Dostoïevski, Tolstoï, Glinka, ne ferait pas le poids en face de l’anglais superficiel, dont la littérature se limite aux « feelings and emotions » ?
Le français, langue aussi précise que le latin, exigeante, claire, belle comme aucune autre, langue de la diplomatie, reconnue comme telle par la Chine en 1997, avec le retour de Hong Kong sous le giron de Pékin ne serait pas non plus à la hauteur de l’anglais ? Si le français est toujours langue diplomatique, c’est à cause de sa précision qui ne tolère ni ambiguïté ni ambivalence, deux vices de langage qui ont le don d’exaspérer une communication et de faire porter ses démons intérieurs par les autres.
Langue du commerce international héritée des Ligues Hanséatiques, l’anglais est destiné à hâter le règlement des affaires et provoquer la rentrée rapide de grosses sommes d’argent. Sauf que, depuis juillet 1997, l’anglais est remplacé par le mandarin en Extrême Orient, et pas question de traduire pour se laisser pénétrer par le Big Business White Anglo-Saxon Protestant, qui a fait son temps.
En tenant un tel langage, Mc Gill et Concordia perdent toute crédibilité académique et se ravalent elles-mêmes au rang de vulgaires institutions populaires. Bel exemple de régression intellectuelle et culturelle !
JRMS

Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 243 170

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    27 février 2015

    C’est toujours un très grand plaisir de vous lire, cher Monsieur Sauvé, doublé d’un immense intérêt pour toutes les interrogations que vous soulevez et tout ce que vous nous apprenez.
    Au sujet de la langue française nous avons cette chance immense de l‘avoir trouvée en naissant dans notre berceau, tant elle recèle de trésors. Par la richesse de son vocabulaire elle décrit si bien toutes les circonvolutions du langage qu’elle avait été désignée en effet, depuis le traité de Nimègue, langue de la diplomatie. Par sa précision elle a été employée longtemps pour la Justice en Grande Bretagne, et elle le reste encore aujourd’hui de l’autre côté de la Manche, dans le cas de procès litigieux.
    “Le Français est une œuvre d’art, l’Anglais un simple outil de conversation” voilà pourquoi la langue française est et restera une langue de premier plan.
    Shakespeare lui-même avait dit “ Si j’avais écrit en Français, j’aurais été un bien plus grand écrivain !”
    Bien cordialement à vous,
    M-H Morot-Sir

  • Archives de Vigile Répondre

    26 février 2015

    À Hawkfest.
    Je suis géographe, ancien officier d'infanterie, homme de terrain, habitué
    à visiter et revisiter les domaines qui m'intéressent et vous intéressent. Spécialisé depuis longtemps en géopolitique, je me suis acharné à chercher à découvrir dans la géographie, dans les territoires et terrains que j'ai visités et analysés, les corrélations entre géographie et formation des nations et surtout des États.
    En histoire militaire de même. J'ai fini par découvrir que tous, ou presque tous les champs de bataille du monde sont situés dans les carrefours naturels du commerce, celui de l'Antiquité et de toutes les époques. ET je n'ai pas fini.
    Terrains, territoires, statuts territoriaux de facto, me préoccupent au plus haut degré. Les écrits me préoccupent moins.
    C'est pourquoi j'ai examiné à mes frais 58 pays. L'année dernière, âgé de 82 ans et me relevant d'une chirurgie cardiaque, je suis allé en Finlande visiter des régions qui m'avaient intrigué et pour lesquelles je cherchais réponse et j'ai trouvé ce que je cherchais.
    Je laisse à d'autres le soin de vérifier la littérature et je m'excuse pour mon absence d'intérêt littéraire.
    Salutations cordiales.
    JRMS

  • Archives de Vigile Répondre

    23 février 2015

    Pourriez-vous svp CITER les propos ou actes de McGill et Concordia allant en ce sens? Car je doute qu'ils aient littéralement émis votre première phrase! Ceci dit bien qu'il ne me surprendrait pas qu'ils nourrissent de tels mensonges d'eugénistes cancres, mais apportez les faits, à tous le moins les propos ou évènements... Car je me demande toujours de quoi vous parlez au juste, qu'est-ce que vous critiquez, chose que vous ne dites pas, tout en nous versant un paquet d'affirmations!
    Aussi, vous parlez du Français, « langue de la diplomatie »... Mais c'est bien plus encore : langue d'une des cultures les plus riche au monde (loin devant le seul Shakespeare érigé en Dieu tellement il est seul à s'être réellement démarqué au niveau littéraire, outre Tolkien alors que malheureusement ce dernier ne faisait que fantasmer sur des contes pour enfants), de grands philosophes et écrivains... Le Français, aussi langue officielle des sciences (de par sa précision) et ce jusque avant la seconde guerre mondiale (jusque avant la prise du haut du pavé politico-économique par les anglos, ayant depuis imposé leur langue par pur égo ethnocentrique via leurs Lords banquiers et institutions de financement, tels les conquérants barbares d'un autre millénaire ayant fait reculer les dynamiques civilisationnelles)... Bref, cet article est incomplet, mais en notre contexte c'est tout de même de bon aloi, alors merci!

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    23 février 2015

    Sauf que... leur belle langue abrégée a tout ce qu'il faut pour séduire nos bons gouvernements ratatinés.

  • Serge Jean Répondre

    22 février 2015

    Magnifique... merci.
    Serge Jean

  • Claude G. Thompson Répondre

    22 février 2015

    Dans ses "Récits de Belzébuth à son petit-fils", Gurdjieff raconte que pour vivre en Amérique, ce dernier n’a qu’à apprendre l’anglais des affaires et qu’il suffit, pour ce faire, de se rappeler cinq expressions :
    Maybe – Perhaps – Tomorrow – Oh ! I see – All right.
    C’est là une caricature tout à fait révélatrice de la façon de faires des Américains et pas seulement en affaire.
    Claude G. Thompson