Seuils d’immigration: le chant des sirènes

A61c56b837dee5ddf7292f0d2e8dd70b

Deux livres à lire : « Le remède imaginaire: pourquoi l'immigration ne sauvera pas le Québec » et « Disparaître ? : afflux migratoires et avenir du Québec »


Lors de la commission parlementaire qui se penchait cette semaine sur la planification de l’immigration pour les trois prochaines années, les milieux d’affaires — le Conseil du patronat du Québec, la Fédération des chambres de commerce du Québec et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain en tête — y sont allés d’un vibrant plaidoyer en faveur d’une hausse à 60 000 du nombre d’immigrants admis par an et au plus vite, tandis que le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, prévoit une augmentation du seuil actuel de 40 000 à un maximum de 52 500 en 2022. Espérons que le gouvernement Legault ne cède pas au chant des sirènes patronales.


Il est vrai que le Québec connaît une croissance économique vigoureuse. Le taux de chômage a chuté à 5,1 %, soit un point de pourcentage de moins que l’Ontario, du jamais vu de mémoire d’homme. Cette croissance se conjugue aux départs à la retraite de nombre de baby-boomers. Dans ces circonstances, les employeurs font face à des difficultés de recrutement de travailleurs spécialisés, mais aussi de travailleurs peu qualifiés, en région tout particulièrement.


En revanche, même si le taux de chômage chez les immigrants récemment arrivés a baissé, l’écart de quelque 8 points de pourcentage avec le taux pour l’ensemble de la population est resté le même, un écart qui est beaucoup plus important qu’en Ontario par exemple. Des chercheurs — Gilles Grenier et Serge Nadeau de l’Université d’Ottawa — ont d’ailleurs démontré que l’écart entre les taux de chômage des immigrants à Montréal et Toronto s’explique par le fait que, parmi les nouveaux arrivants, la connaissance du français est moins répandue à Montréal que celle de l’anglais à Toronto. L’exigence de la connaissance du français dans la sélection des immigrants est « non seulement culturellement, mais aussi économiquement justifiée », concluent-ils.


En commission parlementaire, le président la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, est même allé plus loin en avançant qu’on devrait hausser le seuil à 78 000 immigrants par an afin que le Québec conserve son poids démographique au sein de la fédération. Le Canada a augmenté de façon inconsidérée ses seuils d’immigration ces dernières années, ce qui, selon plusieurs chercheurs, ne contribue pas à augmenter la richesse par habitant, bien au contraire. On peut considérer qu’il s’agit d’un exercice de construction d’un État postnational (nation building). C’est une voie que le Québec ne peut certainement pas emprunter.


Augmenter de façon générale le nombre d’immigrants reçus ne contribuera pas à diminuer les pénuries de main-d’oeuvre et ne ferait qu’augmenter le chômage chez les immigrants récents, a rappelé l’économiste Pierre Fortin, puisque plus il y a de personnes actives, plus il y a de dépenses en biens et services, ce qui se traduit par une demande accrue de main-d’oeuvre.


Pour contrer les pénuries de main-d’oeuvre, d’autres moyens que le recours aveugle à l’immigration s’imposent, notamment l’investissement dans la machinerie et l’automatisation, des changements dans les méthodes de production, la formation et l’apport des travailleurs âgés qu’il faut encourager à repousser leur départ à la retraite. Le patronat estime que le contexte économique est favorable à l’immigration massive : il commande surtout aux entreprises d’augmenter leur productivité.


En outre, les employeurs veulent plus de travailleurs de l’étranger, mais nombre d’entre eux exercent de la discrimination à l’embauche envers les immigrants qui sont déjà au Québec, surtout s’ils font partie de minorités visibles.


L’immigration n’est pas la solution miracle : elle peut faire partie de l’équation dans la mesure où les compétences des nouveaux arrivants, du moins les travailleurs qualifiés que le Québec sélectionne, correspondent précisément aux besoins en main-d’oeuvre. C’est dans cette avenue que le gouvernement Legault s’est engagé avec l’implantation d’Arrima, un système d’invitations qui est calqué sur le programme fédéral Entrée express.


L’intégration ne se résume pas à l’emploi, elle est un processus social où le ministère, les organismes communautaires, les municipalités et les établissements d’enseignement ont un important rôle à jouer, a-t-on souligné avec justesse. L’immigration a d’ailleurs une dimension humanitaire plus qu’économique. Dans cette optique, le Québec doit continuer de fournir sa part d’efforts pour l’accueil des réfugiés.


Il n’y a pas de seuil d’immigration optimal. C’est la réussite de l’intégration qui compte, une intégration qui passe par une meilleure sélection et une francisation efficace, ce qui a fait défaut sous les libéraux. Le gouvernement Legault aura raison de choisir la modération, et surtout de miser sur des mesures pour soutenir activement l’intégration des immigrants.









LE COURRIER DES IDÉES


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.