Se retrousser les manches

Extraits du budget du Québec 2009-2010 présenté hier à l'Assemblée nationale

0a3e8c0a80667ff5dffd7d11e7fe76f1

Budget de MJF - mars 2009

Robert Dutrisac - Le Québec n'est pas à l'abri du contexte économique mondial. Plus de 50 % de tout ce que nous produisons est destiné aux marchés d'exportation. Et près de 75 % de nos exportations internationales trouvent preneur aux États-Unis.
Cependant, parce que nous avons été parmi les premiers à intervenir pour soutenir notre économie, la récession sera moins profonde ici qu'ailleurs. [...]
En effet, dès les premiers signes de ralentissement, notre gouvernement a lancé le plus ambitieux plan de réfection de nos infrastructures que nous ayons connu. Un plan de 37 milliards de dollars pour la réfection de nos hôpitaux, de nos écoles, de nos routes et de nos équipements municipaux est en chantier depuis déjà 18 mois. Nous avons aussi réduit les impôts des particuliers pour la classe moyenne de plus d'un milliard de dollars en 2008.
Nous avons poursuivi nos actions pour soutenir l'économie et nous avons intensifié nos efforts au fur et à mesure que la conjoncture l'exigeait. [...]
Nos gestes se sont accompagnés de résultats.
Le Québec a enregistré une croissance économique de 0,8 % en 2008. Ce résultat est conforme à ce que nous avions prévu en novembre dernier. Ce résultat indique que le Québec a mieux résisté à la crise financière et à la récession mondiales. Les États-Unis, rappelons-le, sont en récession depuis plus d'un an.
Cependant, compte tenu de l'ampleur de la récession mondiale, nous prévoyons un recul de l'économie du Québec de 1,2 % en 2009, ce qui correspond à la prévision moyenne des experts du secteur privé. La situation économique devrait s'améliorer dès l'année prochaine. Nous prévoyons une croissance économique de 1,9 % au Québec en 2010.
Nous prévoyons que le taux de chômage passera du creux historique de 7,2 % en 2008 à 8,9 % en moyenne en 2009. Ce taux demeure bien inférieur à ceux des récessions précédentes, alors que le taux de chômage avait atteint 14,2 % en 1983 et 13,2 % en 1993.
Nous nous sommes mieux préparés que par le passé pour affronter les intempéries. Mais pour chaque personne qui perd son emploi, je suis bien consciente qu'il s'agit d'une épreuve. L'emploi est la priorité de notre gouvernement. Nous faisons du soutien aux travailleurs une mission pour toute la société québécoise.
Relance et progrès social
Devant la dégradation de la situation économique mondiale, les Québécois souhaitent que nous poursuivions nos efforts pour stimuler notre économie. Ce sera le premier volet de ce budget: affronter la récession et préparer la relance.
Pour affronter la récession, j'annonce:
- des liquidités additionnelles pour nos entreprises, notamment un nouveau régime d'épargne-actions;
- un effort sans précédent pour la formation de la main-d'oeuvre par une bonification du Pacte pour l'emploi.
Il nous faut voir au-delà de la récession et affirmer notre confiance. Nous devons dès aujourd'hui poser les gestes qui nous permettront de saisir les occasions qui vont se présenter au moment de la relance.
Pour préparer la relance économique, j'annonce:
- un plan pour faire du Québec une puissance mondiale des énergies propres et renouvelables;
- un premier pas pour mettre en place le grand projet du plan Nord;
- des mesures audacieuses pour affirmer la place du Québec comme leader mondial de l'environnement et des technologies vertes.
Le développement économique n'a de sens que s'il s'accompagne de progrès social. Ce sera le deuxième volet de mon budget: assurer le développement social du Québec.
J'annonce:
- un soutien accru pour les familles;
- des mesures pour améliorer la qualité de vie des aînés;
- davantage de logements abordables et de qualité;
- la poursuite de nos investissements en santé et en éducation;
- et un apport supplémentaire pour nos créateurs.
Déficits nécessaires
Plus de 70 % des participants aux consultations en ligne sont d'avis qu'en temps de récession, des déficits budgétaires sont nécessaires pour protéger les emplois et les services aux citoyens. Nous sommes de cet avis.
J'annonce un déficit de 3,9 milliards de dollars en 2009-10. Ce déficit représente 1,3 % de notre PIB. Rappelons que le déficit du gouvernement américain atteint 12,3 % du PIB tandis que celui du gouvernement canadien représente 2,2 % du PIB. Toutefois, si les Québécois acceptent des déficits budgétaires, ils souhaitent que leur gouvernement trace la voie du retour à l'équilibre. C'est le troisième volet de ce budget: préserver la santé des finances publiques. J'annonce:
- un plan de retour à l'équilibre budgétaire d'ici cinq ans;
- le maintien du taux de croissance des dépenses de programmes à 4,5 % en 2009-10 pour protéger nos services publics, nos emplois et notre économie;
- le maintien des contributions au Fonds des générations pour réduire le poids de notre dette.
Un effort
Les Québécois ont toujours su se retrousser les manches. Nous devrons tous faire un effort pour traverser cette récession. Comme le disait le premier ministre: «Nous devons tous nous sentir responsables les uns des autres.» Ce budget invite tous les acteurs de la société, syndicats, entreprises, groupes communautaires et sociétés d'État, à faire équipe pour protéger nos emplois. Ce budget prépare le Québec pour la relance. Ce budget poursuit nos investissements dans le développement social. Ce budget prévoit dès aujourd'hui le retour à l'équilibre budgétaire. Ce budget consolide le présent et pave la voie aux générations futures.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé