Sale campagne en vue

1b99995544ab0ccf6e777e064da57241

« Les véritables citoyens » de Couillard sont ses électeurs : les anglo-immigrés


Ceux qui croyaient qu’avec un premier ministre lettré, formé à l’humanisme du système d’éducation français au collège Stanislas à Montréal, le Québec serait dirigé par un politicien peu tenté par la démagogie sont obligés de se rendre à l’évidence. Ils se sont trompés.


L’ancêtre du premier ministre, Guillaume Couillard de Lespinay, fut le premier colon anobli par Louis XIV, son grand-père maternel fut un scientifique français reconnu et son père un éminent professeur de biologie. Sa mère, française, fut attirée par l’indépendance du Québec du Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN). Philippe Couillard a baigné dans un milieu raffiné où il a appris le sens des mots, car ses parents appartenaient à l’élite intellectuelle de l’époque.


Or le pouvoir a transformé Philippe Couillard. Il se révèle désormais bagarreur de rue. Son antinationalisme impose sa loi aux libéraux. Ses adversaires, nationalistes, représentent la quasi-totalité des francophones. Or le parti libéral reçoit actuellement l’appui de 75 % des anglophones et des allophones, mais seulement 16 % des francophones.


Campagne antinationaliste


Sa langue fourchue était en évidence cette semaine lorsqu’il a qualifié de « véritables citoyens » ceux qui appuient ce qu’il considère comme les « véritables enjeux » de son Québec par rapport aux « enjeux imaginaires » de François Legault. Ce dernier se préoccupe, on le sait, comme la majorité des francophones, du port des signes religieux par les agents de l’État, un enjeu insignifiant aux yeux du premier ministre.


Sensible à la sémantique, j’en déduis que Philippe Couillard départage les « vrais citoyens » qui pensent comme lui des « faux » qui le confrontent.


Après sa célèbre dénonciation de ceux qui « soufflent sur les braises de l’intolérance », après le « nationalisme ethnique » de son ministre Leitao, après l’attaque de la ministre Stéphanie Vallée contre François Legault, qu’elle a accusé de ne défendre que les Blancs (autre façon de viser les nationalistes), on a une idée peu ragoûtante de la campagne électorale à venir.


Bien qu’il ait reculé devant le tollé sur sa décision de mettre sur pied un comité d’étude sur le racisme systémique, Philippe Couillard a bien l’intention de diaboliser la CAQ et son chef François Legault dont on connaît la difficulté à éviter les chausse-trappes du premier ministre et de ses collègues.


Risque de dérapage


Le Parti québécois, sans référendum, son épée de Damoclès, n’est plus dans la mire des libéraux. La CAQ, résolument fédéraliste, ne peut prêter flanc à ceux-ci. C’est donc sur le thème explosif, corrosif et éminemment toxique du nationalisme raciste, islamophobe et xénophobe que risque de déraper la campagne électorale.


Il est fort à penser que le Parti libéral va jouer son va-tout durant les mois à venir.


Tous ceux qui ont vécu les campagnes référendaires se souviennent des outrances verbales et des déchaînements diffamatoires de certains, allant jusqu’à comparer publiquement René Lévesque à Hitler.


Il faut craindre une campagne électorale identitaire où les libéraux pour qui la fin justifiera les moyens tireront à boulets rouges sur la CAQ.