Réplique à Alain Dubuc

Quelle table pour le Québec dans le Canada ?

Actualité québécoise - vers une « insurrection électorale »?

Dans son article: ["Quelle table pour le Québec ?"->18324] paru dans Le Soleil du premier mars, Alain Dubuc affirme avoir perdu son temps à écrire ce papier où il ridiculise la place qu'occuperait un Québec souverain sur la scène mondiale. Il me faut avouer que j'ai aussi perdu le mien en le lisant. Probablement que je gaspille de précieuses minutes en y réagissant. Enfin.
La moindre petite ouverture dans une porte internationale vaudrait sans doute encore mieux que cette table peau de chagrin que le Canada nous offre depuis si longtemps. Je ne parlerai pas du passé de peur d'être soupçonné de m'adonner au misérabilisme. Il y aurait pourtant tant à dire, mais abstenons-nous. Non, parlons plutôt d'avenir. Et l'avenir pour le Québec dans le Canada, c'est une bien petite table. Il n'y a rien à y faire, c'est mathématique. Notre proportion diminue constamment et notre influence en même temps. De plus, l'horizon constitutionnel est complètement obstrué. Nous allons donc rester une province à la parole rétrécie, un territoire régi, entre autres, par un amendement constitutionnel qu'on n'a pas signé. Voilà l'emballant banquet où nous sommes conviés.
Effectivement, un Québec indépendant ne deviendrait pas un leader incontesté dans les instances internationales. Même le Canada ne l'est pas vraiment avec ses trente et quelque millions d'habitants. Non, le Québec ne serait pas au G 20 et encore moins au G 8 où, selon Alain Dubuc, s'ébauche la nouvelle gouvernance mondiale. Il faut se demander si ce n'est pas plus rassurant qu'inquiétant quand on voit les tristes résultats où nous ont menés ces instances récemment. Un Québec libre ne pourrait-il pas joindre sa voix aux nombreux pays de sa taille et qui se tirent bien d'affaire ? On pense, bien sûr, aux pays scandinaves mais il y en a d'autres de notre taille qui tirent bien leur épingle du jeu. On pourrait, avec tous ces pays, montrer qu'il y a peut-être d'autres avenues que cette mondialisation spoliatrice et porteuse d'inéquité, d'autres chemins que cette création de richesses qui répand la pauvreté et détruit la planète.
Vous avez raison, M. Dubuc, notre voix serait bien frêle mais elle exprimerait nos priorités et elle donnerait tout de même sur le monde alors que rester une province, c'est accepter que l'écho de nos paroles aboutissent directement dans le sous-sol canadien. Quel beau projet d'avenir !

Featured 550900f130d875a76cec032283913664

Gilles Ouimet66 articles

  • 32 304

Né à Mont-Laurier en 1947. Études primaires à cet endroit. Études classiques à Mont-Laurier et Hull entre 1961 et 1968. Diplômé en histoire de l’Université Laval en 1971. Enseignant à la polyvalente de Mont-Laurier entre 1971 et 2005. Directeur d’une troupe de théâtre amateur (Troupe Montserrat) depuis 2000. Écriture pour le théâtre, notamment une pièce à l’occasion du centenaire de Mont-Laurier en 1985 (Les Grands d’ici), une autre à l’occasion du 150e anniversaire du soulèvement des Patriotes (Le demi-Lys...et le Lion) en 1987 (prix du public lors du festival de théâtre amateur de Sherbrooke en 1988 et 2e prix au festival canadien de théâtre d’Halifax la même année). En préparation, une pièce sur Louis Riel (La dernière Nuit de Louis Riel). Membre fondateur de la Société d’histoire et de généalogie des Hautes-Laurentides. Retraité de l’enseignement depuis 2005.





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    4 mars 2009

    Les journalistes de Power Corporation, pour faire plaisir à monsieur Desmarais et pour garder leur poste, aiment a étudier le Québec en le diminuant. Si le Canada arrive au 8e rang pour ce qui est de l'indice de développement humain IDH, ce résultat est amélioré par le Québec qui est le seul au Canada à bénéficier de l'assurance médicament, de la scolarité gratuite au collège d' un meilleur traitement de nos amérindiens et d'une aide aux famille améliorée. Si nous ne comptions pas dans la moyenne canadienne celle-ci baisserait au 12e rang peut-être. Dubuc préfère nous classer au 40e rang du PIB par tête. Où prend-il ce chiffre? Avec 300 milliards de pib notre per capita serait d' environ 40000$, au 7e et 8e rang avec l'Ontario. De même monsieur Pratte jonglait avec 40 G$ de taxes & impôts perçus par Ottawa au Québec. Pas un mot des cotisations qui s'ajoutent à cela: assurance-chômage, patrimoine des banques, cotisations à la SCHL pour les prêts hypothécaires, etc. Les journaliste de
    Gesca-Power excellent à rapetisser le Québec que c'en est Platte.

  • Daniel Magnan Répondre

    2 mars 2009

    Pratte et Dubuc, dans l'espoir de noyer les résultats de la CDP, ont attaqué l'idée de souveraineté en fin de semaine. Le texte de Pratte est encore plus risible que celui de Dubuc alors que la plume à gage de Gesca confond des notions aussi élémentaires que la nation et le système de gouvernement.
    Dubuc dans son texte nous invite à suivre le Canada peu importe que sa position soit celle ou non du Québec, c'est le progrès selon Dubuc. Pour moi, ça s'apparente à du colonialisme, mais je n'ai pas le salaire de Dubuc.... Pour Dubuc, les seuls États qui ont de l'allure et un avenir sur cette Terre sont au nombre de huit (G8). Les autres doivent s'y joindre. Aucun de ces autres États n'a de réelles emprises sur son économie. Tout au plus, ils doivent avoir l'illusion tranquille d'avoir un tant soit peu d'emprise.
    Sans des médias neutres, la démocratie est illusoire. Merci à Vigile de nous permettre de remettre un peu de cohérence dans les propagandes de ces plumes à gage!

  • Gaston Boivin Répondre

    2 mars 2009

    Depuis toujours les grands pays de ce monde en excluent les petites contrées en se regroupant pour tenter de le manipuler à leur avantage. Aujourd'hui, ils ont beau jeu: Ils le font sous le couvert de la mondialisation, ce nouveau mot passe-partout, à la mode du jour, proche parent, à les en croire, du philosophique universalisme, comme étant une espèce d'ouverture au monde, sous-entendant tacitement son regroupement dans la solidarité. Et si les petites contrées de la Terre les prenaient au mot et se regroupaient dans un immemse G X pour, par solidarité et stratégie, se protéger de la manipulation du G8. L'avenir du monde ne serait-il pas là?!

  • Archives de Vigile Répondre

    2 mars 2009

    Dans le cas de M. Dubuc, celui qui a dit que deux esclaves qui se rencontrent disent du mal de la liberté n'avait pas prévu le cas où un esclave parle tout seul.

  • Archives de Vigile Répondre

    2 mars 2009

    Dommage que ce petit article, pourtant bien aussi valable que celui de M. Dubuc, ne soit puisse être accessible aux yeux de tous ceux qui ont lu cet article misérabiliste !