Quelle honte!

Fb36f7d6d5d9f6e3a9b973c712d9a66a

D’après Stéphane Dion, c’est pas bien de faire des pressions pacifiques sur le gouvernement israélien. Hon…

Lettre ouverte à M. Stéphane Dion, ministre des Affaires étrangères du Canada
Vous avez voté au Parlement en faveur d’une motion qui condamne « toute tentative de la part d’organismes, de groupes ou de particuliers du Canada de promouvoir le mouvement BDS [Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël], ici et à l’étranger. »

Je crois que vous avez oublié certains détails de la politique étrangère officielle de votre gouvernement, M. Dion. Permettez-moi de vous rafraîchir la mémoire.

Selon le site Web de votre ministère, « le Canada ne reconnaît pas l’annexion unilatérale israélienne de Jérusalem-Est ».

De plus, toujours selon votre ministère : « Le Canada ne reconnaît pas le contrôle permanent exercé par Israël sur les territoires occupés en 1967 (le plateau du Golan, la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza). La quatrième Convention de Genève s’applique dans les territoires occupés […]. Les colonies de peuplement israéliennes dans les territoires occupés sont contraires à la quatrième Convention de Genève. Elles constituent en outre un obstacle sérieux à l’instauration d’une paix globale, juste et durable. »

Fantastique. Mais vous l’avez peut-être oublié : cette situation dure depuis 1967. Et de plus, le processus d’Oslo amorcé en 1993 (depuis 23 ans !), censé mettre fin à l’occupation que vous considérez comme illégale, n’a fait que renforcer le contrôle israélien sur les territoires occupés. Aujourd’hui, on se trouve dans une situation où Israël a exclu les Palestiniens de plus de territoires qu’au début du processus de paix d’Oslo ! Vous le savez, je suppose, et je suis certain que vos fonctionnaires pourraient vous donner moult détails sur la violence quotidienne exercée contre les Palestiniens, et sur les graves violations de droits qu’ils subissent. Donc, les processus diplomatiques officiels n’ont rien donné.
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé