Québec solidaire rabroue de nouveau Lisée

Une alliance est «la seule façon» de vaincre les libéraux dans Verdun, plaide le chef péquiste

F21abef93126f18e201319061d18a961

À QS la responsabilité de la division

La tentative d’alliance des forces progressistes contre le gouvernement Couillard, lancée par le chef péquiste Jean-François Lisée, se heurte une fois de plus à Québec solidaire.

Le parti de Françoise David a rejeté deux fois en 24 heures la proposition jugée « cavalière », « peu sérieuse » et bien peu progressiste de Jean-François Lisée. Cette proposition du chef péquiste, c’est celle d’une candidature commune du Parti québécois (PQ), de Québec solidaire (QS) et du Parti vert (PV) à l’élection partielle imminente dans la forteresse libérale de Verdun.

M. Lisée soutient qu’une union des partis progressistes est « la seule façon » de vaincre les libéraux dans cette circonscription montréalaise qui a toujours voté rouge depuis un demi-siècle. Le libéral Jacques Daoust l’avait emporté par 8901 voix, en avril 2014, avant de démissionner de son poste de député et ministre, au mois d’août dernier.

Jean-François Lisée soutient qu’il faut envoyer un « coup de semonce » au gouvernement Couillard. « On a des élections partielles qui peuvent servir à envoyer un signal au gouvernement : il y a un prix à payer pour des décisions aussi néfastes [que l’austérité] », a dit le chef du PQ lundi lors d’un point de presse.

Le candidat péquiste dans Verdun, l’homme d’affaires Richard Langlais, a confirmé qu’il est prêt à céder sa place à un candidat indépendant qui serait désigné durant une assemblée d’investiture commune aux trois partis. « C’est le prix à payer et ça ne me dérange pas de le payer, a-t-il dit. Ça nous prend un candidat commun, c’est obligatoire [pour espérer battre les libéraux]. »

Divergences


M. Lisée affirme avoir discuté de cette éventuelle candidature commune avec la députée Françoise David, porte-parole de QS, le 27 septembre. Le président de l’exécutif péquiste dans Verdun, André Julien, a indiqué qu’il n’a jamais eu de réponse officielle à une offre de partenariat faite à l’exécutif local de QS (ce que nie le parti de Françoise David).

Chez Québec solidaire, on se montre sidéré par la stratégie du chef péquiste. M. Lisée (alors candidat à la direction du PQ) a lancé sa proposition d’alliance dans Verdun au mois d’août, avant même d’en parler officiellement à Québec solidaire, indique-t-on. Le 27 septembre, Françoise David dit avoir informé M. Lisée que QS doit d’abord discuter de convergence en conseil national en novembre 2016 et au congrès, prévu en mai 2017.
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé