Que dit-on vraiment aux soldats ?

97339de09d059258ffc8bc858237e01e

NON à l'aventure afghane

(Texte publié dans Le Soleil du jeudi 16 août 2007 sous le titre "Les faux motifs de cette guerre : que dit-on vraiment aux soldats ?")
- Ou bien les 70 % de Québécois opposés à l'occupation militaire de l'Afghanistan par 34 pays sont des personnes dénuées de jugement politique, ou bien les soldats qu'on interviewe dans les journaux ou à la télévision sont bien mal renseignés sur leur propre mission. Ce qui peut s'avérer un facteur de défaite bien plus sérieux que les mensonges qu'on sert à une population avertie par ce qu'elle connaît de l'histoire du XXe siècle.
Les soldats canadiens ou québécois savent-ils bien que c'est une guerre avec effusion de sang des deux côtés? C'est bien différent de ce qu'est le déploiement d'une opération humanitaire ou de maintien de la paix. C'est d'autant plus différent qu'il s'agit bien d'une guerre déclenchée par un tout autre chef de guerre que notre gouverneur général, chef des armées au Canada, à savoir l'actuel président des États-Unis, George W. Bush en personne, qui en a bien expliqué les tenants et aboutissants: «Vous êtes avec nous ou contre nous!», en en faisant un diktat pour tous les pays gouvernés par des amis notoires des États-Unis. Et cette mission est bien différente du rôle défensif des armées de détecter, d'isoler et de combattre une menace contre notre territoire. Cette guerre est à une telle distance stratégique du Canada et son objectif est à ce point flou qu'elle peut servir toutes les «bonnes causes» qu'on veut, sauf celle de la «guerre au terrorisme». Si loin de notre territoire, la défense nationale perd tout son sens. Elle s'insère désormais dans un processus stratégique de contrôle et de soumission du monde à des intérêts étrangers aux nôtres. Le Canada doit-il à ce point se soumettre lui aussi à ce vain diktat?
Vrai guerrier
Qu'a-t-on seulement expliqué à nos jeunes soldats friands d'aventures hors du commun, avec une connotation de sport extrême qui pourrait tout autant se manifester dans des opérations de maintien de la paix? On leur a sans doute inculqué l'idée suivante: ne pas pouvoir tirer sur un ennemi est plus traumatisant que de risquer sa vie comme un vrai guerrier. La mission humanitaire associée à l'agression en Afghanistan n'est mise en place que pour rendre attrayante aux yeux de la population une opération impérialiste dont les Québécois se méfient pour en avoir vu les conséquences quand d'autres pays les ont menées alors qu'il fallait que s'élèvent des voix pacificatrices comme celle de Lester B. Pearson.
Pareille instrumentalisation est utilisée pour créer de toute pièce une espèce de contribution des armées à l'émancipation des femmes afghanes, elles-mêmes bien loin d'avoir attendu l'occupation de leur pays (dont une s'est au moins manifestée à un congrès du NPD pour demander le retrait des troupes canadiennes) pour se sortir d'une société patriarcale qu'elles ont depuis tout aussi longtemps subie comme un obstacle à leur libération. La construction d'écoles et l'établissement de cliniques de santé sont donc tout autant de retombées fort secondaires comparativement à l'opération principale consistant à débusquer les talibans ou d'éventuels terroristes dont on ne voit ni le bout du nez ni la moindre résistance autrement que par les chars non sécuritaires qu'ils font sauter de temps en temps. L'ennemi semble si diffus que cette «guerre au terrorisme» pourrait changer de méthode et passer à l'humanitaire, comme y a fait rêver en fin de semaine un dossier de La Presse. L'occupation de l'Afghanistan perd des motifs tous les jours tandis que l'authentique lutte contre la pauvreté par la reconversion d'une logistique de guerre en véritable opération humanitaire en gagne. Stephen Harper s'est peinturé dans le coin et il sera sans doute le dernier à le reconnaître.
À vrai dire, il semble que les stratèges de l'armée canadienne soient tout près d'avoir assimilé quelques principes de guérilla révolutionnaire, sans en être, en se liant le plus possible à la population afghane et en informant à propos du volet humanitaire plutôt qu'au sujet du nombre de civils ou de talibans tués, qui caractérisent pour l'essentiel cette guerre où, en fin de compte, très peu de soldats canadiens ou québécois seront vraiment tués en proportion des Afghans eux-mêmes. Il est pour le moins paradoxal de constater que ce qui devrait enflammer l'âme patriotique des Canadiens, le nombre d'ennemis morts, les rend encore plus suspicieux au sujet des véritables objectifs stratégiques de cette guerre.
Cette guerre semble aussi n'avoir plus beaucoup d'ennemis dans nos médias. On y observe plutôt un peuple spectateur ahuri et sensible à la solidarité internationale, qui se manifesterait désormais comme un engagement antifasciste, toujours selon le credo de M. Bush. On se croirait à la belle époque de la guerre d'Espagne, ma foi!
Les bonnes intentions
Qu'on veuille inverser la tendance au Québec par des campagnes mielleuses, je le conçois. C'est de bonne guerre, comme on dit. Mais qu'on ne tente pas de nous leurrer avec les faux motifs de cette guerre en pensant réussir. De toute façon, les sondages sont désespérants pour ceux qui orchestrent ces stratégies de publicité sociétale aux bulletins de nouvelles. Nous en avons vu d'autres, de ces guerres pour «le bien de tous», la «sécurité nationale des États-Unis» ou «le bon droit du plus fort» qui tournent aux massacres de civils avec les meilleures intentions du monde.
C'est la guerre des libéraux et, à leur suite, celle des conservateurs. Ils l'ont déclenchée à la suite d'un appel de M. Bush et ils s'y sont embourbés avec lui. La victoire, si tant est qu'il y en ait une sans l'humiliation de l'armée et des militaristes eux-mêmes, ne sera pas celle de la communauté internationale mais celle de l'OTAN, dopée par sa suprématie en Europe sur le Pacte de Varsovie, partant à la conquête du monde pour les intérêts douteux de nos transnationales aspirant à de nouveaux marchés sur les nouveaux tréteaux du banquet mondial. Vous ne voyez pas le rapport? Attendez d'être «informés» par la propagande de guerre associée à ces opérations militaires qui se déploient maintenant au lieu de campagnes d'entraide et de soutien entre peuples alliés. Les rapports Sud-Sud sont en train d'en illustrer les conséquences les plus significatives. Et ils pourraient contrecarrer à l'échelle de la planète la volonté des élites de ce monde de consolider et d'étendre leur pouvoir de commercer ou de produire à bon marché.
***
Guy Roy, Délégué syndical de l'AFPC (FTQ) et membre de Québec solidaire


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé