Quatre partis, quatre déclinaisons du nationalisme québécois

95e28a4639a7a7996b1fe1e9a4317d99

La victoire de la CAQ remet de l'avant la notion de nationalisme


Après avoir confié la responsabilité de la langue française au ministre Simon Jolin-Barrette mercredi, François Legault s’est appliqué, sans que personne lui demande, à définir le nationalisme qu’il prône.


« En campagne électorale, la Coalition avenir Québec [CAQ] avait promis d’être un gouvernement nationaliste », a déclaré le premier ministre d’entrée de jeu à la presse. « Pour moi, être nationaliste, c’est d’abord fondé sur trois piliers : la langue française, la culture et la laïcité de l’État. »


Contrairement à ce qu’il affirmait au Devoir en juin dernier, il n’exclut plus la possibilité de rouvrir la loi 101 et promet « quelque chose d’ambitieux » pour l’industrie culturelle. « La culture, c’est l’âme d’un peuple », a-t-il fait valoir.



François Legault embrasse aujourd’hui le nationalisme autonomiste… après avoir défendu le nationalisme indépendantiste.


Dans un entretien à la fin juin, le chef du gouvernement disait s’affairer à accroître la fierté nationale québécoise. « Pour moi, c’est important cette fierté-là. Moi, j’ai toujours été nationaliste. J’ai même été souverainiste », a-t-il dit. Que permet cette fierté ? « Ça permet d’avoir des projets collectifs », a répondu M. Legault sans hésitation.


Outil de rassemblement


Tous les partis se réclament aujourd’hui d’une forme de nationalisme. Pour cause, « aucune autre idéologie, aucun autre mouvement social n’ont constitué un instrument de rassemblement aussi puissant depuis la Révolution française », souligne le politologue Louis Balthazar dans son ouvrage Nouveau bilan du nationalisme au Québec.


Le politologue a défini le nationalisme comme « un mouvement qui consiste à accorder une priorité à l’appartenance nationale et à lutter pour une meilleure reconnaissance de la nation à laquelle on appartient ». « Pour un petit peuple comme celui du Québec, le nationalisme est un ingrédient presque indispensable à son existence, à sa survie, à son développement », insiste-t-il.



Tout le monde est nationaliste ici, autour de la table, d’un coup sec ! 




En tirant encore plus le tapis nationaliste sous ses pieds, la CAQ bouscule le Parti québécois (PQ). À trois ans des élections générales, la formation politique de François Legault veut-elle la peau du PQ ?


« M. Legault voulait s’attaquer lui aussi aux “vraies affaires”, aux questions économiques. Là, on découvre un M. Legault culturel de bout en bout : laïcité, culture, langue. Ça, c’est déjà un étonnement. Pourquoi jouer la carte du nationalisme ? Est-ce que c’est bêtement pour aller chercher un électorat péquiste tout en compliquant la vie aux libéraux, qui vivent de leur électorat anglophone depuis la Confédération ou à peu près ? » demande l’historien Yvan Lamonde.


Le professeur en sciences politiques de l’Université Laval Réjean Pelletier en est persuadé. « La CAQ voit le PQ comme son adversaire principal, soutient-il. La clientèle qu’elle peut encore courtiser est celle du PQ. Donc, plus il y aura de gens qui viennent du PQ, moins il sera fort et moins il sera un obstacle à la montée de la CAQ, et ça, pour assurer une plus longue vie au pouvoir à la CAQ. »


Le leader parlementaire, Martin Ouellet, a dit cette semaine ressentir comme « un petit velours » la volonté de M. Legault de rouvrir la Charte de la langue française. Ce faisant, le gouvernement donne tort à « ceux et celles qui pensent que le Parti québécois est un parti moribond et n’a rien à proposer », a affirmé M. Ouellet en marge d’un caucus des neuf élus péquistes.


Poussé dans ses retranchements, le parti politique fondé par René Lévesque poursuit l’objectif de « fond[er] un pays, non pas [d’assurer] la gestion ordinaire d’une province », a insisté la présidente Gabrielle Lemieux. Pour le PQ ,le nationalisme conduit logiquement à l’indépendance.


N’étant plus souverainiste, François Legault n’est pour sa part « pas piégé par des contraintes ou des extrêmes », avance M. Lamonde. « Ce n’est pas un idéologue. Il est très pragmatique. C’est probablement pour ça qu’il réussit. C’est ce qui fait sa force. Ce que les libéraux et les péquistes n’ont pas réussi à faire avec la laïcité, lui l’a fait. Ce que les libéraux et les péquistes n’ont pas réussi à faire avec une révision de la politique linguistique, lui a décidé de s’y attaquer », poursuit-il.


À Québec, le chef de l’opposition officielle, Pierre Arcand, ne voulait pas être en reste. Le Parti libéral du Québec est nationaliste, a-t-il assuré, avant d’être appelé à préciser sa vision du nationalisme. « Premièrement, la défense des intérêts du Québec », a-t-il déclaré tout en pointant le Plan Nord. Il s’agissait d’une initiative visant à favoriser la croissance de « nos entreprises » et l’occupation du territoire. « Et je terminerai aussi en vous disant que, sur le plan de la culture, regardez, année après année, les sommes d’argent qui ont été mises pour la culture au Québec [par le PLQ] », a-t-il ajouté.


Le PLQ, qui est boudé par l’électorat francophone, est aussi disposé à « améliorer certains éléments de la loi 101 », mais à condition de ne pas porter atteinte aux droits individuels, a poursuivi M. Arcand, provoquant l’étonnement de ses adversaires politiques.


Le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, était ébaubi par cette nouvelle.


Son confrère Harold LeBel dit avoir remarqué un changement de ton de la part des élus libéraux. À un moment durant les travaux de la commission parlementaire sur l’avenir des médias, la députée de Verdun, Isabelle Melançon, préconisait le rapatriement de pouvoirs qui sont actuellement entre les mains du gouvernement fédéral. Qui plus est, la députée de Verdun acquiesçait à l’évocation par des intervenants de la politique de « souveraineté culturelle » mise en branle par Robert Bourassa. « Tout le monde est nationaliste ici, autour de la table, d’un coup sec ! » a lancé M. LeBel.


Québec solidaire aussi. Le parti de gauche se réclame d’un « nationalisme civique » et indépendantiste qui, insiste la députée Catherine Dorion, ne fait pas de distinction entre les Québécois dit de souche et les néo-Québécois. « Ce qu’on veut faire, nous autres, c’est un projet de société qui est enthousiasmant, qui est emballant, qui ne met pas du monde de côté en disant “Toi, t’es pas vraiment Québécois”, a-t-elle expliqué. Ceux qui sont Québécois, c’est ceux qui veulent l’être. »


Pour Louis Balthazar, « un véritable nationalisme ne peut que viser au rassemblement et à la solidarité de tous ceux qui composent la nation ».