Pour une véritable politique familiale intergénérationnelle

01. Actualité - articles et dossiers



Les changements démographiques qui touchent le Québec d'une façon plus aiguë que les autres sociétés occidentales doivent être pris au sérieux puisqu'ils posent de réels défis à notre société sur plusieurs plans. C'est maintenant qu'il faut prendre les bonnes décisions afin d'éviter que notre cohésion sociale se fragilise davantage.
Il est vrai qu'à court terme, étant donné la crise économique qui sévit, la conservation des acquis est une priorité pour la majorité des citoyens, mais nous avons besoin de politiques à long terme.
Deux situations à connotation intergénérationnelle ont retenu l'attention des membres du Pont entre les générations et pourraient être améliorées sans un investissement considérable de ressources.
L'aide aux jeunes parents
- Une augmentation substantielle de places en service de garde et une plus grande souplesse d'horaires
- Une aide financière au logement familial
Plusieurs politiciens actuellement en campagne électorale se sont engagés publiquement à augmenter le nombre de places en services de garde. Encore des promesses? Seront-elles respectées étant donné le contexte économique actuel? Non seulement le nombre de places en services de garde devrait-il être haussé pour permettre à toutes les familles qui le désirent d'y accéder, mais les horaires devraient y être aménagés pour convenir aux parents aux horaires atypiques. Bien peu d'employeurs ont mis en place des mesures favorisant la conciliation travail-famille. Les transports en commun difficiles d'accès en banlieue ne facilitent pas le retour à heure fixe des parents et il s'ensuit des «amendes» à payer pour les retards, en plus du stress.
On comprend le personnel de garde de vouloir être libéré une fois les heures de travail terminées. Mais n'y aurait-il pas moyen d'aménager des plages ouvertes à des jeunes de 15 à 20 ans, libres souvent à partir de 15 h dans nos écoles secondaires et cégeps, qui pourraient d'une part acquérir une certaine formation sur place et retirer une petite somme d'argent leur permettant d'avoir une meilleure connaissance de la petite enfance et de boucler leurs fins de mois. Certains jeunes retraités accepteraient aussi de fournir, moyennant rétribution ou bénévolement, des heures de service. N'est-ce pas un moyen tout simple d'introduire l'intergénération dès la plus tendre enfance?
L'autre problème rencontré par les jeunes parents est l'accès au logement à prix raisonnable. L'arrivée d'un deuxième et, plus exceptionnellement, d'un troisième enfant exige un logement plus grand et plus cher. Il existe certains programmes d'accès à la propriété, mais ces programmes s'adressent aux familles qui ont les moyens d'acheter une maison. Pour les autres, seules des mesures fiscales peuvent venir en aide aux familles locataires qui doivent faire face à des loyers trop chers pour loger plusieurs enfants.
Nous proposons le versement à part égale (subvention gouvernementale et sociétés de prêts hypothécaires) d'une somme de 5000 $ à chaque acheteur d'une première maison, ayant un enfant de moins de 10 ans. Cette somme pourrait doubler si la famille a plus d'un enfant. Cette proposition s'appuie sur un partenariat public-privé qui devrait être développé par les institutions financières. Ces jeunes familles constituent des clients à long terme de ces institutions. Pour les familles n'ayant même pas les moyens d'envisager l'achat d'une propriété, une aide directe au loyer pourrait être fournie compte tenu du revenu familial, sous forme de crédit d'impôt au logement, dès la naissance d'un deuxième enfant et cette aide devrait se poursuivre tant et aussi longtemps que le revenu familial n'atteint pas les normes décentes d'un revenu familial moyen.
L'aide des aînés
- La reconnaissance de l'aide financière apportée par les aînés aux jeunes familles
L'apport des aînés devrait être mieux reconnu par l'État et encouragé. Tous les aînés ne sont pas des «rentiers» qui passent l'hiver en Floride ou qui vivent dans des centres de personnes âgées, comme certains le prétendent. L'implantation de mesures reconnaissant l'apport des grands-parents et des aînés à la prise en charge des petits-enfants et l'aide apportée à l'établissement des jeunes familles devrait être encouragée par l'État. L'accès à la propriété des jeunes familles grâce aux dons des parents, le soutien financier aux études, les camps de vacances payés par les grands-parents, l'aide aux devoirs et la garde des petits-enfants, sont autant d'exemples de contributions qui pourraient être valorisées et encouragées. Des mesures de crédit d'impôt dans le cas de dons ou de paiements effectués par les aînés pour venir en aide à leurs jeunes familles permettraient peut-être à certains aînés de donner maintenant à la société plutôt que de léguer trop tard, après leur décès, alors que la génération suivante aura dû sacrifier la naissance d'un autre enfant, faute d'argent, ou l'accès à des études supérieures pour leurs enfants.
En ce qui concerne l'aide aux devoirs et la garde des petits-enfants, il serait intéressant de développer, en lien avec les intervenants du milieu, des espaces intergénérationnels au sein desquels les personnes âgées seraient maintenues en contact avec les jeunes. Il serait alors aussi plus facile pour les jeunes de prendre contact avec les aînés pour les aider à leur tour, dans l'apprentissage des nouvelles technologies, comme l'utilisation de l'ordinateur, d'Internet, du téléphone cellulaire, etc.
Des prestations de compassion et des congés non pénalisés
Ce qui manque le plus aux parents, particulièrement à ceux de la «génération sandwich» qui doivent concilier aide aux enfants, petits-enfants et parents vieillissants, c'est du temps. On n'achète pas le temps et on ne l'invente pas.
Il faut développer des mesures permettant aux travailleurs et aux travailleuses de s'absenter occasionnellement ou temporairement du travail pour répondre aux besoins d'un enfant, d'un conjoint, ou d'un membre immédiat de la famille (mère, père) nécessitant une aide ponctuelle.
Il peut s'agir d'une banque annuelle de congés comportant un certain nombre de jours rémunérés d'absence. Le Québec a déjà franchi un grand pas en instituant des congés parentaux au moment de la naissance d'un enfant. Mais nous nous retrouvons de plus en plus avec une génération-sandwich qui doit à la fois s'occuper de ses petits-enfants et de ses parents vieillissants. Cette charge devrait être assumée non seulement par l'État, mais aussi par l'entreprise à qui incombe la rentabilité de sa main-d'oeuvre, son rendement optimal et la formation de la relève.
Soulignons en terminant qu'une véritable politique familiale intergénérationnelle n'est pas seulement l'affaire de l'État et des milieux de travail. Elle doit être prise en charge et partagée par l'ensemble de la population pour laquelle le «mieux-vivre-ensemble» constitue une valeur de société essentielle.
Dans une société vieillissante, nos politiciens devraient se rappeler que les jeunes seront moins nombreux, donc moins puissants politiquement, et que seule la conciliation des valeurs et des intérêts des jeunes et des aînés constitue une solution gagnante.
***
Rock Beaudet, Claude Béland, Cécile Béliveau, Karine Blondin, Alexandre Bujold, Solange Chalvin, Claude Charette, Jean-Félix Chénier, Robert Demers, Angèle Dufresne Dagenais, Christian Giguère, Jacques Grand'Maison, Jacques Légaré, Jean Lessard, Romain Lortille-Bruel, Hélène Pelletier Baillargeon, Jonathan Plamondon, Caroline Sauriol, Geneviève Shields et Étienne Titley. : Les signataires et membres du Pont entre les générations s'expriment ici au nom d'un groupe de réflexion formé de jeunes adultes et d'aînés provenant d'horizons diversifiés.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé