Le P.I. renvoie les deux manifestes pluralistes dos à dos

Pour un Pays du Québec libre et indépendant bien à NOUS, pour NOUS et par NOUS

Laïcité - Débat québécois


Pour le Parti indépendantiste, le Manifeste pour un Québec pluraliste et la réplique d'un autre groupe d'intellectuels intitulée Pour un Québec laïque et pluraliste ne sont que deux thèses multiculturalistes à rejeter dans l'intérêt supérieur de notre Nation. Le premier fait la promotion d'un multiculturalisme religieux et le second fait la promotion d'un multiculturalisme laïque. Ces deux manifestes, à leur façon, annoncent la mort de notre projet d'indépendance nationale qui sera remplacé par une course partisane aux votes ethniques pour gouverner la Province of Quebec.
L'un comme l'autre invite notre Nation occidentale vieille de quatre siècles à se renier au profit du pluralisme destructeur de notre identité nationale voulu par Trudeau. L'un comme l'autre pave la voie à notre dénationalisation tranquille en nous sommant de construire une nouvelle nation civique postmoderne sur les cendres de notre culture, de notre patrimoine, de nos traditions et de nos valeurs ancestrales. L'un comme l'autre, dans une espèce de fuite en avant, nous demande d'oublier nos racines historiques pour mieux bâtir une société sans cohésion nationale où règne un communautarisme ghettoïsant qui, combiné à une immigration massive non-occidentale anglicisante, favorise la montée des fondamentalismes étrangers et le déclin de notre poids démographique, ce qui laisse présager le pire pour la paix sociale future. Nous n'avons qu'à observer ce qui se produit présentement à Montréal pour en comprendre le danger. L'un comme l'autre envisage un Québec, digne de la Tour de Babel, habité par une espèce de collection d'individus séparés culturellement et socialement vivant dans un État plus ou moins laïque balkanisé, lui-même subordonné politiquement et juridiquement à la toute puissance d'un État indépendant étranger anglo-saxon ouvertement multiculturel, le Canada. Tout un avenir national en perspective pour les Tremblay d'Amérique, ce peuple qui lutte depuis 251 ans pour sa survie culturelle faute de s'être donné un véritable État-Nation libre et indépendant.
Voilà où nous mène le multiculturalisme, qu'il soit religieux ou laïque. Nos intellectuels ont tellement intégré la pensée multiculturelle canadian qu'ils ignorent la Nation, la vraie, celle qu'ils jugent pas montrable: le Nous. Que leurs propositions menacent l'existence même du Nous n'a aucune importance. Il leur faut laver plus blanc que blanc pour expier leur sentiment de culpabilité d'appartenir aux majoritaires-minoritaires non encore assimilés aux Canadians, être de son temps, donc communier au sacro-saint pluralisme. La Nation, l'identité nationale, la culture nationale, les valeurs issues du christianisme, c'est ringard, dépassé et révolu. Ce sont des concepts du XXe siècle. Arrivons en ville! Le Québec du XXIe siècle doit être pluraliste, a-national, a-historique, ouvert aux étrangers, à tous les étrangers, même à ceux qui ne veulent rien savoir de notre langue française, de notre culture, de nos valeurs occidentales, de l'égalité homme-femme et de notre démocratie. Retirons vite le crucifix de l'Assemblée nationale et déboulonnons la croix du Mont-Royal, symboles passéistes et obscurantistes qui n'ont plus leur place au Québec pluraliste plus ou moins laïque. Par contre, vive le hidjab, le niqab et la burqa, symboles politiques de l'islamisme fanatique, en autant qu'ils ne soient pas portés par des représentants de l'État. On est postmoderne ou on ne l'est pas!
Que peut-on conclure de ce qui précède, sinon que l'on ne doit pas combattre le multiculturalisme religieux canadian par un multiculturalisme laïque. L'intégrisme laïciste répudiant notre identité nationale ne peut constituer une réponse judicieuse à la montée des intégrismes religieux étrangers au Québec. Nous n'avons pas à renier ce que nous sommes et nos 402 ans d'Histoire pour lutter efficacement contre les fondamentalistes islamistes, hassidiques et sikhs qui refusent de s'intégrer à nous en demandant des accommodements religieux qui heurtent nos valeurs fondamentales tout en profitant d'institutions séparées, notamment des CPE et écoles coraniques et hassidiques, financées à même nos impôts. Proclamer la laïcité de l'État et de ses institutions n'est qu'un facteur parmi d'autres favorisant l'intégration des immigrants et la pérennité de notre identité nationale. Cette laïcité de l'État découlant du principe de la séparation des religions et de l'État ne doit cependant pas abolir notre patrimoine culturel historique et renier nos valeurs judéo-chrétiennes ayant permis le développement de notre société démocratique et sa sécularisation. La laïcité n'est pas sortie du néant. Comme la démocratie, la laïcité est essentiellement une valeur occidentale. Si l'État doit être laïque, le Pays du Québec ne saurait l'être à moins de vouloir voir Montréal devenir une ville aux mille mosquées et le croissant islamique remplacer la croix du Mont-Royal. Nous n'avons qu'à observer ce qui se passe en France pour constater que la laïcité de l'État ne saurait à elle seule combattre la montée de l'islamisme fanatique et assurer l'intégration nationale des immigrants. La France est une république laïque et pourtant l'islamisme fanatique s'y propage de plus en plus à cause d'une immigration massive non-occidentale dont une forte proportion est composée d'étrangers qui refusent de s'intégrer aux Français en les insultant. Bientôt, la France adoptera une loi interdisant le niqab et la burqa sur tout son territoire au nom des valeurs de la République et de la cohésion nationale. Entendons les propos du premier ministre français, François Filion: «Toutes les confessions sont respectables, ce qui ne l'est pas, c'est le prosélytisme agressif, le repli communautaire.» Il a raison. Sur ce point, nous devons imiter la France, en incluant l'interdiction du port du hidjab, plus pernicieux, mais tout aussi prosélyte de l'islamisme fanatique que le niqab et la burqa.
La Nation québécoise n'est pas pluraliste. Le Nous a sa culture nationale propre à laquelle les immigrants doivent s'assimiler. Si pluralisme il y a, il ne doit qu'être temporaire, transitoire, le temps que les étrangers et leurs enfants s'assimilent à nous, qu'ils deviennent Québécois à part entière en partageant notre langue française, notre culture et nos valeurs fondamentales. Le pluralisme permanent, c'est le contraire de l'intégration des nouveaux arrivants, c'est le contraire de la Nation. Rejeter son identité nationale pour plaire aux immigrants est une aberration suicidaire. L'ouverture, la vraie, consiste à vouloir partager notre identité nationale avec les nouveaux arrivants pour en faire des nous, et non à transformer le nous en simple composante ethnique d'une mosaïque pluriculturelle québécoise digne d'un Petit Canada, mais plus laïque.
Pour vraiment assurer la pérennité de ce que nous sommes, une Nation occidentale de langue française vieille de quatre siècles, il n'existe qu'une seule solution: déclarer notre indépendance nationale par un vote majoritaire de notre Assemblée nationale dès l'élection d'une majorité de députés indépendantistes. Seule l'indépendance dotera le Québec de tous les pouvoirs d'un véritable État plein et entier lui permettant de préserver notre cohésion nationale et notre identité nationale des dérives multiculturalistes. Seule l'indépendance nous permettra de freiner la balkanisation et l'anglicisation galopante de Montréal résultant d'une immigration massive non-occidentale socialement appauvrie présentement instrumentalisée par Ottawa pour mieux nous assimiler. Seule l'indépendance permettra à notre Nation d'enrayer la montée de l'islamisme fanatique symbolisé par le niqab de Naema la militante qui n'en constitue que la pointe du iceberg.
Pour ce faire, voici ce que propose le Parti indépendantiste, seul parti politique au service des intérêts supérieurs du Nous, la Nation québécoise: une fois l'indépendance nationale déclarée à notre Assemblée nationale, une Constitution républicaine abolissant le multiculturalisme et ses accommodements religieux y sera adoptée. Cette Constitution garantira l'unilinguisme français mur à mur au Québec en faisant du français la seule langue officielle et nationale de la République, la séparation de l'État et de la religion, la laïcité de l'État dans toutes ses composantes et l'égalité de tous devant la Loi, donc des hommes et des femmes, ainsi que la préservation de notre patrimoine culturel historique. Le port des signes religieux ostentatoires (hidjab, burqa, niqab, tchador, kippa, turban, poignard) par les employés et les clients sera interdit dans l'espace public, la fonction publique, les services publics et parapublics, les sociétés d'État, les institutions d'enseignement, les hôpitaux, etc. L'État cessera de financer les organismes et les écoles ethnoculturelles. Tous les étrangers devront fréquenter notre système d'éducation nationale de langue française des CPE à l'Université. Le cours d'Éthique et culture religieuse sera aboli et remplacé par un cours d'Histoire et de Culture nationales. L'immigration sera réduite d'au moins de moitié afin de respecter notre capacité d'accueil actuellement largement dépassée. Avant d'arriver ici, les immigrants seront sélectionnés sur la base de leur maîtrise du français avant d'arriver ici et du partage de nos valeurs fondamentales modernes. Ils signeront un contrat d'intégration à cet effet. Fini, la sélection et l'accueil des fondamentalistes, intégristes et autres extrémistes religieux tels les islamistes, les hassidiques et les sikhs. Les candidats à l'immigration provenant des pays occidentaux seront priorisés. La citoyenneté sera offerte en mode accéléré aux Canadiens français hors Québec et aux Franco-Américains qui décideront de s'installer au Québec. Les étrangers déjà présents en sol québécois avant l'indépendance devront apprendre le français et passer un examen de connaissances linguistiques, culturelles et historiques avant de pouvoir obtenir la citoyenneté québécoise. Le message ainsi envoyé sera clair: pour obtenir la citoyenneté québécoise, les étrangers devront vivre comme Nous en partageant notre langue, notre culture et notre histoire tout en respectant nos valeurs fondamentales.
Enfin, le Parti indépendantiste exhorte les Québécois à renvoyer dos à dos les deux manifestes pluralistes de nos chers intellectuels mondialistes pour qui la Nation, la vraie, ne saurait être noble et digne qu'à la condition de se fondre dans une poutine relativiste postmoderne nappée d'une sauce anglo-américaine. Cette poutine plus ou moins laïque, selon la recette multiculturelle religieuse ou laïciste de l'un ou l'autre groupe, n'en demeure pas moins indigeste pour une Nation fière de son identité et voulant être maître de son destin. Pour un Pays du Québec libre et indépendant bien à NOUS, pour NOUS et par NOUS, joignez les rangs du P.I.
Éric Tremblay
Chef du Parti indépendantiste
[www.parti-independantiste.org->www.parti-independantiste.org ]


Laissez un commentaire



11 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    13 décembre 2010

    Au K...uébec, la K...ORRUPTION n'aura qu'un temps
    au K...uébec ces jours-ci
    c'est par la K...ualité du fumier
    qu'on peut intuitionner
    les futures récoltes
    En ce moment même, Dieu sculpte l'âme du K...uébec
    oar ses rêveurs equitables en marche vers le pays oeuvre d'art
    comme Dieu a sculpté l'âme de l'oratoire St-Joseph
    par son rêveur équitable K...ue fut le frère André:))))
    Mon nom est Pierrot Rochette
    Il y a 35 ans, je fondais les boîtes à chansons les deux Pierrots dans le Vieux Montréal.
    Il y a trois ans, je donnais tous mes biens pour devenir ermite des routes (www.demers.qc.ca, chansons de pierrot, paroles et musique, entrevue à la radio de radio-canada de sept-iles, en deux parties. Mon objectif étant d'allumer sur ma route de nomadisme politique une masse critique de rêveurs équitables de façon à ce qu'après ma mort, cette masse critique de vies privées oeuvre d'art fasse surgir le concept du pays oeuvre d'art, comme contribution au K...uébec du 21eme siecle. (www.reveursequitables.com)
    Il y a deux ans et demie, deux jeunes femmes cinéastes me trouvèrent endormi sur une galerie et me firent part de leur rêve: faire un documentaire sur ma démarche politique en me suivant épisodiquement avec une caméra. Un six minutes de leur oeuvre est offert sur le site internet suivant: (www.enracontantpierrot.blogspot.com).
    Samedi soir le 4 décembre 2008 à Montréal, à 20 heures au CAFE QUI FAIT QUOI (coin sherbrooke, St-Denis), aura lieu la première de la projection de ce documentaire intitulé: MON AMI PIERROT, LE DERNIER HOMME LIBRE. Après le 45 minutes que dure cette projection, je répondrai aux questions en chantant avec ma guitare quelques unes de mes 105 chansons politiques écrites sur la route sur de vraies rencontres et de vraies histoires vécues.
    p.s.
    Sur le site web (www.reveursequitables.com), est aussi offert une partie de mon oeuvre littéraire. Un premier 1000 pages politique intitulé MONSIEUR 2.7 K (k... pour K...uébécois) et comme second titre LE JOURNAL-COURRIEL DU DERNIER HOMME LIBRE.
    A partir d'une lecture post-internet des 50 ans de la révolution tranquille, MONSIEUR 2.7 K defend l'hypothèse théorique suivante:
    Les 50 ans de la révolution tranquille peuvent s'interpréter comme un outil méthodologique que se sont donné les K...uébécois pour réaliser en trois temps dialectiques le manifeste du refus global de 1948.
    ier temps
    De 1960 à 1995, le projet de l'indépendance du K...uébec fut vécu comme un attracteur philosophique permettant un rattrapage économique et social répondant comme un écho à la sirène de la modernité nord-américaine, provoquant par conséquence systémique la primauté des droits collectifs sur les droits individuels
    2eme temps
    En 1995, la rupture épistémologique que constitua la chute du mur ethno-linguistique du référendum parizeau peut etre interprétée comme un rattrapage de la nouvelle conjecture mondiale annoncée par la naissance d'internet (1989) et la chute du mur de Berlin (1989).
    3eme temps
    De 1995 à aujourd'hui, Le K...uébec comme le reste du K...anada est passé d'une société verticale pré-internet à une société horizontale post-internet (cellulaire, facebook, twitter etc...) consacrant les structures collectives déjà en place comme outils satisfaisant devant la demande croissante de la primauté des droits individuels sur les droits collectifs, de quelque nature que ce soit.
    CONCLUSION
    L'intense corruption publique que vit le K...uébec en ce moment peut être interprétée comme une transition d'une structure démocratique à une autre, dans la ligne de rupture de pensées de Montesquieu (la séparation des pouvoirs),Lammenais (une naiton = langue, race, religion), Wilfrid Laurier (les droits ont primauté sur la langue, la race et la religion), Franck Scott (la charte des droits et libertés annoncant le surgissement du futur pays oeuvre d'art, (Pierrot Rochette)(le pays oeuvre d'art n'étant possible que par la masse des vies privées oeuvre d'art) (www.ww.demers.qc.ca, l'ile de l'éternité de l'instant présent, prologue, on m'y écrit) (www.demers.qc.ca, chansons de pierrot paroles et musique, 2eme partie de l'entrevue à Radio-Canada.
    La crise de corruption que vit le K...uébec ces jours-ci invite peut-être les citoyens de toutes les régions du Canada à une réflexion du genre de celle-ci:
    La liberté la plus grande de toutes consiste à réformer son existence, condition préalable à toute réforme de la société.
    A partir de cet a priori, on pourrait définir le rêveur équitable du 21eme siècle de la façon suivante; un rêveur équitable, ce serait toute personne qui prend la décision de prendre soin du rêve d'une autre personne qu'importe sa race, sa langue, sa religion et cela, SANS INTERET PERSONNEL CACHÉ.
    En ce sens, ce serait la masse critique des vies privées oeuvre d'art (une vie oeuvre d'art au 21eme siècle, ce serait toute personne qui utilise son passé comme un coffre d'outil pour sculpter son rêve équitable au service du bien commun) qui permettra un jour le surgissement d'un concept nation que j'appelle: LA NATION OEUVRE D'ART
    Pierrot
    ermite des routes
    pierrot@reveursequitables.com
    merciiiiiiiiiiiiii

  • Nicodème Camarda Répondre

    26 mars 2010

    Pas du tout d'accord. Ce texte est peut-être très bon dans la forme, sa fibre «élan patriotique» mais il lacune sur le fond, la substance. Il joue le jeu des «extrêmes» et tombe dans le piège de nos ennemis. Il n'a pas été conçu à partir d'une réflexion «hors système» mais à partir d'une réflexion «dans le systême».
    S.V.P sortons du Canada et arrêtons de penser en bons «Canadien» ! Ou alors faisons comme eux ! Mais attention au loup solitaire voire ce nous qui ne serait pas «solidaire»...
    Puisque la priorité de tout bon parti politique devrait être axé sur des stratégies qui rallient à sa cause toutes les synergies possibles (Nous ne sommes pas seuls disait Michel Lalonde) à la création de l'État québécois. Je ne vois pas comment ce texte peut servir la cause du parti indépendantiste du Québec actuel. Il ne fait que rajouter de l'huile au feu de la division et de l'eau au moulin de l'ennemi.
    Pourtant cette «intelligence» stratégique notre ennemi l'a eu lui et il nous l'a suffisamment servit pour semer la confusion. Le Parti Indépendantiste devrait le savoir, s'en inspirer. Le contraire est dangereux subversif et malsain. Il en va de l'image du Parti lui-même qui se doit de rayonner autant sur le plan national que international. Retourner l'arme de notre ennemi contre lui-même ça vous tentes-tu ?
    D'un autre côté M. Tremblay pour qui j'éprouve le plus grand respect me demande entre les lignes de ce texte de devenir un bon «Canadien» en traitant «l'immigré» ou «l'étranger» de la même manière que les anglais s'occupèrent du «French Frog »
    Jamais de la vie !

  • Archives de Vigile Répondre

    22 mars 2010

    Monsieur Tremblay,
    la Nation québécoise n'est pas pluraliste , dites-vous. Mais le Québec oui et de plus en plus. Seule l'indépendance nationale peut stopper et même inverser la tendance. Que faire ? Exactement ce que vous proposez. J'en rêve! J y travaille de mon mieux en essayant de propager les idées que vous exposez si bien. Mais dans l'immédiat, seul le PQ est en mesure de faire l'indépendance. C'est cela la triste vérité. Réfléchissons, discutons, critiquons, mais au moment du vote à la prochaine élection, votons pour le seul parti capable de nous débarrasser de ces excécrables libéraux.

  • Archives de Vigile Répondre

    21 mars 2010

    Contrairement à vous, je conçois parfaitement que le NOUS auquel réfère Éric Tremblay intègre les Osvaldo Nunez, Vivian Barbot et Amir Khadir. C'est cette société québécois pas encore déconstruite au plan identitaire (et pour cette raison même récalcitrante au programme des apprentis sorciers intermulticulturalistes) qui a précisément accueilli ces Nunez, Barbot et Kahdir au point qu'ils ont tous trois pu être élus députés au fédéral comme au provincial (et n'oublions pas le premier député noir à l'Assemblée nationale, Jean Alfred, élu en 1976 sous la bannière du PQ).

  • Archives de Vigile Répondre

    21 mars 2010

    Enfin, quelqu'un qui sait où il va et surtout ce qu'il dit. Pas de peut-être, pas de y a rien là, pas de considérant que... pas de nous verrons...
    Merci M. Tremblay.

  • Archives de Vigile Répondre

    20 mars 2010

    Le P.I. est très brave et a une vision très claire. Il est impératif de réduire l'immigration de moitiée en privilégiant les candidants occidentaux francophones.
    Par contre ceux qu'on oublie, dans ce débat de société, c'est les traditionalistes et le PLAIDOYER POUR NOTRE CULTURE PUBLIQUE COMMUNE.

  • Réjean Labrie Répondre

    20 mars 2010

    Chapeau M. Tremblay!
    On ne saurait mieux dire.
    Vous gonflez les voiles du navire de l'identité québécoise, la nôtre, voguant vers la souveraineté !
    Réjean Labrie, de Québec

  • Archives de Vigile Répondre

    19 mars 2010

    Monsieur Tremblay
    Excellent texte! Avec votre parti, on sait que vous avez une colonne vertébrale et que vous ne céderez pas au chantage des groupes religieux, ces fournisseurs de caisse électorale dont le PLQ profite assez bien merci! Votre énoncé est clair, précis; on sait où vous vous en allez, ce à quoi le PQ ne nous a jamais habitué. Le Québec a assez perdu de temps avec ce parti électoraliste et provincialiste vendu à l'establishment économique néolibéral. Il faut en finir avec cette dépendance nocive avec le Canada anglais qui nous mène à plus ou moins brève échéance vers l'assimilation et la disparition de notre peuple. Vous êtes le parti de l'avenir au Québec.
    André Gignac le 19 mars 2010

  • Archives de Vigile Répondre

    19 mars 2010

    Votre Nous n'est pas Osvaldo Nuñez, ni Vivian Bardot, ni Amir Khadir. Le peuple devenu Québécois a été accueilli par les peuples Amérindiens d'ici et a accueilli les Irlandais victimes de la famine voulue par l'Angleterre.
    Et je vomis sur votre christianisme. Le Québec est aussi le mouvement formidable de Refus Global, de Révolution tranquille, du mouvement féministe.

  • Archives de Vigile Répondre

    19 mars 2010

    Enfin nous avons un parti national !!
    Voilà le virage que le PQ devait prendre, mais qui ne peut l'être que si on en a l'âme.
    VLB devrait retourner chez vous, vous en êtes mûrs.
    C'est ce que je fais.

  • Marcel Haché Répondre

    19 mars 2010

    Quel texte !
    Ce ne sont pas les têtes molles et cœurs démissionnaires qui viendront vous asticoter M. Tremblay.
    Bravo.