La Caisse et Québécor-Média

Placement maudit

Ou maudite propagande

49967c67d1a37e39abaf1372cce87ef3

Tribune libre


On trouve dans la Presse du 15 mai une analyse du rendement de la Caisse sur le placement fait en l’an 2000 dans Québécor Média : Québécor Média, une perte de rendement de presque 3 milliards pour la Caisse. Le message qu’on fait passer est qu’il est coûteux de prendre des décisions politiques en matière d’investissement et que les gestionnaires de fonds obtiennent de bien meilleurs résultats si on les laisse faire leur travail. Un rendement de 2% sur un placement qui répond à l’objectif de développement économique c’est quand même pas mal et je suis certain que cela ne fera pas scandale dans la population et même chez les déposants de la Caisse.


L’analyse est quand même biaisée en faveur des gestionnaires. S’il est vrai que la Caisse a dégagé un rendement d’environ 6% entre 2000 et 2018, il s’agit d’une moyenne. Il y a des placements qui ont un rendement négatif, d’autres qui ont un rendement de 1% ou 2% et cela est compensé par des placements qui performent beaucoup mieux. Si on publiait les résultats obtenus sur les mauvais placements on en verrait passer des milliards perdus. L’achat massif de papiers commerciaux risqués a été fait par les gestionnaires sans aucune pression politique.


Le placement dans Québécor Média a été réalisé dans le contexte d’une bulle spéculative sur les marchés boursiers et particulièrement dans le secteur des technologies et des télécommunications. Les gestionnaires et les déposants de la Caisse ne se sont pas fait prier pour acheter les actions de Vidéotron-Québécor Média et conserver l’entreprise au Québec, ils y voyaient un très bon placement. Rogers avait offert 36$ par action, la Caisse a surenchéri avec 45$ par action. La Caisse détenait notamment des investissements importants dans Nortel, combien de milliards de dollars a-t-elle perdus dans le secteur des technologies à cette époque?


Finalement, c’est une erreur méthodologique de faire la comparaison entre le rendement d’un investissement dans un titre en particulier fait à un moment donné, et le rendement d’un indice boursier ou du portefeuille de la Caisse. Il faudrait comparer le rendement du placement dans Québécor Média au rendement qui aurait été fait de 2000 à 2018 sur le secteur des technologies et des télécommunications acheté en septembre 2000.






Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Gaston Carmichael Répondre

    18 mai 2018

    Si ce placement n'aurait pas été fait par la CDPQ, les milliers d'emplois de videotron seraient en Ontario aujourd'hui.



    Ça aussi aurait dû être comptabilisé dans le rendement effectif de cet investissement.  Toutefois, cela ne cadrait pas avec les conclusions que La Presse voulait tirer de leur analyse.