Exemplaire numérique gratuit (PDF)

Pierre JC Allard nous propose un nouvell essai sur l'économie

«Nouvelle société − Volume 1 − De la pénurie à la crise de l’abondance»

Tribune libre

Fidèle collaborateur à Vigile.net, membre du groupe Les 7 du Québec, Pierre JC Allard, avocat et économiste, vient de faire paraître un essai sous le titre «Nouvelle société - Volume I - De la pénurie à la crise d’abondance» à la Fondation littéraire Fleur de Lys. Il offre gratuitement la version numérique de son ouvrage.
PRÉSENTATION
L’histoire de l’humanité est celle de la quête de l’abondance. On n’avait rien, on voulait tout. En 1955, la capacité de production aux USA a excédé la demande. Simple question de temps pour que l’abondance devienne globale. Si on le voulait…
Avec l’abondance, hélas, est apparue dans la société industrielle une petite élite autoproclamée ayant la volonté et le pouvoir de n’octroyer cette abondance à une majorité qu’elle préférait docile qu’en échange de son renoncement à sa liberté. On a réservé ainsi les avantages du progrès à une minorité de l’humanité, traitant le reste comme un cheptel à exploiter, ou pire, comme une masse simplement encombrante.
Cette volonté d’asservir étant contre nature et barrant la voie à l’évolution, il fallait prévoir la fin de la société néo-libérale qui s’en était faite l’outil. Le changement de paradigme résulterait d’une inévitable et imminente crise financière.
Cette crise financière est maintenant là. En laissant savoir que l’argent ne vaut plus rien – et c’est bien le message du 13 octobre 2008 des autorités monétaires américaines promettant aux Banques centrales des dollars en quantité « illimitée » – on a mis un terme à la société que nous avons connue.
Nous sommes désormais à la naissance d’une société nouvelle que nous construirons comme nous le voudrons. Mais c’est une autre histoire…
Les intéressés peuvent se procurer un exemplaire numérique gratuit de ce livre en visitant l’adresse suivante :
http://manuscritdepot.com/a.pierre-jc-allard.5.htm
Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys

Featured fc507bf9d929a453f35352214cb63c0b

Pierre JC Allard18 articles

  • 16 594

[Avocat (1957), économiste (1965)->http://nouvellesociete.wordpress.com/auteur/]. Premier directeur général de la Main-d’oeuvre au gouvernement du Québec, directeur général de l’Institut de Recherches et de Normalisation Économique et Scientifique (IRNES) et vice-président adjoint (Finance/Administration) du Groupe SNC.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • André Taillon Répondre

    6 juillet 2009

    Bonsoir M.Allard,
    Avec tout le bagage et l’expérience que vous avez accumule durant toute ces années je peux comprendre la force qui vous habite et la qualité de votre ouvrage.
    Je crois que durant votre passage comme premier directeur général de la main d’œuvre au gouvernement du Québec, vous avez été surement déçu de ne pas vous faire comprendre.
    Moi je vous comprends et je vous demande de continuer à dire les choses comme ils sont.
    Le Québec à besoin de vous!
    Encore Merci.
    André Taillon

  • André Taillon Répondre

    6 juillet 2009

    Merci M. Allard pour votre chef d’œuvre « De la pénurie à la crise de l’abondance »
    C’est justement dans vos écrits que ce trouve les réponses à la gestion de l’état qu’un futur gouvernement devrait mettre en pratique.
    La prise en charge de l’économie par l’état de nos richesses naturelles et humaines, et comme vous le dite si bien « mettre en veilleuse la démocratie pour la durée des travaux.
    À la fin du chapitre 10 ; il est écrit : Il ne faut pas penser que le citoyen moderne a plus de pouvoir parce qu’il vit en « démocratie », mais être bien conscients que nous allons vers plus de démocratie parce que nous avons plus de pouvoir et que ce pouvoir repose avant tout sur notre participation au processus productif.
    Je qualifie votre œuvre de génial, nous pouvons bâtir quelque chose de solide la dessus!
    Je n’aurai jamais pensé qu’un jour quelqu’un pouvais avec autant d’exactitude mettre par écrit le fond de ma pensée.
    Encore mille Merci !
    André Taillon