Philippe Couillard brigue un poste de l'ONU en Afrique

1934ebdb8707d875b1b185e0c9aff56c

Couillard envoyé à l'ONU par Trudeau : il est remercié pour son fédéralisme

Défait aux élections provinciales du 1er octobre dernier, Philippe Couillard a posé sa candidature au poste de «directeur exécutif» du Programme des Nations unies pour l'environnement. L'ancien premier ministre a l'appui du gouvernement Trudeau pour décrocher cet emploi à Nairobi, au Kenya.



M. Couillard a dans le passé maintes fois confié qu'il souhaitait travailler à l'international après la vie politique. Il a déjà oeuvré à l'étranger : de 1992 à 1996, il avait participé à la mise en place d'une unité de neurochirurgie à Dhahran, en Arabie saoudite. Depuis la défaite du Parti libéral, il ne s'est pas manifesté sur la place publique; il a envoyé des vidéos à ses plus proches collaborateurs dans le cadre du voyage qu'il a fait avec sa conjointe Suzanne Pilote.


La démarche pour M. Couillard a été confirmée à La Presse par Ottawa et par Québec.


Le cabinet du premier ministre Justin Trudeau a demandé au bureau de François Legault si Québec voyait un obstacle à cette candidature. Québec n'y voyait aucun problème. Le dossier est passé entre les mains de l'ambassadeur du Canada à l'ONU, à New York, Me Marc André Blanchard, gendre du regretté Claude Ryan et ex-président du Parti libéral du Québec.


 


Pas de commentaire «pour le moment»


M. Couillard devra attendre avant de vendre ses cannes à moucher. Joint chez lui, M. Couillard a refusé toute demande d'entrevue et a dit «ne pas vouloir commenter ces informations pour le moment». L'appui du Canada n'est pas une garantie de succès - Line Beauchamp avait l'appui d'Ottawa et de Québec pour devenir administratrice de l'Organisation internationale de la francophonie à Paris. Or, celle qui a succédé à Michaëlle Jean comme secrétaire générale, la Rwandaise Louise Mushikiwabo, semble déterminée à choisir elle-même ce collaborateur. Et ce, en dépit de la règle non écrite qui veut qu'un candidat du «Nord» soit retenu pour le poste de numéro deux quand le patron est issu d'un pays en voie de développement.


Le Programme des Nations unies pour l'environnement est l'un des plus importants de l'ONU, et le premier à avoir été implanté, au début des années 70, dans un pays émergent.


Son siège social est à Gigiri, près de Nairobi, capitale du Kenya, un pays qui a été la cible d'attentats terroristes dans un passé récent. Six des sept volets du programme sont établis à Nairobi, et l'organisation compte plus de 600 employés d'origines diverses.


Avec l'Organisation météorologique mondiale, ce programme a mis en place le «Groupe d'experts intergouvernementaux sur l'évolution du climat», le GIEC, qui, depuis 1988, est une référence mondiale en matière de réchauffement climatique.


Précédent Canadien


Le programme a déjà été sous la responsabilité de Canadiens. De 1973 à 1975, il était sous la férule de Maurice Strong, premier président de l'Agence canadienne de développement international (ACDI). Strong a été l'un des fondateurs du GIEC, institué à la demande des sept pays industrialisés membres du G7, en 1988. Maurice Strong a été un mandarin important pour le gouvernement de Pierre Trudeau.


Par la suite, en 1993, la direction est revenue au Canada, avec Elizabeth Dowdeswell, qui a occupé le poste pendant cinq ans. Originaire d'Irlande du Nord, Mme Dowdeswell est maintenant lieutenante-gouverneure de l'Ontario. Ex-sous-ministre adjointe d'Environnement Canada, elle avait été élue à l'unanimité pour diriger le Programme des Nations unies pour l'environnement.


Depuis 2016, le Norvégien Erik Solheim était à la barre, mais il a dû quitter son poste en novembre dernier. Ancien ministre de l'Écologie en Norvège, il a été forcé de démissionner pour des dépenses inconsidérées - un demi-million de dollars en voyages et en dépenses injustifiées, à un moment où l'ONU doit s'imposer un régime minceur.