Pandémie: Québec sait que les CHSLD sont à risque depuis près de 15 ans

23ad3d10bcd5d0c41f7400c5836223d5

Mauvaise gestion de crise : il fallait isoler les CHSLD


Québec savait depuis 2006 que les centres d’hébergement pour personnes âgées étaient particulièrement vulnérables en cas de pandémie et qu’il fallait mettre rapidement en place des mesures strictes pour éviter qu’ils soient infestés.  


• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie


• À lire aussi: Les écoles ont besoin d'«au moins» un mois pour préparer le retour en classe


• À lire aussi: Voici les 145 résidences pour aînés avec des cas de COVID-19


Selon un document préparé par l’Institut national de santé publique (INSPQ), des mesures rigoureuses afin de prévenir l’introduction du virus dans les CHSLD auraient dû être mises en place dès que la COVID-19 a été détectée au Québec.  


Même si le premier malade officiellement affecté ici par la COVID-19 a été déclaré le 28 février dans la région de Montréal, les établissements d’hébergement ont mis en place des mesures sanitaires seulement à partir du 14 mars.  


Voici certaines des recommandations faites aux autorités il y a près de quinze ans:    


Lutte difficile  


Les auteurs soutiennent que «la lutte contre sa propagation pose problème» à l’instant où le virus pandémique fait son entrée dans un tel établissement.  


«Les résidents des centres d’hébergement et de soins de longue durée [...] seront particulièrement à risque face à la transmission de l’influenza pandémique et aux complications de la maladie», précise le plan.   


Les experts soulignent que les résidents qui reviennent d’un séjour à l’hôpital, d’une consultation externe ou d’une visite à des membres de la famille permettraient au virus de s’introduire.   


Ils indiquent aussi que le virus peut pénétrer par l’entremise des visiteurs et du personnel.  


Ce plan, qui a suivi l’épisode du SRAS de 2003, a été réalisé par le comité sur les infections nosocomiales du Québec, avec lequel collaborait Horacio Arruda.  


L’INSPQ s’est inspiré de ce document pour combattre l’épidémie de H1N1 ainsi que la pandémie de COVID-19. Les autorités en ont adapté certaines mesures pour faire face à la crise actuelle.