On fera le débat gauche-droite une fois la souveraineté réglée, dit Duceppe...

Tribune libre


On fera le débat gauche-droite une fois la souveraineté réglée, vient de déclarer Gilles Duceppe dans un récent article au Devoir.

Duceppe nous prend pour des imbéciles ou quoi ?
Heureusement, depuis de l’avènement de Québec Solidaire sur l'échiquier politique, plusieurs commencent à comprendre que ceux cherchent sans cesse à éliminer le débat gauche-droite du débat public, sont généralement des gens de droite, puisque la droite ne manque pas de tribunes, de moyens et d'argent pour imposer son point de vue. Biffer le débat gauche-droite, équivaut donc à biffer le discours de gauche.
En ce sens, non seulement Duceppe nous prend pour des imbéciles et des ignares, mais il nous prend aussi pour des valises, en tentant de nier une telle réalité.
Et pour cause, puisque l'actuelle grève étudiante et le débat sur la hausse des frais de scolarité qui tient en haleine le Québec entier depuis des mois, est, «de facto», un débat gauche-droite!
En affirmant en chœur avec le PQ et Option nationale qu'on fera le débat gauche-droite seulement une fois la souveraineté réglée, c’est la réalité et l'Histoire elle-même que Gilles Duceppe renie, puisque nombre d’importantes avancées sociales ont été réalisées au Québec, précisément en faisant le débat gauche-droite!
Que ce soit la nationalisation de l'hydro-électricité, la création du système d'éducation public, l'assurance maladie, l'assurance médicaments, l'assurance automobile, le logement social, les coopératives d'habitations, l'aide sociale, les CLSC, les CHSLD ou les CPE... Tous ces acquis, ont nécessité de grands débats, pour ne pas dire «combats» gauche-droite, sans lesquels le Québec serait encore à l'âge de pierre socialement parlant.
Gilles Duceppe, à l'instar de ses acolytes du PQ et d'Option nationale, vient de faire la patente démonstration, qu'il est aussi à droite, démagogue et électoraliste que les autres politiciens rétrogrades qui nous dirigent, pour s'entêter de la sorte à répandre de telles inepties dans la société.
- Vivement Québec Solidaire pour sortir des ornières de la vielle politique et des manipulateurs de droite à tous crins!
Christian Montmarquette
Québec Solidaire
Montréal
Références :
«Duceppe ne croit pas en une alliance électorale souverainiste» :
http://www.ledevoir.com/politique/canada/352047/duceppe-ne-croit-pas-en-une-alliance-electorale-souverainiste
«L’indépendance : À gauche, à droite ou en avant.. ?»
http://www.vigile.net/L-independance-A-gauche-a-droite
.

Featured 56599d2190662f65fbfa0affdabd4b20

Christian Montmarquette55 articles

  • 93 579

Membre fondateur de Québec solidaire

Militant pour l'éradication de la pauvreté et l'indépendance du Québec

Site officiel : [www.quebecsolidaire.net->www.quebecsolidaire.net]

Courriel de Québec solidaire info@quebecsolidaire.net

Programme : [http://quebecsolidaire.net/engagements_2008->http://quebecsolidaire.net/engagements_2008]

Téléphone : (514) 278-9014





Laissez un commentaire



12 commentaires

  • Christian Montmarquette Répondre

    11 juin 2012

    À Yves Claudé qui nous dit :
    «Selon la tendance dogmatique qui contrôle l’appareil politique de QS, le débat gauche-droite est réglé depuis longtemps, puisque l’on préfère un gouvernement de la droite néolibérale (du PLQ ou de la CAQ), à une entente électorale avec le PQ qui permettrait d’avoir un gouvernement de centre-gauche, pour le bénéfice de la majorité de la population.» - Yves Claudé
    Monsieur Claudé,
    Sachez que Québec Solidaire n’a pas grand chose à voir dans la prise du pouvoir des libéraux, mais bien plus avec l’incapacité du PQ canaliser le vote de protestation contre le gouvernement libéral. Et pour cause, puisqu'il n’y a pas de différence idéologique entre ces deux partis néolibéraux qui générèrent somme toute la même offre politique.
    En ce sens, je suis passablement d’accord avec Pierre Curzi quand il affirme sur son propre site :
    «Il n’y a qu’une raison qui explique pourquoi les libéraux ont pu être majoritaires aux dernières élections avec seulement 1,4 million de voix. Ce sont les abstentionnistes qui ont été extrêmement nombreux à ne pas se présenter aux urnes. Près de 2,5 millions de Québécois, soit 43 % des électeurs inscrits, ne se sont pas déplacés le jour du vote.
    Source : http://www.pierrecurzi.org/
    43% d'abstentionnistes Monsieur Claudé ?
    - Ça vous dit quelque chose ?
    Quant à ses multiples délires paranoïaques à l’effet que Québec Solidaire serait farcis de cryptos staliniens…
    Ses incessantes déclarations simplistes et grossières en disent long sur ses capacités d'analyse, la pauvreté de son jugement et la faiblesse de son argumentaire; mais sans doute encore d’avantage sur la mesquinerie politique de ce péquiste aveuglé de partis-âneries.
    À lui aussi je lu répondrai donc que j’apprécie le débat mais que le mensonge me répugne.
    Si vous voulez attaquer Québec Solidaire Monsieur Claudé, attaquez-donc nos projets, nos positions ou notre programme. Et cessez de vous comporter comme les mégères enragées de Michel Tremblay, à qui il ne restaient que des commérages et la diffusions de préjugés pour tenter de salir la réputation des autres.
    Christian Montmarquette
    QS-Montréal
    Références :
    «Selon moi, la logique sectaire de Québec solidaire, et son obsession naïve de la conquête de l’État par des anciens staliniens reconvertis à ce qu’ils pensent être la démocratie.» - Yves Claudé
    Source :
    http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/343461/danser-pour-mieux-tomber
    .

  • Christian Montmarquette Répondre

    11 juin 2012

    .
    Merci de vos commentaires à tous.
    Quant à Jacques L. qui me dit :
    «Tant qu’à Québec Solidaire je n’ai jamais cru que ce parti soit vraiment un parti indépendantiste. À preuve n’ont-ils pas demander à la population québécoise de voter pour la clique à Mulcair lors des dernières élections fédérales, ce NPD qui est « ultra-fédérastes » et centralisateur. »
    À l'instar de Duceppe, Monsieurs L nie la réalité des débats gauche-droite au Québec et se discrédite donc entièrement.
    Et il se discrédite non seulement sur la question du débat gauche-droite, en tentant lui aussi de répéter un mensonge ad nauseam, telle la recette de propagande de cet autre nationaliste de droite et bras droit d'Hitler, Joseph Goebbels jusqu'à ce qu'elle devienne une vérité.
    Mais il est aussi totalement faux de dire que Québec solidaire a appelé à voter NPD aux dernières élections fédérales, alors que la consigne de vote était «n'importe qui sauf Harper».
    D'accord pour débattre.
    Mais, je répugne le mensonge.
    Christian Montmarquette
    .

  • Archives de Vigile Répondre

    11 juin 2012

    Gilles Duceppe a parfaitement raison quand il dit qu'on devrait faire le débat gauche-droite une fois la souveraineté réglée. L'INDÉPENDANCE D'ABORD! Que oui! Tant qu'à Québec Solidaire je n'ai jamais cru que ce parti soit vraiment un parti indépendantiste. À preuve n'ont-ils pas demander à la population québécoise de voter pour la clique à Mulcair lors des dernières élections fédérales, ce NPD qui est «ultra-fédérastes» et centralisateur. Ces 59 députés NPD silencieux, est-ce qu'on les entend défendre la nation québécoise à Ottawa? JAMAIS! Leurs alliés de Québec Solidaire sont de la même mouture.
    Jacques L. (Trois-Rivières)

  • Serge Charbonneau Répondre

    11 juin 2012

    Duceppe a aussi dit :"On ne peut pas être indépendantiste de temps en temps"..en faisant référence au fait que QS a appuyé le NDP.
    Bizarre pour un politicien qui s'est prêté corps et âme au jeu du fédéral pendant tant d'années.
    Gilles Duceppe est un politicien qui a œuvré au Canada. Il a même fait des tournées de campagne pan-canadien, malgré qu'il n'y ait aucun candidat du Bloc dans ces lieux reculés.
    Gilles Duceppe a même proposé des «budgets canadiens», rien de moins.
    Était-il indépendantiste à temps très partiel pour travailler autant pour le Canada ?
    Je crois qu'il faut cesser de croire que le Québec a sa place au parlement canadien.
    Le dernier résultat fédéral le démontre pourtant trrrrrrrèèèèssss clairement.
    Nous n'avons absolument rien à foutre à Ottawa, sauf d'y envoyer des clowns, des vrais, comme ceux du regretté parti rhinocéros.
    Il faut cesser de vouloir jouer dans cet autre Pays qui ne sera jamais le nôtre.
    Et il faut réaliser que notre vote au Canada est une farce digne de la corne des rhinocéros et que nous devrions massivement faire campagne soit pour des clowns soit pour faire des X dans toutes les cases pour clairement démontrer que nous ne sommes pas canadiens.
    Je crois qu'il faut cesser de brailler de ne plus être au Canada.
    Il faut travailler chez nous et non pas chez eux en imaginant que nous travaillons pour nous.
    Il faut réaliser que toutes ces années à faire le clown à Ottawa n'ont donné à Gilles Duceppe qui pourtant est un politicien de qualité, qu'un rôle permanent dans Gérard D. Laflaque.
    S'il vous plaît, tournez la page du fédéral !
    Le NPD n'est pas un parti qui travaille pour le Québec.
    Le NPD est un parti «canadien».
    Et le Bloc jouait le jeu insultant de parti de la scène canadienne dans ce lieu qui nous contrôle totalement de l'esprit à l'économie.
    Serge Charbonneau
    Québec

  • Serge Charbonneau Répondre

    11 juin 2012

    Il y a les mots,
    Il y a les faits et gestes.
    Duceppe peut dire que le débat gauche - droite » ne se fera que lorsque le Québec aura finalement fait reconnaître son statut de Pays souverain indépendant du Canada (et de qui que ce soit), le débat gauche - droite se fait de toute façon depuis des mois dans la rue et dans les esprits que l'on pousse enfin à réfléchir.
    Il se fait dans les faits et gestes depuis bien avant les étudiants par les "indignés", les «occupy» et même tous ces Arabes qui sont dans les rues pour réclamer, « UN PEU » la fin des "dictatures", mais « surtout » un système économique plus juste et plus «Humain». (Le motif des "dictatures" à faire tomber est une récupération par les manipulateurs professionnels du jugement populaire qui font en sorte de cacher les motifs réels du printemps arabe et mondial.)
    L'individu qui s'est immolé en Tunisie et qui déclencha le fameux printemps arabe n'a pas commis ce geste désespéré pour déloger Ben Ali, mais bien pour protester contre un règlement "économique" qui résultait en la confiscation des ses outils de travail: sa charrette et sa balance servant à vendre au marché.
    Le débat gauche - droite se fait mondialement et quotidiennement.
    Aujourd'hui les banquiers espagnols reçoivent 100 000 millions d'Euros ( 100 milliards), comme ça sans effort pour débusquer ce montant phénoménal !
    Il est plus facile de débusquer 100 000 millions pour des banques ou pour la guerre que 100 millions pour offrir le savoir gratuit.
    Plus facile de trouver des millions pour "offrir" un Grand Prix, un Colisée, ou des routes, de l'électricité et des prêts GRATUITS à des multinationales qui empochent des profits incroyables avant de déclarer faillite et de partir avec la caisse (White Birch, Abbitibi Bowater, etc.).
    Le débat gauche - droite est en cours qu'on le nomme ou non.
    La gauche met l'économie au service de l'Être Humain et la droite met l'Être Humain au service de l'économie, c'est-à-dire qu'elle rend l'Être Humain esclave d'une élite oligarchique qui a tout et qui en veut encore plus. La droite par ses mesures d'austérité rend peu à peu le travailleur esclave en réduisant ses retraites, ses avantages sociaux et son salaire tout en augmentant ses heures de travail et son âge de retraite.
    La reconnaissance du PAYS .
    Je crois que Gilles Duceppe, peu importe ses motifs, a raison de dire que ce débat "officiel" gauche - droite ne doit pas être un frein à la marche vers la reconnaissance du Pays, la souveraineté, l'indépendance du Canada.
    De toute façon, sans le dire le débat gauche - droite se fait.
    Et se fait encore mieux sans étiqueter les politiques favoriser ou dénoncer par le peuple par «gauche» ou « droite ».
    Ces étiquettes sont tellement pleines de préjugés et de clichés démagogiques qu'ils desservent le réel débat. (D'ailleurs pour preuve qu'ils desservent le réel débat, jamais nos soldats médiatiques au service du conditionnement des esprits, n'en ont autant parlé ! Des étiquettes uniquement, bien évidemment. La gauche et la droite est partout, partout, mais personne ne peut les définir clairement ! C'est uniquement de l'étiquetage cliché servant à faire polariser les gens en prenant soin d'éviter à ceux-ci de pousser leur réflexion !)
    Ce dont il faut parler ce sont de nos avantages à devenir les seuls Maîtres chez nous.
    Ce dont il faut parler ce sont des politiques rétrogrades et honteuses que le Canada impose à notre société Québécoise.
    Serge Charbonneau
    Québec

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2012

    Comparé à Geneviève Bujold et à Claude Jutras, Duceppe tu as descendu la barre. C'est clair. On devrait ressortir de toutes ces années de Bloc avec un programme et des dossiers nationaux bien garnis dans les domaines à transférer au Québec : Défense, affaires étrangères, cadre économique, immigration. Neni ! Or, le BQ ne mérite que ce qu'il a semé : valeureuse opposition bien rangée à sa majesté. Finalement : BQ, pour ta bonne conduite envers le Canada que tu aimes et qui n'est pas si pire après tout (répète après moi) tu as semé ce que tu récoltes.
    GV

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2012

    Duceppe a aussi dit:"On ne peut pas être indépendantiste de temps en temps"..en faisant référence au fait que QS a appuyé le NDP.

  • Mario Boulet Répondre

    10 juin 2012

    Il ne faudrait pas croire que parce que le Québec a erré en votant NPD aux dernières élections que cela porte le message que Québec Solidaire est en voiture pour les prochaines élections.
    Lorsqu'Amir Khadir pensera à nous dévoiler son programme électoral au lieu de lancer son soulier, marcher devant « Le marcheur », se faire arrêter parmi des manifestants, etc. on jugera qu'il est sérieux dans ses intentions.
    Il y a un océan entre les personnalités de Amir Khadir et de Jack Layton...

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2012

    Bonjour Christian,
    Tout à fait d’accord avec vous sur les points suivants :
    « …..ceux cherchent sans cesse à éliminer le débat gauche-droite du débat public, sont généralement des gens de droite….. »
    « …..Gilles Duceppe, à l’instar de ses acolytes du PQ et d’Option nationale, vient de faire la patente démonstration, qu’il est aussi à droite, démagogue et électoraliste que les autres politiciens rétrogrades qui nous dirigent….. »
    Je pense aussi que ceux qui utilisent le terme de « dogmatique » en parlant des socialistes, tout comme ceux qui utilisent celui de « doctrinaire » en parlant des indépendantistes, sont des gens sans arguments qui tentent de tuer le messager à cause de la pauvreté de leurs arguments.
    Les péquistes ou membres d’autres organisations connexes qui parlent de « contribution significative à l’élection du PLQ » en montrant du doigt les autres partis d’opposition, parlent en zombies. En effet, pour penser de cette manière, il faut s’être fait lessiver le cerveau par la propagande des médias. Ces gens n’ont pas compris que nous vivons en pseudo démocratie. Les trois partis à qui la dictature médiatique accorde une certaine visibilité, y ont droit parce qu’ils sont tous les trois au service de la bourgeoisie capitaliste. Ces trois partis larbins sont le PQ, le PLQ et la CAQ. Il n’est pas nécessaire d’être devin pour savoir qu’aux prochaines pseudo élections, l’un d’eux prendra le pouvoir et qu’un des deux autres constituera l’opposition officielle. Dans tous les cas, Wall Street, Péladeau et Desmarais seront contents. D’autres partis tentent de se signaler auprès du capital, mais pour l’instant, ils n’ont pas la cote.
    Le drame pour moi est qu’il n’existe aucun parti socialiste au Québec. D’abord, aucun parti ne se présente sous ce nom. Ensuite, voici ce qui au minimum devra se trouver dans son programme :
    1) monopole d’État en Santé et en Éducation
    2) intervention de l’État dans des secteurs rentables de l’économie qui seront étatisés
    3) il sera réfractaire à toute forme d’association avec le Canada ennemie
    4) le Québec quittera l’OTAN, le Commonwealth britannique et cessera d’être un satellite des É.U. Il s’associera aux pays bolivariens et sera membre de l’Internationale socialiste.
    Et surtout, ce parti ne parlera pas la langue de bois, ne sera pas modéré. Au contraire, il sera radical. Il se contentera de dire haut et fort la vérité, sans se demander quel sera l’impact de ses déclarations sur le vote.
    Michel Rolland

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2012

    M. Montmarquette,
    Prenez donc 15-20 minutes de votre précieux temps pour regarder le programme d'ON et vous verrez qu'il n'y pas grand discours de droite à cet endroit. Sinon, je n'y serais pas.
    Quant à QS, je n'ai rien contre, sauf :
    1 - la constituante proposée ne garantit nullement une constitution d'un Québec souverain et indépendant.
    2 - le programme de QS n'est pas encore complet.
    Pierre Cloutier

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2012

    Selon la tendance dogmatique qui contrôle l’appareil politique de QS, le débat gauche-droite est réglé depuis longtemps, puisque l’on préfère un gouvernement de la droite néolibérale (du PLQ ou de la CAQ), à une entente électorale avec le PQ qui permettrait d’avoir un gouvernement de centre-gauche, pour le bénéfice de la majorité de la population.
    La logique de QS est remarquable, de par sa simplicité, son efficacité (contribution significative aux deux réélections du PLQ, et possiblement à la prochaine), ainsi que selon la qualité extrême de ses fondements éthiques : plus la population québécoise souffrira des politiques antisociales des gouvernements de droite, plus elle se révoltera, ce qui permettra, d’ici quelques siècles au plus tard, l’établissement d’un Paradis socialiste qui est d’ailleurs inscrit dans le programme du parti.
    On retrouve la même intelligence politique dans le parti que QS soutient au fédéral, à la différence près que le Paradis promis pour les “calendes grecques” par le NPD est un peu moins chargé de fruits.
    Yves Claudé

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2012

    Monsieur Duceppe est un politicien mainstream sinon il n'aurait pas été si longtemps en poste à Ottawa.
    Les propos qu'il tient présentement explique un peu beaucoup pourquoi le Bloc a fini par se faire tasser par le NPD au Québec.