«Nous n’avons rien vécu»

Ff953e635136715a325dbc4bdaee1779

On est pourtant loin d'une pandémie de virus très mortel...


De 1945 à 2020, l’humanité a vécu 75 magnifiques années. De telle sorte que la plupart des vivants aujourd’hui n’ont ni connu ni imaginé la crise actuelle. Cela explique en partie le vertige qu’elle provoque.


Mon collègue Denis Lévesque me partageait récemment ses souvenirs des récits de vie de son grand-père. Ce dernier avait traversé la Première Guerre mondiale, y avait perdu des connaissances. La grippe espagnole a marqué la fin de la guerre, puis 10 ans plus tard, la grande crise économique frappait. À peine sorti du marasme économique, le monde se retrouvait plongé dans la Deuxième Guerre mondiale.


Remontez dans l’Histoire. Les siècles précédents sont tous parsemés de tragédies. Des guerres incessantes et des épidémies dévastatrices. Au fond, ce n’est pas l’année 2020 qui fait exception. Ce sont plutôt les 75 années précédentes qui doivent être regardées comme une bénédiction, un âge d’or dans l’aventure humaine.


Mon père


J’ai poursuivi la discussion avec mon père qui avance dans les 80 ans. Il n’a jamais vécu rien de tel. Il a un vague souvenir, étant enfant, que quelques denrées étaient rationnées par des coupons pendant la Deuxième Guerre. Issu d’une famille nombreuse, on avait amplement de coupons. 


Puis l’après-guerre. L’électricité, le téléphone, les autos pour la route, les tracteurs à la ferme, tout rendait la vie plus facile. Le niveau de vie s’est amélioré, les conditions de travail aussi. La santé, l’éducation sont devenues des acquis. Il y a eu des récessions périodiques, certaines plus souffrantes, mais globalement, le revenu moyen des ménages a explosé.


Il y a eu des guerres qui ont momentanément détruit la qualité de vie dans certaines zones du globe. Elles ont fait des victimes, des pauvres et des réfugiés. Mais toujours dans des territoires limités. Et jamais en Amérique du Nord.


Le terrorisme


Bien sûr, notre esprit est marqué par le terrorisme. Le 11 septembre 2001. D’autres attaques avec des fusils d’assaut ou des véhicules qui ont pris la vie d’innocents. Deux différences majeures avec la pandémie de coronavirus. 


Premièrement, même si les images dégoûtaient et attristaient le monde entier, l’acte terroriste demeurait local. Le lendemain matin, les gens de tous les autres pays retournaient à leurs occupations régulières. On n’a jamais eu le tiers de la planète en confinement.


Deuxièmement, la réaction collective au terrorisme consiste à reprendre la vie normale. Après le 11 septembre, le président américain Georges W. Bush exhortait les Américains à rentrer au travail. La meilleure façon de prouver aux terroristes qu’ils n’ont pas réussi, c’est de continuer à vivre normalement.


Vivre normalement, voilà l’expression qui nous effraie en mars 2020. Non seulement nous ne pouvons plus vivre librement et normalement. Mais nous ne sommes plus certains de ce qui sera « normal » dans le monde nouveau qui va découler de la crise.


Nous avons peur et c’est légitime. Il nous faut du courage. Souvenons-nous que c’est le courage de nos ancêtres, à travers guerres et famines, qui nous a donné notre vie et notre confort.