Mais où est passé QS?

0c096f8b92ddf94e6dcb5f5d645d0116

QS muet face à l'affaire SLAV

Dites donc, quelqu’un a des nouvelles des députés de QS ? C’est parce qu’on commence à s’inquiéter là...


Leur silence a été particulièrement assourdissant dans le débat sur la pièce SLAV, sur lequel tout le monde et sa sœur se sont exprimés. (Et sur lequel autant de gens sont fatigués de lire des billets. Je m’excuse. En ce qui me concerne, c’est la dernière fois !)


Normalement, c’est le genre de sujets qui plaît à Québec solidaire, non ? La défense des minorités, la critique de la majorité, une vision multiculturaliste de la société, c’est pas mal leur fonds de commerce. Avant même les idées de gauche, a-t-on parfois l’impression.


Pourtant, silence radio de leur côté, sinon une timide sortie de Ruba Ghazal, la candidate dans Mercier, via les réseaux sociaux. Fait intéressant, madame Ghazal admet que certaines critiques contre SLAV étaient exagérées, déplore qu’on ait annulé le spectacle, mais rappelle qu’il y a des choses importantes à entendre du message des manifestants.


Cela dit, ni Manon Massé ni Gabriel Nadeau-Dubois ne se sont exprimés là-dessus, si ce n’est pour partager la publication de Ruba Ghazal, dans le cas de la candidate au poste de première ministre. La ministre de la Culture a réagi. Le leader parlementaire de l’opposition officielle et critique en matière de Culture l’a fait également. Chez QS, aucun élu.


La CAQ a fait répondre un attaché de presse, il faut bien le dire. Mais la discrétion manifeste de QS dans cette affaire est surprenante, parce que les gens qui critiquent l’appropriation culturelle et le manque de diversité dans les médias, c’est leur clientèle.


QS plafonne


Ce choix de demeurer discret peut s’expliquer de deux manières.


La première, c’est que QS plafonne. Après avoir connu un sursaut dans les sondages suivant l’arrivée de GND, ses intentions de vote sont retombées dans les nombres à un chiffre. La formation politique reste quatrième chez les jeunes dont elle prétend pourtant recueillir l’adhésion et fait à peine mieux que le PQ chez les non-francophones, malgré ses efforts.


Pour grandir, QS a besoin de marquer des points en région et auprès des francophones. Or, même s’ils sont bien représentés à Radio-Canada, les gens qui pensent que c’est correct de forcer l’annulation de pièces de théâtre se trouvent pas mal tous dans le 9 % qui votent déjà orange. C’est probablement pour ne pas indisposer cet électorat que les co-porte-parole n’ont pas trop repris le message modéré de Ruba Ghazal.


Cynique


L’autre explication est plus cynique. L’été dernier, quand les migrants se sont mis à arriver par le chemin Roxham, QS avait aussi gardé une relative discrétion, mise à part une petite visite d’Amir Khadir au Stade olympique.


Toutefois, quand Jean-François Lisée a commis une maladresse en qualifiant les migrants « d’invités de Trudeau », c’est avec la colère du feu de Dieu que Manon Massé, Gabriel Nadeau-Dubois et Sol Zanetti ont réagi. On l’a accusé de faire reculer la souveraineté auprès d’un électorat que QS ne sait pas davantage comment rejoindre.


Bref, il est possible que, encore cette fois-ci, les députés solidaires ne soient pas tant dans une logique de défense de principes que placés en embuscade pour profiter du faux pas que Jean-François Lisée va immanquablement faire quand il s’exprimera sur le sujet.


Dans tous les cas, Québec solidaire est en train de faire l’expérience que, pour gagner des appuis en politique, rester dans l’intégrité idéologique n’est pas très pratique.


Featured 9c815ec71af61853ddb55725d4feb1f8

Claude Villeneuve126 articles

  • 28 418

L’auteur est blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec. Il a été président du Comité national des jeunes du Parti Québécois de 2005 à 2006 et rédacteur des discours de la première ministre Pauline Marois de 2008 à 2014.