Loi 21: vers une collision frontale

Aae0cb5c3fc0b84909f763812fe30283

Martineau a compris que l'affrontement avec le multiculturalisme canadien relance la question souverainiste



Dure semaine pour la loi 21.




Après le Globe and Mail, qui a publié un éditorial demandant au premier ministre de combattre « l’odieuse » loi 21, considérée comme une honte nationale et une « tache sur le pays », c’est au tour du conseil municipal de Toronto de condamner à l’unanimité­­­ notre (timide) loi sur la laïcité.




Le journal le plus important du pays. Suivi par la ville la plus importante du pays.




DEUX VISIONS INCOMPATIBLES




Je le dis et le redis : nous nous acheminons vers une collision frontale.




Dans le coin gauche, le multiculturalisme canadien, qui est devenu une véritable religion d’État qu’on ne peut critiquer — même du bout des lèvres — sans passer pour un traître à la nation, voire un agent du diable.




Et dans le coin droit, la laïcité à la québécoise.




Plus qu’un débat à saveur politique, on assiste à un véritable duel philosophique entre deux conceptions incompatibles du vivre-ensemble.




Dans ce débat, aucun compromis n’est possible.




C’est l’un ou c’est l’autre.




Les Québécois n’accepteront jamais le multiculturalisme à la canadienne.




Et les adeptes de la religion multiculturaliste, qui considèrent la Charte de Trudeau père comme un texte sacré aussi important que la Constitution américaine, n’accepteront jamais la laïcité à la québécoise.




Rien ne va plus, faites vos jeux.




LA RÉSURRECTION




Au-delà de la simple question de la loi 21, c’est tout le débat sur la société distincte qui revient à l’avant-plan.




Vous pensiez que cette question avait trouvé la mort quelque part au fond du lac Meech ?




Non : elle sommeillait, c’est tout, attendant patiemment son heure pour ressusciter d’entre les morts comme Carrie, à la fin du film de Brian De Palma.




Eh bien, grâce à l’élection du gouvernement Legault, qui a appliqué la manœuvre de Heimlich au nationalisme québécois, cette heure est arrivée.




Qui a dit que tout le monde se foutait des problèmes constitu­tionnels ?








Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.





Il n’aura fallu qu’une loi, une seule loi, pour raviver un feu que l’on croyait éteint et permettre à la terre brûlée du nationalisme québécois de donner plus de blé qu’un meilleur avril.




Ce qui nous amène à la question à 100 000 $ : si jamais Trudeau fils cédait à la pression et combattait effectivement le « cancer » de la loi 21 qui menace le pays, que ferait François Legault ?




Comment réagiraient les Québécois qui l’ont porté au pouvoir ?




Jetterons-nous cette loi aux poubelles en disant « Pardon, mononcle, c’était une mauvaise idée, merci de nous avoir ramenés à la raison », ou dirons-nous, comme Robert Bourassa un certain jour de juin, que le Canada anglais doit comprendre de façon très claire que, « quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, le Québec est, aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement » ?




Prendrons-nous notre trou, jetterons-­nous les gants ?




Ou tirerons-nous une bonne fois pour toutes les conclusions qui s’imposent — à savoir qu’il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille que pour le Québec de réintégrer le giron constitutionnel canadien ?




LA CROISÉE DES CHEMINS




On est rendus là.




À la croisée des chemins.




Devant nous, deux portes. Pas trois : deux.




On entre ou on sort.




Laquelle choisirons-nous ?