Écoles privées juives

Les Québécois sont opposés au financement publique des écoles privées

Écoles privées juives


Montréal - Près de 90% des Québécois interrogés par la maison de sondages Léger-Marketing s'opposent à la décision du gouvernement Charest de subventionner à 100% les écoles privées juives.
Selon le réseau TVA, des quelque 800 personnes qui ont répondu au sondage, seulement 5% se sont dit en faveur. En fait, une forte majorité de Québécois, soit 85%, sont carrément opposés à l'octroi de telles subventions pour des écoles privées, quelles qu'elles soient.
Le mécontentement est tel que le ministre de l'Education Pierre Reid s'est mis à dos une majorité de citoyens. Pas moins de 68% d'entre eux affirment être insatisfaits du ministre.
Mardi, le chef de l'opposition officielle, Bernard Landry, et la porte-parole péquiste en éducation, Pauline Marois, ont rencontré la presse à Montréal pour demander au premier ministre Jean Charest de faire marche arrière, et exhorter la communauté juive à renoncer elle-même à cette hausse de subvention de 60% à 100%.
Le premier ministre a refusé en répétant les arguments servis par son ministre de l'Éducation, à savoir que ces écoles privées associées servaient à «favoriser l'intégration» de la communauté juive.
En soirée, mardi, la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys annonçait l'annulation des des contrats conclus avec cinq écoles privées juives.
Treize commissaires ont voté en faveur de la proposition d'annuler ces contrats, alors que dix ont voté contre.
La motion visant à annuler ce statut d'écoles associées conclu avec Québec avait été présentée par le comité de parents.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé