Les Premières Nations sont incontournables

Québec 2007 - Après un OUI - Charest et la partition


Une large proportion de la population québécoise l'ignore: les droits et titres des Premières Nations sur un vaste territoire québécois n'ont jamais été éteints ou cédés. S'appuyant peut-être sur cette méconnaissance, les gouvernements du Québec ont trop souvent agi comme si ces droits n'existaient pas, voire comme si les Premières Nations n'existaient pas.
Cela doit changer; cela va changer. En effet, à l'avenir, les Premières Nations seront incontournables pour l'avenir du Québec. Pendant cette campagne électorale, nous invitons les partis politiques et leurs chefs à prendre conscience des enjeux qui concernent les Premières Nations et à prendre les engagements nécessaires et utiles.
Traditionnellement, par respect pour nos identités, nos spécificités et nos droits particuliers, les Premières Nations se sont tenues à l'écart des élections et des campagnes électorales des autres gouvernements. Cette attitude est certainement prudente et cohérente avec nos positions politiques. Par contre, la même prudence nous incite à être très attentifs aux enjeux de ces élections.
Des questions essentielles, telles que le respect de nos droits et l'accès aux terres et aux ressources, pourraient être compromises par des enjeux électoraux. Je pense notamment à certaines promesses faites récemment aux régions. Il est trop facile d'être généreux avec des terres et des ressources que les Premières Nations n'ont pas cédées.
C'est pourquoi, sans prendre position pour aucun parti, les Premières Nations se feront entendre pour avertir tous les partis politiques que le statu quo n'est plus acceptable et que le prochain gouvernement du Québec devra revoir en profondeur sa politique autochtone, notamment en ce qui a trait à la gestion du territoire et des ressources. Nous sommes en droit de poser des questions aux chefs de parti et d'exiger des réponses claires et engageantes de leur part.
Trop audacieux
Est-il nécessaire de rappeler qu'en 1983, le gouvernement du Québec a adopté des principes reconnaissant les nations autochtones et la nécessité d'établir des relations harmonieuses avec celles-ci? Deux ans plus tard, en 1985, l'Assemblée nationale du Québec a adopté une résolution reconnaissant officiellement l'existence des nations autochtones et le droit à leur culture, à leur langue et à leurs traditions, en plus du droit de participer à la gestion de la faune et au développement économique de leurs terres.
Ce qu'on jugeait insuffisant à l'époque s'est avéré une politique trop audacieuse pour les gouvernements successifs, qui ont tout fait pour diminuer la portée de ces principes.
En juin 2003, le premier ministre du Québec signait avec moi, à titre de chef régional de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), un engagement politique mutuel créant le Conseil conjoint des élus. Ce conseil, composé d'un nombre égal de représentants élus, s'est réuni à quelques reprises. Toutefois, ces rencontres n'ont pas permis d'atteindre les objectifs fixés, notamment celui convenu dans l'engagement politique mutuel de «progresser dans une meilleure connaissance du point de vue de chacun».
Depuis, plusieurs conflits se sont cristallisés ou sont apparus. Ces conflits, entre des communautés autochtones et le gouvernement du Québec, reposent dans une forte proportion sur des questions de responsabilités, notamment en ce qui a trait à la gestion des terres et à l'accès aux ressources.
Toujours se battre
Il est inconcevable que les peuples autochtones du Québec doivent encore et toujours se battre pour que leurs droits soient respectés et appliqués. Il est urgent que les choses changent, spécialement au chapitre des relations politiques entre le Québec et les Premières Nations ainsi que dans la participation de celles-ci à la gestion des territoires et des ressources naturelles. [...] Il est essentiel que tous les chefs de parti comprennent l'importance de ces enjeux et se prononcent sur leur vision de la relation future entre le Québec et les Premières Nations.
Il n'est jamais bon, en démocratie, de nier l'évidence. Les Premières Nations du Québec sont des peuples égaux à tous les autres peuples du monde. Elles forment des nations distinctes, possédant leur propre histoire, leur culture et leurs règles de gouverne. Or les accommodements consentis depuis 400 ans par les Premières Nations aux nouveaux arrivants ont depuis longtemps atteints des proportions déraisonnables. Il est temps qu'on renouvelle la relation.
À la population québécoise, particulièrement celle située dans les régions ressources, nous souhaitons faire mieux connaître nos positions en ce qui a trait au développement du Québec. Les Premières Nations ne sont pas contre les projets de développement, mais elles sont pour un développement harmonieux du territoire, respectueux des droits des Premières Nations et des principes de développement durable.
Les chefs de parti et leurs candidats doivent se rappeler que le développement du Québec ne pourra pas se faire sans le concours des Premières Nations. Celles-ci sont dorénavant incontournables pour l'avenir du Québec.
Ghislain Picard : Chef régional de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé